Chroniques de Steven·Classique

Chez les heureux du monde d’Edith Wharton

Note : ★★★☆☆ — « C’est assez mitigé que je referme ce roman. Je reste perplexe quant au ton donné par l’auteure malgré la très juste critique de la société apportée par Edith Wharton. J’aurais aimé m’attacher et me sentir concerné par l’histoire de Lily Bart. Ainsi, je pense que la plume de l’auteure n’est pas faite pour moi et que je n’ai pas été réceptif au message de ce classique. »

Il est moins mortifiant de se croire impopulaire qu’insignifiant, et notre vanité préfère voir dans l’indifférence une forme latente d’inimitié.

Résumé :
Un après-midi de septembre, à la gare de New York, Mr Selden rencontre par hasard Miss Lily Bart ; elle vient de manquer le train qui devait la conduire chez des amis. Elle accepte de venir prendre une tasse de thé chez l’avocat. C’est l’occasion pour lui de faire une cour discrète à cette jeune femme de vingt-neuf ans, orpheline charmante mais sans argent, qui aimerait faire un riche mariage. Mais, pour elle, ce moment passé seule à seul chez un célibataire est aussi la première entorse aux usages du monde. Evocation brillante de la haute société new-yorkaise, où la richesse ne compte qu’affichée, Chez les heureux du monde fonde son intrigue sur le thème du mariage et de l’ascension sociale qu’il permet. Mais Lily Bart confond la vie et les fausses valeurs auxquelles elle sacrifie son âme…

Chronique :
Il y a des auteurs avec qui ça passe et d’autre avec qui ça casse. Il y a des plumes qui raisonnent en vous et d’autres non. Je pense qu’Edith Wharton fait partie de celles-ci. En effet, alors que j’avais sans plus apprécié Le temps de l’innocence, j’ai le même ressenti face à cette œuvre.

En effet, nous suivons les traces de Lily Bart une presque trentenaire, célibataire à la beauté extraordinaire qui n’inspire qu’à une chose, la richesse et encore mieux à un riche mariage. Même si c’est bien souvent des thèmes que nous retrouvons dans les classiques du siècle dernier, je n’arrive pas forcément à m’attacher aux personnages proposés par l’auteure, ni à être réceptif au message passé. Est-ce dû au cadre, New-York, qui je trouve ne se prête ni au romantisme, ni au dramatique ? J’ai réellement un blocage. Pourtant, c’est avec un style assez sombre que cette société nous est critiquée et décriée. J’apprécie l’aspect historique mais je ne suis pas parvenu à me sentir concerné par le funeste sort de notre héroïne, aussi triste soit-il. D’autant plus que malgré ses malheurs, elle n’apprend pas de ses erreurs et il m’a semblé qu’elle n’évoluait en rien. A tel point que bien souvent Lilu m’a exaspéré. Vainement, j’ai essayé de la comprendre afin de parvenir à m’attacher un minimum mais il m’en a été impossible. J’ai donc suivi ses déboires sans être aussi touché que j’aurais sounhaité l’être.

Pour autant et une fois de plus, j’ai apprécié le style et la plume de l’auteure. Celle-ci se lit avec facilité. Malgré tout, ce roman manque réellement d’entrain. La faute a de très nombreuses longueurs cassant le dynamisme de ce classique et mon rythme de lecture. Il ne se passe finalement presque rien. Malgré cette lenteur, Edith Wharton offre une image pertinente de la mondanité New-Yorkaise et j’apprécie ce point. Les sujets se veulent variés et parfois durs mais restent beaucoup trop effacés par le flot d’informations qui nous est livré par moments. A cela s’ajoute le nombre important de personnages présents chez Les heureux du monde. J’ai souvent été perdu au cours de ma lecture, ce qui a renforcé mon sentiment d’éloignement. J’aime vivre mes lectures et ce ne fut, malheureusement, pas le cas avec cette dernière.

C’est assez mitigé que je referme ce roman. Je reste perplexe quant au ton donné par l’auteure malgré la très juste critique de la société apportée par Edith Wharton. J’aurais aimé m’attacher et me sentir concerné par l’histoire de Lily Bart. Ainsi, je pense que la plume de l’auteure n’est pas faite pour moi et que je n’ai pas été réceptif au message de ce classique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s