Chroniques de Steven·Fantasy

Nevernight, tome 1 : N’oublie jamais de Jay Kristoff

Note : ★★★★★ — Coup de ♥ — « J’ai vraiment été enchanté tout au long de ma lecture. Cette dark Fantasy est ce qu’il se fait de mieux dans le genre me concernant. J’ai vraiment tout adoré et ce de l’univers, sombre et violent, aux personnages touchants et poignants ! De plus, le style de l’auteur est incisif à souhait. »

Ne jamais oublier
Ne jamais avoir peur
Ne jamais reculer

Résumé :
Dans un pays où trois soleils ne se couchent presque jamais, une tueuse débutante rejoint une école d’assassins, cherchant à se venger des forces qui ont détruit sa famille.
Fille d’un traître dont la rébellion a échoué, Mia Corvere parvient de justesse à échapper à l’anéantissement des siens. Livrée à elle-même et sans amis, elle erre dans une ville construite sur les ossements d’un dieu mort, recherchée par le Sénat et les anciens camarades de son père.
Elle possède un don pour parler avec les ténèbres et celui-ci va la mener tout droit vers un tueur à la retraite et un futur qu’elle n’a jamais imaginé.
À 16 ans, elle va devenir l’une des apprentis du groupe d’assassins le plus dangereux de toute la République : L’Église rouge. La trahison et des épreuves l’attendent dans les murs de cet établissement où l’échec est puni par la mort. Mais si elle survit à cette initiation, Elle fera partie des élus de Notre-Dame du Saint-Meurtre, et elle se rapprochera un peu plus de la seule chose qu’elle désire : la vengeance.

Chronique :
Ce roman faisait partie des sorties que j’attendais le plus en cette fin d’année. En effet, je connaissais l’auteur pour sa précédente saga, ‘Illuminae’, écrite à quatre mains que j’avais apprécié surtout pour le côté livre-objet. Je peux vous dire que l’attente en valait vraiment la peine car ce premier tome est un véritable coup de cœur.

Commençons d’abord par l’univers. Jay Kristoff offre au lecteur ce qu’il y a de mieux en matière de dark Fantasy et ce, grâce à un univers dense, sombre et totalement immersif. Cette immersion provient de ses nombreuses notes de bas de page qui m’ont permis de visualiser parfaitement le monde dans lequel évolue notre héroïne. Ce procédé m’a entièrement convaincu. J’ai eu l’impression de lire un second ouvrage en même temps que ma lecture initiale. De plus et malgré sa densité, l’auteur développe son univers tout au long de ce premier chapitre qui regorge de lieux, de personnages et de secrets plus sombres les uns que les autres.

Tout comme l’univers, l’histoire qui nous est contée et elle aussi des plus ténébreuse. Je ne m’attendais absolument pas à cette noirceur et je m’en suis régalé. Mieux encore, je m’en suis enivré. Ce sentiment est avant tout dû au style de l’auteur que j’ai trouvé totalement incisif et sans détour. Ce dernier sait où il souhaite diriger son lecteur et il le fait de manière percutante dès les premières lignes. Ainsi, le lecteur est prévenu. C’est brut de décoffrage, ça décoiffe mais c’est tellement jouissif que j’en redemande encore.
Par ailleurs, j’ai souvent eu en tête ‘Harry Potter’ pendant ma lecture, pour son côté initiation et apprentissage. Cependant et bien que ‘Nevernight’ reprenne les très bon ingrédients de cette saga, ce premier opus est bien plus adulte, plus violent et plus percutant. D’autant plus que le récit n’a cessé de me surprendre, de m’égayer ou de m’attrister… Sans trop en dévoiler attendez-vous à rire, à trembler mais aussi à pleurer lors de votre lecture.

Il faut dire que je me suis totalement et rapidement attaché à Mia, notre héroïne pas si héroïne que cela. C’est une demoiselle tout le monde qui nous est présenté et cela fait du bien ! Adieu les stéréotypes et bonjour la normalité. Non, Mia n’est pas un critère de beauté, non, Mia ne s’exprime pas toujours correctement mais oui, Mia est extrêmement attachante et drôle au possible. J’ai adoré l’accompagner dans sa quête, traverser les nombreuses embûches se dressant sur son chemin et rencontrer avec elle les nombreux personnages qui peuplent ce récit. Ces derniers se sont dévoilés aussi loufoques que cruels, aussi émouvants que surprenants. Egalement et excepté Tric, son nouvel ami avec qui elle formera un duo explosif et sensuel que j’ai trouvé délicieux à suivre, les autres personnages secondaires sont, eux aussi, travaillés et ont une place importante dans l’histoire.

Pour terminer, je pense que vous l’avez compris mais ‘Nevernight’ est mon coup de cœur de l’année. J’ai vraiment été enchanté tout au long de ma lecture. Cette dark Fantasy est ce qu’il se fait de mieux dans le genre me concernant. J’ai vraiment tout adoré et ce, de l’univers, sombre et violent, aux personnages, touchants et poignants ! De plus, le style de l’auteur est incisif à souhait.

Quelques mots pour le remarquable travail de notre éditeur français DeSaxus sur cette édition reliée que je me suis procuré. Celle-ci est magnifique et fait de ce roman un véritable livre-objet à avoir dans sa bibliothèque afin de le lire et le relire, sans modération ou tout simplement l’admirer.

6 commentaires sur “Nevernight, tome 1 : N’oublie jamais de Jay Kristoff

  1. J’aimerais pouvoir dire que c’est ma lecture en cours mais je n’ai pour l’instant pas pu dépasser les deux premiers chapitres à cause d’un manque de temps. Je dois dire que je suis assez intriguée et déroutée mais pas découragée. Je n’ai pour l’instant lu que de bonnes critiques et je suis sure que Jay Kristoff à beaucoup de choses à revendre avec cette saga qui semble réunir beaucoup d’ingrédients que j’apprécie. Vraiment dommage que la narration ne soit pas interne. C’est l’une des raisons principales pour laquelle je ne me lance que très rarement dans des sages pourtant géniale. Même si j’en comprends les intérêt, j’ai toujours du mal à me glisser dans l’histoire – ce qui ne m’a pas empêché d’adorer The Winner’s Curse. J’espère trouver rapidement le temps d’avancer un peu plus dans l’histoire.

    J'aime

    1. Rien que le fait que tu tiennes ce livre dans tes mains est GENIAL ! Je peux comprendre ton point de vue, cela n’aide pas toujours à s’identifier ou à s’attacher aux personnages mais bordel (j’ai le droit, c’est Jay Kristoff qui le dit) que j’ai aimé découvrir et suivre Mia dans cet univers sombre et envoutant à la fois. Vraiment, c’est mon coup de cœur de l’année. Et cette fin, j’en attends énormément pour la suite et c’est ce qui me fait peur car les seconds tomes servent souvent de transitions et sont souvent moins accrocheurs.

      J'aime

      1. Je pense continuer un chapitre à la fois jusqu’à tomber sur celui qui m’embarquera pour des heures de lecture – ce que je sais va forcément arriver. L’univers m’a l’air complètement dingue !

        J'aime

  2. Je n’avais même pas fait le lien avec Illuminae ^^ En même temps, je ne l’ai pas lu ! C’est une des grosses sorties de fin d’année qui me faisait très envie, j’ai hâte de m’y mettre et découvrir cet univers de dark fantasy.

    J'aime

    1. Ce n’est pas bien grave vu que ce sont deux univers et deux styles littéraires totalement différents. Je trouve que la plume de Jay Kristoff brille bien plus dans ce nouveau genre. J’ai hâte de lire ton avis sur cette pépite.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s