Fantastique·Jeunesse

Les Noces de la Renarde de Floriane Soulas

Note : ★★★★☆ — « J’attendais beaucoup de ce roman du fait de son univers au folklore et à l’ambiance nipponne que j’aime tant et je ressors totalement conquis par l’atmosphère de Floriane Soulas. J’ai tout simplement été subjugué par le style et la plume de cette dernière, envoûtants et mystiques à souhait et je regrette seulement le manque de risque concernant certains personnages peuplant ce récit. »

saisons

Résumé :
1461, Japon. Hikari vit dans les forêts peuplées de croyances et de dieux du Japon du 15ème siècle et s’intéresse de près au village installé au pied de la montagne… à ses risques et périls.
2016, Tokyo. Mina, qui a le pouvoir de voir les yokaï, esprits et monstres du folklore japonais, va se laisser entraîner dans une chasse au démon, en plein cœur de Tokyo.
Deux univers qui se croisent et s’entremêlent, entre quête d’identité et désir d’émancipation.

Chronique :
J’avais déjà repéré ce roman à sa sortie mais je n’avais pas eu l’occasion de me le procurer. Lorsque j’ai su que celui sortait en poche, je n’ai pas laissé l’occasion filer une nouvelle fois. D’autant plus que j’avais de très grandes attentes le concernant et je ressors comblé de cette lecture.

Le premier point à mettre à l’honneur concerne le travail et la finesse concernant l’univers de Floriane Soulas. Cette dernière dépeint avec réalisme et brio le monde nippon dans lequel évolue son intrigue. L’ambiance est à couper le souffle, j’ai tout simplement voyagé. Qu’il s’agisse des descriptions ou du vocabulaire spécifique au folklore japonais, tout est retranscrit à merveille. Je crois même avoir plus apprécié cette lecture pour son background que pour son intrigue principale. Il faut dire que je me suis imaginé de magnifiques paysages allant de la grande ville de Tokyo, aux temples japonais, octroyant un dépaysement total. De plus et comme je le disais la mythologie japonaise, composée de yokai et autres divinités, est vraiment censée et décrite avec justesse.Je n’ai eu aucun mal à me plonger dans cette ambiance mythique, aux dieux incroyables à découvrir. De plus, l’auteure met un point d’honneur à rendre le plus réaliste possible son roman et j’ai vraiment été étonné avec quelle facilité cette dernière est parvenue à s’approprier la culture asiatique et à lui rendre hommage.
Quant à sa plume, celle-ci se dévoile dynamique et les différentes temporalités permettent de maintenir un rythme certain de lecture. Son style se veut, quant à lui, fortement addictif et entraînant malgré quelques facilités scénaristiques et quelques longueurs ici et là. Ainsi, une fois plongé au cœur du Japon, je n’ai pas réussi à lâcher ce livre.

Là où la bat blesse concerne les personnages. Si comme je le disais j’ai beaucoup apprécié les différentes temporalités, je n’ai pas forcément apprécié les époques et les personnes présentes de la même manière. En effet et même si j’ai aimé fouler notre époque actuelle, je n’ai pas particulièrement ressenti d’attache concernant notre héroïne Mina. J’ai aimé la découvrir et la suivre dans sa quête d’identité même si je l’ai trouvée bien souvent assez passive et en retrait face au destin qui se dressait devant elle. Elle ne subit plus qu’elle n’opère et cela m’a parfois dérangé ou du moins gêné. Néanmoins, j’ai apprécié la suivre dans ce monde mystique qu’elle découvre en même temps que le lecteur.
Fort heureusement, la découverte du Japon féodale m’a bien plus intéressé et cela grâce au personnage de Hikari cette déesse de la forêt, membre d’un clan reconnu dont elle se sent bien souvent marginale. J’ai vraiment apprécié la psychologie de ce personnage et son évolution m’a totalement convaincu. J’ai vraiment pris un plaisir fou a suivre son initiation au sein de la communauté humaine, au mœurs différentes de sa tribu. J’ai ressenti un réel attachement pour cette mystérieuse jeune femme.
Malgré l’histoire centrée sur nos deux héros, beaucoup d’autres personnages gravitent autour de ces derniers et permettent finalement à lier ces deux destins. Je ne peux en dévoiler davantage mais j’ai trouvé l’idée assez bien menée.

J’attendais beaucoup de ce roman du fait de son univers au folklore et à l’ambiance nipponne que j’aime tant et je ressors totalement conquis par l’atmosphère de Floriane Soulas. J’ai tout simplement été subjugué par le style et la plume de cette dernière, envoûtante et mystique à souhait et je regrette seulement le manque de risque concernant certains personnages peuplant ce récit.

16 commentaires sur “Les Noces de la Renarde de Floriane Soulas

  1. Il faut vraiment que je le sorte de ma PAL !
    Malgré le manque de charisme de l’héroïne, le roman semble se distinguer pour son ambiance et la manière dont l’autrice semble avoir réussi à plonger ses lecteurs dans le folklore japonais.

    J'aime

    1. Si tu n’as pas peur de faire face à une héroïne un peu trop passive, cette lecture est faite pour toi ! L’ambiance et le folklore japonais est vraiment retranscrit avec richesse.

      Aimé par 1 personne

  2. Comme j’ai hâte de le lire, c’est vraiment toute cette mythologie japonaise et ce monde nippon que j’ai hâte de découvrir ! Merci pour ton avis 🙏🏻

    J'aime

    1. Effectivement je vois souvent passer son premier roman mais celui-ci est de la science-fiction et du steampunk. Du coup j’ose moi tenter l’aventure car ils ne sont pas mes genres favoris 😉

      J'aime

      1. Je pense qu’il pourrait plus me plaire que celui-ci pour le coup, car j’aime beaucoup le steampunk, même si ce n’est pas ce que je lis le plus souvent.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s