Chroniques de Steven·Fantasy

Sharakhaï, tome 3 : Le Voile de Lances de Bradley P. Beaulieu

Note : ★★★★★ — « C’est donc un troisième tome très réussi que nous livre Bradley P. Beaulieu. L’intrigue est remarquable et apporte son lot de complots et de révélations haletants à découvrir. La mythologie se développe pour mon plus grand bonheur. Néanmoins, je regrette d’avoir quitté Sharakhaï, cette cité dans laquelle j’aimais évoluer au gré de nos personnages et nul doute que j’ai hâte que l’auteur me rouvre ses portes. »

Résumé :
Depuis la Nuit des Innombrables Lames, les rebelles des Hôtes sans Lune sont traqués sans relâche. La plupart d’entre eux ont été obligés de fuir la cité. Çeda, qui s’est réfugiée dans le désert, découvre qu’un Roi compte se retourner contre les autres souverains. Elle espère exploiter ces dissensions, mais en qui peut-elle faire confiance ? Tous sont susceptibles de la trahir.
Çeda imagine alors un plan risqué : libérer les asirim, les esclaves immortels des Rois. Mais le meilleur stratège de ces derniers, le Roi des Lames, est à ses trousses…
Tandis que la jeune fille tente de sauver les siens, la machiavélique reine de Qaimir, l’impitoyable mage de sang Hamzakiir et le Roi des Lames se préparent au terrible affrontement qui décidera du sort des peuples du désert…

Chronique :
Je ne pense qu’il soit nécessaire que je vous rappelle que j’ai eu en premier lieu un très gros coup de cœur pour l’univers et le folklore de Sharakhaï, ainsi que pour son intrigue qui s’étoffe de tome en tome. Cependant, j’ai été surpris de quitter cette citée pour découvrir de nouveaux environnements et autres lieux.

Bien que ce choix de la part de Bradley P. Beaulieu soit saluable pour le rafraîchissement et l’innovation de son œuvre, je dois bien admettre que j’ai fortement été nostalgique des sensations familières qui m’animaient tant. Quand bien même j’ai apprécié découvrir de nouveaux endroits et de nouvelles coutumes toujours très orientalistes, il m’a manqué un je ne sais quoi pour être totalement immergé par ces grandioses nouvelles environs. J’admets cependant, avoir pris plaisir à découvrir davantage de culture spécifique aux différentes tribus peuplant cette saga. De plus, j’ai été émerveillé par les nouveaux aspects de la mythologie dévoilés par l’auteur.
L’univers n’est pas le seul à changer et l’intrigue principale se développe encore plus avec ce nouveau chapitre. Les révélations continuent de se déverser sans temps mort jusqu’à l’ultime secret concernant Çeda. J’avais hâte de découvrir enfin l’identité complète de ce personnage et j’ai adoré cette découverte. De plus, chaque destin s’entremêle et les complots ne cessent de s’accroître sans pour autant définir qui reste foncièrement bon ou ou mauvais. Ainsi, la plume de l’auteure reste toujours autant nuancée et ne tombe jamais dans le cliché ce qui lui permet d’offrir une saga palpitante et haletante à parcourir.

Quant aux protagonistes, ceux-ci sont de plus en plus nombreux et il m’est parfois arrivé d’être assez perdu devant tant de complexité. En effet, chaque roi détient un rôle propre dans cette hiérarchie et je regrette qu’aucun glossaire ou autre ne soit présent afin de faciliter ma lecture. Finalement seule notre duo se démarque amplement et reste fortement attachant. C’est dommage car beaucoup d’autres détiennent un réel potentiel, gâché par une trop grande densité de personnages plus ou moins oubliables.
Fort heureusement et comme je l’évoquais, Çeda et Emre m’ont de nouveau convaincu. Après être à la solde des rois, notre combattante commence à s’émanciper et au vu de la finalité de ce volet, je suis certain que son destin décollera amplement dans celui à venir. Il en est de même pour son compagnon de fortune, chacun a leur rythme leur vision évolue et les voir grandir me ravit totalement.

C’est donc un troisième tome très réussi que nous livre Bradley P. Beaulieu. L’intrigue est remarquable et apporte son lot de complots et de révélations haletants à découvrir. La mythologie se développe pour mon plus grand bonheur. Néanmoins, je regrette d’avoir quitté Sharakhaï, cette cité dans laquelle j’aimais évoluer au gré de nos personnages et nul doute que j’ai hâte que l’auteur me rouvre ses portes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s