Chroniques de Steven·Classique

La Splendeur des Lansing d’Edith Wharton

Note : ★★★★☆ — « Je suis ravi d’avoir autant apprécié ma lecture et je suis content d’avoir découvert de nouvelles qualités dans le style et la plume d’Edith Wharton. Cette dernière m’a vraiment convaincu par la finesse de ses personnages et leur psychologie à travers lesquels elle dresse une très juste critique de la société. »

Résumé :
« Susy avait la même échelle de valeurs que ces gens; elle parlait leur langage, même si elle en comprenait d’autres ; elle avait soif des mêmes plaisirs qu’eux, même si elle n’adorait pas leurs dieux. Mais, du jour où elle était devenue sa propriété, il avait élaboré ou sujet de cette femme une conception qui répondait à un besoin de vénération profondément ancré en lui. » Susy et Nick Lansing passent leur voyage de noces en Italie chez des amis plus fortunés. Leur mariage d’amour et le pacte qui les lie ne sauraient souffrir de concessions ou de bassesses. Mais les idéaux peuvent-ils se heurter à la dure réalité du couple et de la vie mondaine ? Lorsque Suzy accepte un marché peu moral qui lui permet de faire partie de la jet-set, le conflit larvé qui les mine déjà se déclenche… Dans ce roman flamboyant, passion et raison s’opposent toujours, orgueil et jalousie rencontrent inlassablement les caprices du destin.

Chronique :
L’histoire entre Edith Wharton et moi est assez atypique du fait que j’apprécie ses textes et sa plume sans pour autant parvenir à m’imprégner totalement de son style. C’est pourquoi j’avais hâte de découvrir une autre de ses œuvres et je dois admettre que c’est celle que j’ai préféré découvrir pour le moment.

Effectivement, rien que son format m’a totalement plu et rassuré. En offrant un récit assez court, ce choix m’a permis de ne pas m’ennuyer un seul instant ce qui n’était pas coutumier. De plus, sans pour totalement me transcender l’histoire qui nous est dévoilée m’a relativement intéressée et je l’ai trouvée d’un réalisme assez délicat et subtil. Ce constat provient du contexte historique assez récent et fortement transposable à notre époque. En évoquant les mariages de raisons mais aussi ses nombreux divorces, Edith Wharton dresse un très juste bilan du monde dans lequel elle évoluait. Bien entendu et comme le veut le genre littéraire, l’action n’est pas se qui prime au premier abord mais cela ne m’a dérangé et c’est avant tout l’évolution de notre couple qui m’a animé. Finalement seule la première partie et sa mise en situation peu paraître ennuyante mais une fois au cœur du conflit, je n’ai plus vu les pages défiler. Mieux encore, redécouvrir la haute société new-yorkaise et ses déboires m’a tout simplement diverti et amusé même si je préfère nettement l’ambiance britannique.

Il en est de même avec les personnages. Dans ses précédents textes, Edith Wharton n’était pas parvenue à ce que je m’attache à l’un d’eux et c’est tout l’inverse avec La Splendeur des Lansing. Nous suivons les points de vue de notre couple de héros, formé de Susy et Nick et bien qu’au premier abords ils paraissent cyniques et manipulateurs, ils se sont dévoilés parfaitement travaillés et développés. Je ne m’attendais absolument pas à une telle évolution et encore moins à une telle tournure concernant mon attache pour ces derniers. C’est incroyable lorsque la psychologie des personnages est aussi portée par la plume de son auteur. J’ai vraiment trouvé Susy d’une finesse délicieuse à lire et à découvrir. C’est un parcours initiatique agréable qu’il m’a été conté et j’ai aimé en connaître les tenant et les aboutissants. Il en est de même avec son mari même si ce dernier m’a semblé bien plus nuancé dans son approche et dans son évolution. J’ai, par conséquent, préféré les chapitres du point de vue de sa moitié.

C’est simple, je suis ravi d’avoir autant apprécié ma lecture et je suis content d’avoir découvert de nouvelles qualités dans le style et la plume d’Edith Wharton. Cette dernière m’a vraiment convaincu par la finesse de ses personnages et leur psychologie à travers lesquels elle dresse une très juste critique de la société.

3 commentaires sur “La Splendeur des Lansing d’Edith Wharton

  1. J’ai aussi tendance à préférer l’ambiance britannique quand il s’agit de critiques sociétales historiques, mais tu m’as intriguée avec cette histoire et l’évolution de ce couple plus attachant que la première impression ne le laisse penser. Je note donc ce titre dans mon challenge lire des classiques, d’autant que tu as soumis l’argument qui fait mouche : il est rapide à lire.

    J'aime

    1. Je pense que notre jugement provient du fait que NY est synonyme de strass et paillettes. En tous les cas c’est mon cas c’est pour ça que j’ai plus de mal à trouver l’ambiance idéale au romantisme de ce genre.
      En tous les cas je suis content de voir que sa plume t’intéresse.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s