Chroniques de Steven·Classique

Anna Karénine de Léon Tolstoï

Note : ★★★☆☆ — « En conclusion, Anna Karénine fut une lecture en dents de scie me concernant. J’ai apprécié découvrir la société russe et ses nombreux codes mais j’ai ressenti un réel manque d’intérêt concernant le sort de nos protagonistes. Je m’attendais à un roman plus émouvant et seule Anna est parvenue à se démarquer et à m’interpeller un minimum. Finalement, peut-être suis-je passé à côté de cette lecture. »

« Toutes les familles heureuses se ressemblent ; chaque famille malheureuse est malheureuse à sa façon »

Résumé :
La quête d’absolu s’accorde mal aux convenances hypocrites en vigueur dans la haute société pétersbourgeoise de cette fin du XIXe siècle. Anna Karénine en fera la douloureuse expérience. Elle qui ne sait ni mentir ni tricher – l’antithèse d’une Bovary – ne peut ressentir qu’un profond mépris pour ceux qui condamnent au nom de la morale sa passion adultère. Et en premier lieu son mari, l’incarnation parfaite du monde auquel il appartient, lui plus soucieux des apparences que véritablement peiné par la trahison d’Anna. Le drame de cette femme intelligente, sensible et séduisante n’est pas d’avoir succombé à la passion dévorante que lui inspire le comte Vronski, mais de lui avoir tout sacrifié, elle, sa vie de femme, sa vie de mère. Vronski, finalement lassé, retrouvera les plaisirs de la vie mondaine. Dans son insondable solitude, Anna, qui ne peut paraître à ses côtés, aura pour seule arme l’humiliante jalousie pour faire vivre les derniers souffles d’un amour en perdition. Mais sa quête est vaine, c’est une « femme perdue ».

Chronique :
Léon Tolstoï était jusqu’à présent un auteur qui m’était totalement inconnu et lorsque je me suis renseigné sur ses œuvres, j’ai découvert énormément d’avis plus que positifs concernant ses romans. Cela m’a énormément intrigué et donné envie. Ainsi, je me suis lancé avec entrain dans la lecture de celui-ci. Malheureusement je dois être passé à côté de son message car même si j’ai apprécié dans l’ensemble son style, je n’ai pas particulièrement aimé cette lecture.

En effet, je dois bien admettre que je trouvé ce roman parfois bien laborieux à lire. Pourtant, la plume de Léon Tostoï ne manque pas de fluidité ni de fraicheur, cependant elle est parfois exagérément complexe à parcourir. Il m’a fallu réaliser d’importants efforts de concentration pour parvenir à comprendre chaque partie de cette œuvre.
Il faut bien admettre qu’il m’a été aussi difficile de me repérer et d’identifier chaque protagoniste présenté par l’auteur. D’autant plus qu’avec autant de noms russes, cela complique encore plus la tâche.
Même si ce dernier concentre son action majoritairement sur trois couples bien distincts, j’ai eu toutes les peines du monde à m’attacher à chacun et seule Anna est parvenue à se détacher et à me captiver un tant soit peu. J’ai trouvé ce personnage totalement charismatique et même si ses choix et son caractère assez volages m’ont fait souvent lever les yeux au ciel, j’ai trouvé qu’elle était criante de sincérité. C’est une héroïne puissante qui nous est révélée dont l’amour la portera au ciel, au sens propre comme au sens figuré. Malheureusement, c’est tout ce que je retiendrais de cette impressionnante fresque.

Néanmoins, exceptée l’histoire où il ne passe quasiment rien, j’ai apprécié découvrir la Russie d’antan grâce à Léon Tolstoï. Ce dernier nous ouvre les portes de l’aristocratie russe sans filtre et sans langue de bois. J’ai adoré découvrir comment se comportait la société de l’époque d’autant plus que ce pays est fascinant malgré la dureté de ce dernier. Cependant et malgré l’efficacité avec laquelle l’auteur parvient à dresser une certaine critique de celle-ci, j’aurais apprécié que l’action se concentre plus sur ce point que ce sur le quotidien assez platonique de nos protagonistes.

En conclusion, Anna Karénine fut une lecture en dents de scie me concernant. J’ai apprécié découvrir la société russe et ses nombreux codes mais j’ai ressenti un réel manque d’intérêt concernant le sort de nos protagonistes. Je m’attendais à un roman plus émouvant et seule Anna est parvenue à se démarquer et à m’interpeller un minimum. Finalement, peut-être suis-je passé à côté de cette lecture.

24 commentaires sur “Anna Karénine de Léon Tolstoï

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi, notamment concernant les personnages ! J’ai également ressenti ce cruel manque d’intérêt à leur égard. Même Anna n’est pas arrivée à me convaincre… Et pour la lecture générale, elle s’est aussi quelques fois révélée laborieuse pour moi, malgré la plume relativement agréable de Tolstoi. Mais du coup, je me demande aussi si je ne serais pas passée à côté…

    J'aime

    1. Ah oui, même Anna ? Cette lecture a du être encore plus compliquée pour toi que pour moi. Pour être certain de savoir si ce roman ou cet auteur est fait pour moi ou non, je pense lire un autre de ces ouvrages plus tard dans l’année.

      Aimé par 1 personne

      1. Oui même Anna … À la limite, j’ai préféré Vronski, même s’il n’était pas tellement central dans le roman ! Oui, je suis d’accord avec toi, j’aime laisser une deuxième chance aux auteurs et souvent j’ai des bonnes surprises 🙂 Il faudra juste que je réfléchisse à quel autre ouvrage lire !

        J'aime

  2. Découvrir la société russe de l’époque devrait me passionner vu ce que j’ai déjà lu avec Dostoïevski.
    Dommage, ça n’a pas été une totale réussite mais j’en avais déjà entendu parler et il n’est apparemment pas si facile que ça a appréhender.

    J'aime

    1. C’est l’élément que j’ai trouvé le plus intéressant concernant cette lecture. J’ai fait quelques recherches concernant Dostoïevski mais j’avoue avoir quelques craintes. Quel roman me conseilles-tu ?

      J'aime

      1. Il a un style assez particulier c’est vrai avec une certaine fascination pour les tiraillements de l’esprit, la noirceur humaine et le contraste qu’il peut y avoir entre la réputation et la personnalité véritable et sombre d’un homme.
        J’ai commencé avec Les Carnets du sous-sol qui est assez court et qui donne tout de suite le ton. Avec celui-là, tu devrais vite savoir si tu accroches ou pas avec les thèmes de prédilection de l’auteur.

        J'aime

      2. Effectivement rien qu’avec les thèmes qu’il aborde, j’imagine le particularité de sa plume. Je note ce premier titre même s’il me faut déjà digérer Tolstoï. En réalité avec certains auteurs ça marche pas à la première lecture et c’est la révélation à la seconde. Donc je laisse toujours une ‘chance’ à chacun.

        J'aime

      3. Je laisse souvent une chance moi aussi, surtout quand je ressens vraiment du potentiel. Quand je n’accroche pas au style, c’est plus compliqué d’avoir envie de faire une deuxième tentative.

        J'aime

  3. Dommage pour cette lecture. C’est vrai que les Russes ont sacrément tendance à multiplier les personnages et leurs appellations. Je commence toujours un classique de la littérature russe en imprimant une espèce de fiches personnages que je trouve sur internet pour pouvoir m’y référer pendant la lecture. Après, au fur et à mesure, je n’en ai moins besoin.

    J'aime

    1. Oui c’est bien ça le problème, un personnage est appelé par plusieurs noms/prénoms ce qui me perd totalement. Je note cette idée pour une prochaine occasion.

      J'aime

  4. Anna Karénine est un livre qui m’intéresse beaucoup, et j’espère avoir l’occasion de le lire un jour ! Ta chronique me confirme en tout cas que ce roman n’est pas simple à lire… Et puis je veux bien croire que l’histoire est intéressante avec la découverte de la société russe etc., mais s’il n’y a quasiment pas d’action ça peut aussi vite devenir lassant

    J'aime

    1. J’avais hâte de découvrir les classiques de la littérature russe et même si ce n’est pas un coup de cœur, tout n’est pas à jeté et la plume de l’auteur reste malgré tout fluide à lire. Alors n’hésite pas si tu as l’occasion un jour de tenter l’expérience.

      Aimé par 1 personne

      1. Je pense de toute manière me laisser tenter, car Tolstoï est quand même un grand auteur à découvrir. Et puis en plus j’adore Mme Bovary, et j’avais lu une page internet faisant une comparaison entre elle et Anna Karénine, alors ça me donne envie. Quant à toi, maintenant tu peux te lancer dans Guerre et Paix, qui est un autre grand classique de la littérature russe 😉

        J'aime

      2. J’avais aussi lu cette comparaison et je ne suis pas spécialement d’accord car Emma est parvenue à me toucher beaucoup plus qu’Anna. Bon leur destin reste malgré tout le même et reste assez tragique.
        Effectivement, je pense m’y plonger plus tard dans l’année afin de voir si c’est Tolstoï ou son roman qui ne me correspond pas.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s