Classique·Historique

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee

Note : ★★★☆☆ — « Je pense avoir eu de trop grandes attentes envers ce classique dont je ressors assez mitigé et frustré. Quand bien même les sujets abordés restent louables et d’actualité, j’aurais apprécié qu’ils soient totalement au centre de l’intrigue et non relayés au second plan. Néanmoins, j’ai apprécié découvrir Scout et Atticus, les véritables héros de ce récit. »

Résumé :
Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort.

Chronique :
Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de présenter ce roman du fait de son succès planétaire et intemporel, faisant de ce dernier un des classiques que je voulais à tout prix découvrir. Malheureusement et même si j’ai apprécié ma lecture, je ressors assez déçu et frustré de ce que j’ai lu, bien loin de la représentation que je m’étais imaginée.

En effet et vu les forts sujets et les thèmes sensibles abordés par Harper Lee, je m’attendais à une lecture percutante, révoltante et émouvante sauf qu’il n’en a pas été de tout ça. Pourtant, le rascine et la ségrégation ainsi que leurs conséquences sur la population opprimée restent le fond de l’intrigue mais se dévoilent finalement trop peu présentes et sont très vites reléguées au second plan pour laisser place à l’histoire et au développement de Scout, la véritable héroïne et force de ce roman. J’ai vraiment été dérouté par ce choix qui me laisse un sentiment de frustration important et j’ai comme l’impression de m’être fait dupé ou qu’il y a eu erreur sur la marchandise. Néanmoins, les très rares fois où ces sujets et le procès ont été abordés m’ont vraiment plu et touchés du fait qu’ils collent, malheureusement, à la réalité. Il est indéniables que les nombreuses inégalités entre les catégories et classes sociales et raciales présentées et autres preuves de discriminations sont encore bien trop actuels. Ainsi, cette lecture peut vraiment faire écho aux à chaque personne et je ne peux qu’en recommander sa lecture même si celle-ci reste assez superficielle. Surtout que Harper Lee détient une plume d’une simplicité de lecture remarquable et se rend droit à l’essentiel, ce qui empêche les temps morts et permet un certain rythme de lecture. Je n’irais pas jusqu’à dire que ce roman est addictif mais il reste tout de même entraînant.

Par ailleurs, les personnages sont ce que j’ai le plus apprécié lors de ma lecture. J’ai vraiment pris plaisir à découvrir l’époque et le monde dans lequel évolue Scout et son frère Jem, à travers les yeux de cette jeune fille. Cette dernière se dévoile aussi naïve qu’attendrissante et son innocence est l’élément central de toute l’intrigue. C’est pourquoi, voir peu à peu s’ébranlé cette pureté m’a permis un réel attachement auprès de ce personnage. Son évolution et son cheminement n’aurait pu avoir lieu sans la présence d’Atticus, leur père, dont la tolérance et l’altruisme m’ont fortement touché. C’est une personne entière, d’une très grande compréhension et d’une très belle ouverture d’esprit qui nous est présentée. Ce personnage forge tout simplement le respect et partageant les mêmes valeurs de respect et de tolérance que ce dernier, son discours n’a pu que raisonner en moi. J’ai aussi apprécié chaque protagoniste peuplant ce roman, même si j’en ai trouvé certains assez clichés comme la tante réac au possible qui m’a bien souvent agacé, par exemple.

En bref, je pense avoir eu de trop grandes attentes envers ce classique dont je ressors assez mitigé et frustré. Quand bien même les sujets abordés restent louables et d’actualité, j’aurais apprécié qu’ils soient totalement au centre de l’intrigue et non relayés au second plan. Néanmoins, j’ai apprécié découvrir Scout et Atticus, les véritables héros de ce récit.

14 commentaires sur “Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee

  1. Ah zut. C’est énervant quand on a l’impression d’être passé à côté d’un chef-d’oeuvre. J’ai ce roman dans ma Pal. Je ne pense pas le lire tout de suite.

    J'aime

  2. Je ramais trop dans la première partie avec Scout, je trouvais que ça n’avançait pas. J’ai donc abandonné cette lecture mais j’aimerais bien retenter un essai, c’est un classique de la littérature américaine qui est très populaire.

    J'aime

    1. Je suis bien d’accord, on nous fait miroiter l’histoire d’un avocat et d’un procès scandaleux sauf qu’il n’en est quasiment rien. J’espère que ta seconde tentative sera concluante 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Dommage, car ce livre a pas mal fait parler de lui (dans ma biblio, il est souvent sorti)… Mais je n’ai jamais osé le lire. J’ai également peur d’être déçue. Sa suite est assez moyenne, parait-il.

    J'aime

    1. Je pense qu’en l’ayant vu souvent passé et en plus très bien noté, notre représentation est fortement influencée et du coup on se retrouve déçu.
      Concernant la suite, il est vrai que beaucoup la trouve en dessous et oubliable.

      J'aime

  4. Oh, c’est trop dommage que tu ai été déçue !! J’avais été bluffée surtout par cet aspect très universel sur la jeunesse et le récit sous le pdv d’une enfant, ces questions autour du racisme qu’elle se pose, et la relation/complicité entre son père, son frère et elle. Je l’ai lu dans ce contexte là, pour mon cours d’anglais, et ça a forcément influencé ma lecture, sans quoi j’aurais imaginé un récit beaucoup plus axé sur le racisme en général…

    J'aime

    1. Alors je te rejoins totalement sur les relations entre Scout et sa famille mais pour le coup, le résumé du livre est beaucoup plus centré sur la ségrégation et le procès du père alors que c’est qu’une infime partie du roman. Néanmoins, j’ai quand même apprécié cette lecture.

      J'aime

    1. Je pense vraiment avoir eu de trop grandes attentes du fait qu’il s’agisse monument de la littérature et, si comme moi tu en entends parlé depuis très longtemps, je pense que ta représentation sera bien différente de la réalité.

      Aimé par 1 personne

    1. Si tu t’attends à quelque chose centré sur la cause humaine, tu seras déçue mais c’est à toi de voir. Après ça se lit tout seul 😉

      Très bon week-end à toi également !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s