Classique

Villette de Charlotte Brontë

Note : ★★★★☆ — « Je ressors mitigé de cette lecture en dent de scie et même si j’ai aimé retrouver la plume si sensible, délicate et poétique de Charlotte Brontë, je ne suis pas parvenu à être totalement transcendé par cette dernière. La faute à une héroïne un poil trop résignée et à quelques longueurs présentes et cassant mon rythme de lecture. »

lalocataire

Résumé :
Lucy Snowe, 14 ans, a développé une profonde affection pour le jeune Graham Bretton, fils de sa marraine. Leur attachement est mutuel, mais le père de Graham vient bientôt récupérer son fils…
Peu de temps après leurs adieux, Lucy doit quitter la maison. Après quelques hésitations, elle est engagée comme aide par Miss Marchmont, une dame handicapée. À la mort de celle-ci, pleine d’attentes et d’espoirs, Lucy prend un navire pour le royaume de Labassecour et sa capitale, Villette, où elle est employée comme institutrice à l’internat pour jeunes filles de Mme Beck.
Dans cette école, un certain Dr John rend souvent visite à la coquette Ginevra, dont il est amoureux. Mais on apprend que le Dr John n’est autre que Graham Bretton. Bientôt, Lucy et lui renouent…

Chronique :
Alors que j’avais adoré Jane Eyre et beaucoup apprécié Le Professeur, je m’attendais au même constat avec cette nouvelle parution sauf que malheureusement, je ressors quelque peu déçu de cette délicate lecture.

En effet et même si de nombreux parallèles peuvent être fait entre Villette et Jane Eyre, je dois bien admettre qu’on est loin du compte et que je me suis parfois ennuyé. Pourtant, l’histoire commençait très bien mais plus l’intrigue prenait place, moins j’avais l’impression qu’elle avançait. La faute a de nombreuses longueurs qui sont venues parasiter mon rythme de lecture. Ainsi, nous suivons les traces de Lucy, une jeune orpheline que personne ne remarque débarquée en terre inconnue, la Belgique, dans laquelle celle-ci fera ses premiers pas dans le monde en tant qu’enseignante dans un pensionnat. J’attendais énormément de ce roman initiatique et je pensais être autant heurté et saisi que par mes précédentes lectures sauf qu’il n’en a pas été ainsi. Pour autant, j’ai aimé retrouver le style si beau et la plume si poétique de Charlotte Brontë. Une nouvelle fois, cette dernière démontre toute l’étendue de son talent et parvient à faire passer de nombreuses émotions à travers son style si pur et complet et parfaitement maitrisé. J’ai même été agréablement surpris par l’inspiration gothique et surtout par sa mise en situation, octroyant à ce roman une dimension parfois fantastique plaisante et mystérieuse à lire. D’autant plus que comme à l’accoutumée, l’auteure s’inspire de son vécu et apporte une très large dimension autobiographique à Villette. C’est pourquoi, j’ai aimé les sujets abordés tels que les différences sociales et religieuses et le sentiment d’inappartenance dont souffre Lucy.

Celui-ci la poursuivra jusqu’à la fin du roman, qui reste très largement ouverte et interprétable de milles manières, faisant de ce personnage, un personnage attachant et captivant. C’est une héroïne tout en lucidité et en sensibilité qu’il nous est dévoilé. D’autant plus que Charlotte Brontë explore le moindre détail de la psychologie de Lucy, la mettant complètement à nu. Malgré tout, je dois reconnaître que malgré son tempérament pondéré et mesuré, j’aurais apprécié que cette dernière se dévoile un peu plus tourmentée et beaucoup plus active. En effet, cette dernière subit plus qu’elle impose et cela peut parfois paraître assez irritant. Néanmoins et en remettant le contexte autobiographique de ses œuvres, je pense que Charlotte Brontë exorcisait ses propres démons à travers ses écrits. Malheureusement, je n’ai pas apprécié plus que cela le personnage de Mr Paul. On est loin des gentlemans charismatiques et emblématiques dignes des romans victoriens. En ce sens, je n’ai pas spécialement apprécié la trame romantique de cette intrigue. Heureusement que nous rencontrons d’autres personnages et que certains, comme Polly et le Dr John, parviennent à se démarquer.

En somme, je ressors mitigé de cette lecture en dent de scie et même si j’ai aimé retrouver la plume si sensible et poétique de Charlotte Brontë, je ne suis pas parvenu à être totalement transcendé par cette dernière. La faute à une héroïne un poil trop résignée et a quelques longueurs présentes et cassant mon rythme de lecture. Je pense néanmoins qu’il doit être lu par tous les amateurs de l’auteure.

10 commentaires sur “Villette de Charlotte Brontë

  1. Ah je viens tout juste d’acheter cette même édition. Je suis en train de faire la collection. Je n’ai pas lu ce roman de Charlotte Brontë. J’avais hâte de le débuter. Je pense que je vais attendre un peu… J’ai aussi du mal avec les héroïnes désignées. Et si Mr Paul manque de charisme ça va être dur. Je suis une grande fan de Mr Rochester.

    J’aime

    1. Nous sommes donc deux à réaliser cette collection 😉
      Personnellement, j’ai aimé cette lecture mais je l’ai trouvée beaucoup moins percutante que Jane Eyre ou le Professeur que j’ai tout les deux adoré.
      J’espère quand même que cette lecture te plaira quand tu décideras de la réaliser.

      Aimé par 1 personne

  2. Les longueurs et la fin très ouverte me font un peu peur, mais l’inspiration gothique m’attire, parce que c’est le genre de touche que j’adore.
    Mais je suivrai ton avis et tenterai avant Le Professeur.

    J’aime

    1. C’est surtout le roman que j’ai trouvé le plus long et ennuyant par moments. Certains passages créent beaucoup trop de longueurs.
      Malgré ça, son style reste merveilleux à lire et à découvrir du fait des touches autobiographiques mais, effectivement j’ai préféré Le Professeur.

      Aimé par 1 personne

  3. « Villette » m’intriguait, comme je ne connaissais pas et que j’ai beaucoup aimé « Jane Eyre ». Je pense que je lirai celui-ci un jour, même s’il n’est pas dans mes priorités, histoire de me faire mon propre avis ^^
    Merci pour ton retour !

    J’aime

  4. Malgré les failles que tu pointes, et que j’avais déjà trouvé parfois dans Jane Eyre, j’ai très envie de découvrir ce titre, sa note gothique ainsi que la psychologie fouillée de l’héroïne. Merci pour ce bel avis très complet ☺️

    J’aime

    1. Je t’en prie c’est avec grand plaisir. Malgré quelques parallèles avec Jane Eyre, j’ai très largement préféré ce dernier que j’avais dévoré. Ici, trop de longueurs viennent casser le rythme de l’intrigue même si cette lecture reste divertissante.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.