Chroniques de Steven·Historique

Richard coeur de lion, tome 1 : L’Ombre de Saladin de Mireille Calmel

Note : ★★★☆☆ — « C’est donc une lecture en demi-teinte pour ma part et même si je salue le remarquable travail historique de Mireille Calmel, je ne peux que regretter un manque de développement quant aux personnages, ce qui a fortement freiné mon immersion. Je suis resté simple spectateur et j’aurais aimé ressentir beaucoup plus d’émotions en me plongeant dans cette épopée. »


« Les actes ne se définissent pas dans ce qu’ils montrent mais dans ce qu’ils sont. »

Résumé :
1189. Un nouveau roi ceint la couronne d Angleterre. On le surnomme C ur de Lion. Richard C ur de Lion. Autant pour sa bravoure que pour son esprit chevaleresque. Jeune, vaillant, passionné, il est prêt à rendre sa gloire à l empire Plantagenêt. À ses côtés : sa mère, la flamboyante Aliénor d Aquitaine, Loanna de Grimwald, la dernière des grandes prêtresses d Avalon, et EloïnRudel, sa maîtresse, son amour depuis toujours.
Ensemble, ils devront écarter trahisons et mensonges, en Angleterre où complote Jean sans Terre, le cadet des Plantagenêts, en Orient où le sultan Saladin vient de s emparer de Jérusalem et continue d étendre son emprise. C est une imposante armée qui rejoint bientôt celle de Philippe Auguste, roi de France, en Terre sainte.

Chronique :
En grand amateur de récits historiques, Mireille Calmel est une auteure que j’avais fortement envie de découvrir à mon tour. J’ai eu l’occasion de me procurer ce roman en même temps que Camille avec laquelle nous avons décidé de réaliser une lecture commune. Malheureusement et même si j’ai apprécié cette dernière, je ne suis pas parvenu à m’immerger comme je l’aurais voulu et je suis resté simple spectateur.

Ce sentiment provient en premier lieu du style de l’auteure. Même si sa plume reste fluide et plaisante à lire, j’ai trouvé les choix narratifs assez particuliers. Ainsi, l’alternance des points de vue à la première et à la troisième personne m’a plus d’une fois mis en difficulté. En effet, j’ai souvent été perdu et me suis souvent posé la question quant à quel personnage Mireille Calmel faisait référence. D’autant plus qu’une multitude de protagonistes y est présentée et cela a renforcé ce sentiment de confusion. Heureusement qu’un arbre généalogique est présent aux premières pages car je m’y suis souvent référé. De plus et si vous souhaitez vous plonger dans cette épopée, ne faite pas comme Camille et moi et lisez les premiers tomes de la fresque Loanna De Grimwald car bon nombre de références y sont faites. Je n’aurais d’ailleurs pas été contre un résumé détaillé des précédents ouvrages afin de me resituer. De plus, je m’attendais à vivre une aventure incroyable à l’action débordante alors que finalement c’est un récit d’une très grande accalmie qui nous est offert.
Cependant et malgré mes difficultés, je me dois de souligner le pêchu et remarquable travail que l’auteure a effectué sur le plan historique. J’ai totalement apprécié me plonger dans cet époque et je n’ai eu aucune difficulté à voyager grâce à l’ambiance retranscrite avec brio par cette dernière. Mieux encore, Mireille Calmel apporte une dimension mystique, quasi fantastique à son œuvre, chose que je n’avais absolument pas soupçonné. J’ai trouvé cela étonnant et parfaitement appropriable à l’époque évoquée dans ce roman. Les nombreux renvois au cycle arthurien sont parfaitement utilisés et maitrisés et m’ont totalement convaincu.

Pour ce qui est des personnages présents je n’ai pas grand chose à évoquer du fait que j’en connaissais assez sur certains. Néanmoins, j’ai été ravi de voir que Mireille Calmel soit restée fidèle à l’Histoire. Ainsi et sans grande surprise, j’ai pris plaisir à les suivre dans ce volet même si je ne suis pas parvenu à m’attacher à eux. Il faut dire que pour un court roman, ils m’ont parfois semblé beaucoup trop nombreux et assez peu développés. Je les ai malgré tout appréciés sauf qu’ils ne sont pas parvenus à m’émouvoir. Malgré ce détachement, je pense laisser une chance à cette saga en la reprenant depuis le début et cela grâce au personnage d’Aliénor d’Aquitaine. J’aime l’histoire et le destin unique de cette femme au fort caractère et j’ai très envie de découvrir l’hommage que lui rend l’auteure.

C’est donc une lecture en demi-teinte pour ma part et même si je salue le remarquable travail historique de Mireille Calmel, je ne peux que regretter un manque de développement quant aux personnages, ce qui a fortement freiné mon immersion. Je suis resté simple spectateur et j’aurais aimé ressentir beaucoup plus d’émotions en me plongeant dans cette épopée.

3 commentaires sur “Richard coeur de lion, tome 1 : L’Ombre de Saladin de Mireille Calmel

    1. Le côté historique a sauvé la donne de cette lecture mais par contre je te conseille de lui présenter la saga entière en commençant par le premier tome s’il ne veut pas se retrouver perdu 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s