Thriller

Le Pensionnat des Innocentes d’Angela Marsons

Note : ★★★★☆ — « Une fois passé outre ses défauts, Le Pensionnat des Innocentes est parvenu à me captiver jusqu’à la dernière page. Angela Marsons conte avec génie et efficacité une intrigue aussi violente, qu’intrigante. Entre meurtres, cruauté et suspens, je me suis laissé berner par sa plume machiavélique et je serais de la partie quant à la suite de cette saga. »

Résumé :

2004, au cœur du Black Country anglais. En pleine nuit, cinq individus scellent un pacte au-dessus d’une tombe qu’ils viennent de creuser.
Dix ans plus tard, Kim Stone, inspectrice au tempérament rebelle et solitaire, se voit confier une nouvelle enquête. Teresa Wyatt, directrice d’école, a été retrouvée noyée dans sa baignoire. Peu de temps avant sa mort, elle s’était intéressée à une fouille archéologique prévue sur les lieux de Crestwood, un foyer d’accueil pour jeunes filles détruit dans un incendie. Bientôt, un autre ex-employé du foyer est retrouvé assassiné.
Kim, qui a connu enfant l’assistance publique, fait accélérer les fouilles au mépris des procédures. On découvre bientôt plusieurs squelettes, les restes d’adolescentes oubliées de tous…
Les secrets remontent toujours à la surface… Premier volet des enquêtes de l’inspectrice Kim Stone, un polar remarquable, par une nouvelle voix capable de mêler le frisson du suspense à l’émotion brute.

Chronique :

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de présenter ce roman au vu de son succès actuel et de forte sa popularité. Ainsi et du fait de ses très bons avis et grâce à son résumé alléchant j’ai eu très envie de découvrir les sombres secrets de ce pensionnat et chose étonnante, je ne sais pas si j’ai apprécié cette lecture ou non.

Je m’explique, je ne peux nier avoir totalement adoré l’intrigue en elle-même mais je ne peux non plus nier lui avoir trouvé quelques défauts. A commencer par certaines longueurs en début de récit qui ont fortement alourdi ma lecture. Il m’a fallu faire force de concentration pour finir par être totalement happé par cette dernière. Paradoxalement et une fois en plein de cœur de la tourmente, je n’ai pu la lâcher et je l’ai achevée tard dans la nuit tellement celle-ci m’a maintenu en haleine. En ce sens, la plume et le style d’Angela Marsons se sont dévoilés finalement efficaces et diaboliquement addictifs. Je regrette jusque quelques passages semblant assez brouillons et hasardeux. Pour autant, il est indéniable que Le Pensionnat des Innocences recèle tous les ingrédients du genre et nécessaires pour faire de ce roman un très bon thriller. Entre meurtres, secrets et violence j’ai été plus que servi et j’ai adoré cela. De plus, l’auteure m’a mené par le bout du nez du début à la fin et j’ai vraiment pris plaisir à suivre cette brutale enquête. J’ai été fasciné par autant de perversité et de perfidie. Il faut bien admettre qu’Angela Marsons ne s’embarrasse pas de fausse pudeur ni d’autres retenues et nous conte un premier épisode cruel, bourru et audacieux.

Cependant et malgré ses nombreux attraits, c’est surtout au niveau des personnages que la balance penche du mauvais côté. En effet et quand bien même j’ai été assez touché et attendri par l’histoire ainsi que par le passé de notre inspectrice, il est indéniable que Kim souffre d’un manque de nuance et de trop nombreux stéréotypes. A l’inverse d’un certain Martin Servaz – Héros de Bernard Minier – que je trouve juste et empathique, notre héroïne se dévoile beaucoup trop caricaturale pour être totalement crédible. Être une femme forte et blindée n’est pas synonyme d’automate comme peut le paraître notre enquêtrice. Ainsi et là encore, il m’a fallu beaucoup de temps pour apprécier l’accompagner pleinement dans son enquête. Même constat quant à ses collègues qui ne sont là que pour divertir et ajouter une touche d’humour à toute cette noirceur. Je regrette réellement ce manque de subjectivité quant à la construction des personnages d’Angela Marsons qui m’a assez freiné dans mon immersion.

Peu importe et une fois passé outre ses défauts, Le Pensionnat des Innocentes est parvenu à me captiver jusqu’à la dernière page. Angela Marsons conte avec génie et efficacité une intrigue aussi violente, qu’intrigante. Entre meurtres, cruauté et suspens, je me suis laissé berner par sa plume machiavélique et je serais de la partie quant à la suite de cette saga.

10 commentaires sur “Le Pensionnat des Innocentes d’Angela Marsons

    1. Exceptée l’héroïne, le reste est vraiment très bon et j’ai vraiment été berné par la plume diabolique de l’auteure. Je lirai avec plaisir le second tome pour voir si cette dernière parvient à faire évoluer son enquêtrice.

      Aimé par 1 personne

  1. Malgré sa popularité actuel, je ne connaissais pas ce titre mais le résumé fait envie. J’espère juste ne pas être déçue par cette enquêtrice automate si je le tente 🙂 merci pour cette découverte !

    J'aime

    1. Après il s’agit d’un premier volet le tout peut être amené à évoluer favorablement et c’est ce que je souhaite. Du coup c’est avec plaisir que je lirai le second tome pour pouvoir me faire une vision plus large de cette saga même si ce tome se suffit à lui-même.

      Aimé par 1 personne

  2. Dommage pour les longueurs et une héroïne stéréotypée/caricaturale, mais le fait que tu aies été mené par le bout du nez tout au long de ta lecture donne envie ! Cela m’arrive de plus en plus rarement…

    J'aime

    1. Cela est fort dommage car si j’étais parvenu à apprécier à m’attacher à l’enquêtrice, ce volet aurait été une très très bonne surprise. Après quant au fait de me laisser berner il faut dire que je suis assez bon public ne lisant que très peu de thrillers at autres policiers 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s