Classique

Le Docteur Thorne d’Anthony Trollope

Note : ★★★★☆ — « Bien différent de sa tragédie, j’ai aimé retrouver la plume ambitieuse d’Anthony Trollope qui, à travers cette importante et incroyable fresque sociale, réalise une très juste et acerbe critique de la société, portée par des personnages aboutis et débordants de finesse. Néanmoins, je regrette un manque d’élégance concernant le traitement de la romance de ce récit. »


« Il me tue, il me tue avec sa maîtrise ! » – Léon Tolstoï

Résumé :
Le Docteur Thorne, qui a valu à Anthony Trollope son plus grand succès, constitue (en 1858) l’une des premières apparitions dans le roman anglais du personnage du médecin, appelé à un bel avenir littéraire. Les rapports entre le mariage et l’argent, dans une société inégalitaire mais mobile, sont au cœur d’une intrigue attachante. Le docteur Thorne, célibataire endurci, a recueilli chez lui sa nièce Mary, orpheline, qui est devenue une belle jeune fille. Il souffre de la voir mise à l’écart par la bonne société du village, du fait qu’elle est de naissance obscure et sans fortune. Elle ne saurait épouser celui qu’elle aime, Frank Gresham, un jeune héritier désargenté qui l’aime également, mais dont le devoir est d’épouser « une fortune » pour sauver le domaine familial hypothéqué. Trollope nous offre ici un magnifique roman d’amour, qui se distingue, comme toujours, par la richesse psychologique de ses personnages, l’intérêt de son étude de mœurs et son inspiration aimablement satirique.

Chronique :

Alors que j’ai découvert il y a peu la merveilleuse plume d’Anthony Trollope grâce à sa tragédie Œil pour œil, j’ai eu très envie de découvrir davantage sa bibliographie et le résumé de celui-ci m’a de suite charmé pour son intrigue et par son succès certain.

Effectivement, Le Docteur Thorne est l’œuvre la plus populaire de l’auteur est fut beaucoup de fois rééditée au cours de sa carrière. C’est donc débordant de curiosité que je me suis lancé dans ce joli pavé et dont je ressors satisfait malgré une construction et une narration bien différente de ce que je pensais connaître d’Anthony Trollope. Quand bien même j’ai retrouvé son style, je l’ai trouvé bien plus ambitieux et alambiqué que lors de ma précédente lecture. Sans pour autant être inaccessible, sa prose se démontre bien plus sophistiquée et complexe ici là. Chaque détail compte et il m’a fallu faire preuve de concentration pour que très peu d’informations ne m’échappe. Assurément, c’est à travers sa romance qu’Anthony Trollope dresse une très fine et juste critique de la société britannique dont la tonalité se veut sarcastique et acerbe. Ce dernier dénonce avec mordant les différents sujets de société spécifiques à ce courant victorien et en apporte de nouveaux, ce qui m’a complètement convaincu. Ainsi, il est très largement question de morale et de politique au cours de ce récit, chose étonnante et pertinente. De plus, en mettant en action les fonctions et l’exercice d’un médecin, l’auteure confronte le lecteur à l’opposition de cette société fortement ecclésiastique face au progrès de la médecine. Toutes ces railleries permettent ainsi à l’auteur d’offrir une romance dramatique dont la dimension et la portée manquaient parfois de puissance. Effectivement, cette dernière ne sert finalement que de prétexte à l’auteur et celle-ci se dévoile assez peu mise en valeur. Néanmoins, j’ai aimé ce récit pour l’incroyable fresque sociale qu’il nous permet de découvrir.

Ainsi, dans les premiers chapitre de ce roman, Anthony Trollope prend la peine et nous prévient lui-même que c’est au lecteur de choisir le héros de son œuvre et je ne peux qu’approuver ses dires. Effectivement, beaucoup de personnages sont dévoilés au cours de cette satire et je dois bien admettre que malgré l’importance de leurs constructions, aucun n’a réussi à totalement m’affecter. J’ai aimé les découvrir et suivre leurs cheminements mais je n’ai pas vibré comme je l’attendais. Néanmoins, ce serait mentir d’affirmer que je n’ai rien ressenti au cours de ma lecture mais je m’attendais à rencontrer des personnages poignants et émouvants et dont le destin m’aurait retourner les tripes. Je pense que je n’étais pas assez détaché de ma précédente lecture d’Œil pour œil et que cela a pu quelque peu entacher celle-ci. Cependant et malgré ce manque d’élégance et de romantisme, je dois reconnaître que j’ai apprécié l’incroyable travail qu’a fourni Anthony Trollope pour offrir d’accomplis protagonistes à l’esprit et la psychologie parfaitement aboutis.

Bien différent de sa tragédie, j’ai aimé retrouver la plume ambitieuse d’Anthony Trollope qui, à travers cette importante et incroyable fresque sociale, réalise une très juste et acerbe critique de la société, portée par des personnages aboutis et débordants de finesse. Néanmoins, je regrette un manque d’élégance concernant le traitement de la romance de ce récit.

12 commentaires sur “Le Docteur Thorne d’Anthony Trollope

  1. Peut être qu’Oeil pour oeil serait plus fait pour moi finalement si je lis entre les lignes car je crains une certaine frustration concernant la romance dans le Docteur Thorne.
    Mais les deux continuent assurément de m’intéresser !

    J'aime

    1. Ce sont deux œuvres totalement différentes et j’ai trouvé la tragédie bien plus poignante que cette satire. Cependant ça me motive à continuer ma découverte de l’auteur 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s