Chroniques de Steven·Fantasy

L’Ascension de Camelot, tome 1 : La Duperie de Guenièvre de Kiersten White

Note : ★★★★★ — « J’ai découvert la légende arthurienne comme jamais auparavant. J’ai adoré partir à l’aventure en compagnie de Guenièvre et ses nouveaux compagnons qui m’ont offert un véritable voyage dans un univers sauvage et magique, dans lequel combat rime avec magie et courage avec loyauté. J’ai vibré tout au long de cette lecture grâce à la plume poétique et délicate de Kiersten White. »

lalocataire

Résumé :
La princesse Guenièvre arrive à Camelot pour épouser le charismatique Roi Arthur, mais elle n’est pas celle qu’elle prétend être. Son vrai nom et sa véritable identité sont un secret.
La magie a été interdite dans le royaume et le sorcier Merlin qui en a été banni a trouvé un moyen de protéger le roi : faire de Guenièvre sa femme… et sa protectrice contre ceux qui veulent voir la ville du jeune souverain tomber.
Pour sauver la vie d’Arthur, sa nouvelle épouse va devoir naviguer dans une cour où les anciennes valeurs qui s’opposent au changement côtoient de nouvelles voix qui se battent pour un monde meilleur.
Mais au cœur de la forêt et dans les sombres profondeurs des lacs, la plus terrible des menaces attend pour récupérer ce qui lui est dû… Les chevaliers d’Arthur croient qu’ils sont assez forts pour faire face à n’importe quel danger, mais Guenièvre sait qu’il faudra bien plus que des épées pour garder Camelot libre.
Des joutes meurtrières aux trahisons et aux romances interdites, La duperie de Guenièvre propose une lecture inédite et fascinante de la plus grande des légendes. Le combat entre la magie et le fer, le bien et le mal. Une œuvre forte, novatrice et indispensable.

Chronique :
S’il y a bien quelque chose que je regrette reste le manque de réécritures ou d’adaptations de la légende du roi Arthur au sein de la littérature. J’ai bien tenté quelques lectures telles que Cursed de Frank Miller et Thomas Wheeler ou Uter Pandragon de Thomas Spok, mais je suis constamment resté sur ma faim. C’est pourquoi, lorsque j’ai eu vent de la parution de cette nouvelle saga dédiée à cette légende, j’ai été très curieux de découvrir le résultat. Le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai adoré et dévoré ce premier volet.

A commencer par l’univers mis en place par Kiersten White. Celui-ci se dévoile authentique, envoûtant et parfaitement réaliste. Le côté moyenâgeux est drastiquement mis en avant et permet un voyage dans le temps dépaysant et palpitant. C’est avec un style travaillé que cette dernière nous ouvre les portes de Camelot, cette cité médiévale et abrupte dans laquelle j’ai aimé fouler le pavé l’instant de quelques heures. Les nombreux paysages et autres contrés sauvages décrits méticuleusement par l’auteure m’ont été époustouflants à imaginer et à visualiser. J’apprécie fortement lorsqu’un récit arrive à m’immerger comme je l’ai été avec celui-ci.
Mieux encore, l’auteure allie avec force intrigue et mythe. Ainsi, une grande part de magie berce cette aventure et je me suis régalé avec avidité. D’autant plus que Kiersten White ne se contente pas de simplement balancer des tours de magie abracadabrants à tour de bras, mais sème et use de sa sorcellerie avec parcimonie, accentuant ce sentiment d’envoûtement et d’enivrement. Il en est de même avec l’intrigue de ce premier volet. L’auteure prend le temps de planter son décor et offre par conséquent, un récit travaillé et abouti dès les premières pages. C’est avec maturité, poésie et délicatesse que celle-ci nous conte sa légende. Pour autant, l’action reste présente et palpable et c’est haletant que j’ai suivi les nombreux passages chevaleresques ainsi que les combats à l’épée, accentuant le rythme de ce roman. Moi qui attendais de vibrer, j’ai été servi et j’ai aimé découvrir une infime partie de la légende arthurienne grâce à ce premier volet.

Ainsi, je ne connaissais absolument pas le personnage de la princesse Guenièvre. Je ne peux donc affirmer si cette réécriture suit parfaitement l’histoire originale mais peu importe, j’ai adoré ce bout de femme à la sensibilité pure et à la force incroyable. C’est une véritable héroïne que j’ai rencontré, qui est parvenue à me toucher autant qu’à m’épater de par sa grâce et sa sincérité. Sa sensibilité a éveillé ma curiosité et mon attention et n’a cessé de m’émouvoir. Présentée comme la protégée de Merlin, cette dernière détient certains pouvoirs et doit protéger le roi Arthur. Rempli de mystères et de secrets, ce personnage se dévoile au fil de l’intrigue et ainsi, évolue tout au long de l’histoire. J’ai apprécié cette progression détonante et captivante. De plus, cette dernière devra déjouer bien des complots et c’est sur l’aide de sa dame de compagnie ainsi que sur un certain chevalier qu’elle pourra s’appuyer pour y parvenir. Je ne peux en dévoiler davantage sur ces deux protagonistes mais je peux vous assurer qu’ils m’ont surpris et impressionné de part leurs véritables identités et leurs origines. La femme me semble savoir une place d’honneur dans cette saga et cela apporte un changement rafraichissant à ce genre littéraire.
C’est pourquoi au contraire, j’ai trouvé qu’Arthur peinait à briller et à s’envoler dans ce premier volet. J’ai apprécié le découvrir et en apprendre énormément sur ses origines bien plus complexes que ce que je pensais mais je m’étais fait une représentation toute autre de ce dernier. Néanmoins, sa force et son courage ne sont plus à démontrer et Kiersten White lui réserve un très bel hommage ici. Cependant, j’espère que par la suite cette dernière lui réservera un rôle un plus conséquent.

Enfin, j’ai découvert la légende arthurienne comme jamais auparavant. J’ai adoré partir à l’aventure en compagnie de Guenièvre et ses nouveaux compagnons qui m’ont offert un véritable voyage dans un univers sauvage et magique, dans lequel combat rime avec magie et courage avec loyauté. J’ai vibré tout au long de ma lecture grâce à la plume poétique et délicate de Kiersten White.

34 commentaires sur “L’Ascension de Camelot, tome 1 : La Duperie de Guenièvre de Kiersten White

  1. La personnalité de Guenièvre a tout pour me plaire !
    Ton avis, notamment sur le côté immersif avec de superbes descriptions, confirme que je vais adorer ce roman, mais aussi qu’il va falloir que je craque pour la VF parce que je sens que je n’aurai pas le niveau anglais pour le faire sortir de ma pal VO.
    J’avais repoussé l’achat pour des raisons de budget, mais je t’avoue que vu la polémique sur Twitter, c’est maintenant plus pour des raisons de traduction. Tu n’as pas été trop gêné par les notes de traduction et autres coquilles ?

    J'aime

    1. Personnellement j’ai adoré ma lecture et ma découverte pertinente de la légende arthuriennne. Je regrettais de ne pas être conquis par mes lectures passées mais c’est chose faite à présent.

      Alors, je n’étais même pas au courant de cette polémique et encore moins de note de traduction. Je veux bien ne pas être attentif à tout ça quand je lis mais là ça ne me dit rien. Et je serais très mal placé pour juger une traduction dont je ne connais pas l’œuvre originale.

      Je vais quand même fouiner dans mon exemplaire en rentrant ce soir.

      Aimé par 1 personne

      1. Je t’avoue que j’ai vu une capture d’écran et c’était quand même assez effarant… Mais après si ça n’arrive qu’une ou deux fois ça va, ce qui semble être le cas si tu n’as rien noté de particulier 🙂

        J'aime

      2. Sauf si bien sûr c’est pour toi, pas besoin d’enquête de mon côté. Je déplore les coquilles (mais la maison d’édition s’est excusée même si c’est maladroitement) mais si elles sont limitées et que tu ne t’en es pas aperçu, c’est que je peux craquer sur le hardback.

        J'aime

      3. Je suis surtout allé voir par curiosité et effectivement, j’ai vu passé de mon côté quelques fautes de frappes ou étourderies mais rien de bien parasitant.
        Après je peux comprendre qu’au vu du prix, certains soient frileux mais comme on dit, la perfection n’existe pas et je peux passer outre quelques coquilles quand je vois l’audace de leur catalogue !

        Aimé par 1 personne

  2. Ah, j’avais oublié Nevernight, il sort dans trop longtemps ^^ Mais cette fois ci, en paperback, pour aller avec le tome 1 ! The Bone Season… ça va venir, mais pas de suite.

    J'aime

    1. Si les informations sont bonnes, la suite serait pour juin. J’hésite tellement à me le prendre en chaque version tellement j’ai aimé ce premier tome 😉

      J'aime

      1. Parce que ce sont des objets livres magnifiques qui me donnent énormément envie, mais ce sont aussi d’énormes pavasses, pour la plupart, et je sais que je ne vais pas les lire tout de suite. Donc je vais lire les deux que j’ai déjà plus mes deux précommandes et je verrais pour refaire mon stock de De Saxus 😂 Surtout que si j’achète tout ce qui me fait envie chez eux, je risque d’y passer la moitié de mon salaire 🙄

        J'aime

      2. Comme je te comprends, surtout que si tu es comme moi tu ne peux pas résister aux hardback ! J’ai cru que c’était à cause de la traduction car je vois souvent passer cet argument dans les critiques que je peux lire concernant leur catalogue.

        En tous les cas, j’attends les prochaines sorties avec impatience.

        J'aime

      3. Alors là, je serais bien incapable de juger les traductions, d’ailleurs c’est la première fois que je vois que des gens s’en plaignent ^^ Je te comprend, j’ai déjà commandé La cité de Laiton et Crescent city. En hardback bien sûr ! D’ailleurs, pour La cité de Laiton, pas sûr que j’aurais craqué aussi vite si tu ne m’avais pas mis le nez dessus dans un de tes articles…

        J'aime

      4. Je ne m’en suis pas spécialement rendu compte car comme toi, je suis très mal placé pour évaluer une traduction car je lis trop rarement en VO.
        Je vois que nous avons les mêmes ouvrages dans notre WL concernant cette ME, rajoutes juste pour moi les seconds tomes de Nevernight et The Bone Season.

        J'aime

    1. Non car vraiment, je voudrais lire plus d’ouvrages sur cette légende donc si tu as des conseils, je suis preneur. D’autant plus que tu parles de romans d’origines, il s’agit desquels ?

      J'aime

      1. Je parle des premiers textes sur le sujet écrits au Moyen-Âge par différents auteurs comme Chrétien de Troyes ou par des auteurs inconnus. J’ai eu à les étudier pour mes études de lettres : Romans de la Table ronde de Chrétien de Troyes, La Quête du Graal, Perceval ou Le Conte du Graal, etc…

        À une époque plus moderne, Marion Zimmer Bradley est assez reconnue dans le genre avec le Cycle d’Avalon qui réécrit les mythes arthuriens du point de vue des personnages féminins (la fée Morgane, Guenièvre, Vivianne, Ygerne la mère d’Arthur, etc…)

        J'aime

      2. Passionnant que cela a dû être pour toi ce genre de récits.
        C’est dommage que la littérature ne possède pas plus d’ouvrages comportant cette épopée.

        Je note quand même tes références qui me sont souvent revenues.

        Aimé par 1 personne

  3. Je l’ai depuis un moment dans ma liseuse (en anglais) avec le deuxième tome… Ton avis me donne très envie de me lancer, adorant la légende arthurienne. Si d’ailleurs ce sujet t’intéresse, je ne peux que te conseiller les livres de Jean-Louis Fetjaine.

    J'aime

    1. Si tu adore tant cette légende, cette lecture est faite pour toi !
      Je note ce nom pour réaliser quelques recherches car effectivement j’aimerais découvrir d’autres ouvrages spécifiques à cette épopée. Merci à toi.

      Aimé par 1 personne

  4. Eh bien, ton avis extrêmement positif donne envie de s’intéresser davantage à cette sortie 😀
    Je ne suis habituellement pas une grande adepte des réécritures, mais là c’est vrai qu’on n’en voit pas trop sur la légende du roi Arthur 🙂

    J'aime

    1. C’est ça le problème. Je ne sais pas pourquoi mais je ne trouvais pas mon bonheur jusqu’à présent et j’en suis satisfait.
      J’espère que si tu te lances dans cette saga, celle-ci te plaira.

      Aimé par 1 personne

  5. J’attendais de lire des premiers avis pour valider ma commande – les avis VO étaient assez mitigées – même si au final l’objet en lui-même vaut le coup. Je suis vraiment contente de voir que ça t’as plu en espérant que le tout me plaira également 🙂

    J'aime

    1. Je ne comprends pas ces avis mitigés, après ça dépend du lecteur mais moi qui attendais une saga ou un roman solide sur la légende arthurienne, j’ai ENFIN trouvé mon bonheur et rien que pour ça cette lecture est une réussite.

      Concernant le travail de la ME, j’ai craqué pour l’édition reliée et celle-ci est magnifique. J’ai juste décelé une ou deux erreurs de frappes et autres double lettre mais rien de bien méchant. D’autant plus que le prix reste attractif selon moi 😉

      J’espère que ce premier tome te fera vibrer ou du moins voyager comme j’ai pu le faire !

      J'aime

  6. Mais il n’est pas sorti hier ce livre ? Comment tu as fait pour déjà le chroniquer ahah
    Sinon ça donne vraiment envie, même pour moi qui n’aime pas beaucoup les romans de fantasy !! 🙂

    J'aime

    1. Si si, je l’ai reçu hier et comme j’étais en repos aujourd’hui – les avantages de travailler les week-ends – je l’ai dévoré ! C’est dire à quel point ce roman a raisonné en moi et m’a fait vibré.
      Concernant le genre de ce roman, je ne dirais pas que c’est de la simple fantasy. Il va bien au delà de ce genre en alliant mythe et aventure 😉

      Aimé par 2 personnes

      1. Est-ce que c’est souvent un mélange de genre pour les œuvres qui traitent de la légende arthurienne ? C’est intéressant !

        J'aime

      2. Je dirais par forcément. Pour les quelques lectures traitant du sujet que j’ai pu lire, elles m’ont semblé bien plus fantastiques, qu’aventureuses et assez moins médiévales et chevaleresques.

        J'aime

      3. Oui si je comprends bien, ça s’éloigne du cadre mythologique et historique pour rejoindre celui du fantastique ?
        D’ailleurs au passage, est-ce que tu connais des titres de BD voire de mangas qui évoquent la légende arthurienne ? Merci ! 🙂

        J'aime

      4. C’est exactement ça et ce n’est pas ce que je recherche.

        Malheureusement non, je trouve que quelque soit le format, il y a trop peu d’ouvrages sur ces légendes.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s