Classique

Nobles Dames, Nobles Amours de Thomas Hardy

Note : ★★★★★ — « Quand bien même mes nombreuses craintes quant à la forme de cette œuvre, je suis plus que ravi de sortir totalement enchanté de cette lecture. Thomas Hardy nous dévoile différentes mais inégales nouvelles débordantes d’amour et de cruauté, offrant un contraste pertinent et captivant à découvrir. »

Résumé :

Dix archéologues amateurs, que la pluie oblige à renoncer à une excursion, se racontent à tour de rôle les amours malheureuses de jeunes femmes, souvent belles et fortunées, que leur immaturité ou leur ambition entraîne parfois dans des situations assez scabreuses.
Arrivés au terme de leur histoire, nos narrateurs, en bons victoriens qu’ils sont, se voient contraints, non sans ironie, à critiquer leur héroïne, dont la mentalité leur demeure, de toute façon, totalement étrangère.
Victimes des conventions sociales, frustrées dans leurs désirs amoureux, ballotées entre des sentiments contraire, ces « nobles dames » sont les jouets du destin et c’est une vision fort pessimiste du mariage, de l’amour et de la nature féminine que nous offre ce recueil.
Sous l’anecdote, tantôt humoristique, tantôt mélodramatique, Thomas Hardy, comme dans Tess, aborde « des sujets auxquels tout le monde pense mais dont personne ne souffle mot » et souligne le côté mystérieux, parfois absurde de l’existence.
Par la simplicité et la portée universelle de leurs thèmes, ces nouvelles s’apparentent au conte parlé et à la ballade populaire. Si elles en ont les défauts, elles en ont aussi les qualités.
Alors, écoutons ces histoires. Imaginons-nous installés au coin du feu, dans un musée empli de fossile où les oiseaux empaillés semblent « cligner de l’oeil ».
Les dix nobles dames, numérotées comme autant de pièces de collection, appartiennent au passé. Acceptons, comme Hardy nous les offre – avec un clin d’oeil -, ces ballades en prose des « Dames du temps jadis ». Et ne boudons pas notre plaisir.

Chronique :

Connaissant mon admiration pour la plume de Thomas Hardy, vous vous imagez bien à quel point j’étais joie d’avoir la plaisir de découvrir une nouvelle œuvre de ce dernier. Cependant et malgré ma très grande envie, ce roman étant un recueil de nouvelles et connaissant mes difficultés face à ce genre, j’avais de très grandes craintes et quelques réserves en ce qui le concerne. Fort heureusement, l’auteur est parvenu à m’entraîner avec aisance dans son récit dont lequel je ne me suis pas ennuyé un seul instant.

Mon intérêt provient avant tout du fil conducteur et du lien qui unit chacune des nouvelles présentées. Finalement, j’ai eu l’impression d’être face à unique roman dans lequel prenaient places plusieurs histoires indépendantes les unes des autres. J’ai vraiment apprécié cette impression de constance permanente et pertinente. Ainsi, j’ai pris énormément de plaisir à suivre les dix récits romantiques contés par différents narrateurs. D’autant plus que j’ai trouvé très réussi l’idée d’offrir autant d’intrigues que de narrateurs. Cela permet à Thomas Hardy de livrer plusieurs point de vue – plus ou moins pertinents – quant aux femmes et à leurs places au sein de la société d’antan. En effet, les femmes et la féminité sont les éléments centraux de ces dramatiques histoires d’amour. Je trouve toujours incroyable à quel point l’auteur a tant de choses à écrire sur l’amour et à quel point chacune de ses ouvrages se dévoile être une hymne à celui-ci. Je suis vraiment en admiration devant en tel hommage à ce vif sentiment.

Cependant et bien qu’il nous en a donné l’habitude, il m’a semblé que cette fois-ci ce dernier mêlait avec éloquence, subtilité et magnificence l’amour et la mort. Je suis vraiment admirateur de ce contraste si brute et particulier à savourer et à déguster. Ainsi chacune des nouvelles présentées se dessinent aussi belles que cruelles à découvrir. Par conséquent, j’ai à nouveau vibré au rythme de ses mots, des ses phrases et de ses paragraphes se dévoilant toujours aussi émouvants et mélodieux. Par ailleurs et sans être son roman le plus puissant, le style de Thomas Hardy se dévoile fortement accessible et fluide à lire. Mieux encore, j’ai adoré les thèmes abordés au cours de ces différentes commérages et même si le sexe féminin n’est pas toujours représenté avec délicatesse, j’ai apprécié les nombreuses et différentes critiques présentes dans cette œuvre et qui concernent de larges thèmes tels que le mariage ou la vanité humaine par exemple. Néanmoins et malgré ces tous leurs atouts, je regrette que certaines nouvelles se dévoilent bien moins captivantes que d’autres ce qui créer un sentiment d’inégalité. Fort heureusement, cela n’a aucunement freiné mon rythme de lecture. De plus et contrairement à cette inégalité, j’ai trouvé que les réactions et le ton des narrateurs étaient parfois trop égaux et semblables installant une certaine monotonie et quelques répétitions narratives.

Quand bien même mes nombreuses craintes quant à la forme de cette œuvre, je suis plus que ravi de sortir totalement enchanté de cette lecture. Thomas Hardy nous dévoile différentes mais inégales nouvelles débordantes d’amour et de cruauté, offrant un contraste pertinent et captivant à découvrir.

7 commentaires sur “Nobles Dames, Nobles Amours de Thomas Hardy

  1. Difficile de trouver une qualité constante dans un recueil, certaines nouvelles nous parlant toujours plus que d’autres. Mais rien que le fait que tu aies apprécié le recueil malgré ton peu d’appétence pour les nouvelles est un magnifique hommage rendu à l’auteur. Le fait qu’il y a ait fil conducteur, pas si courant que cela, semble apporter un certain liant et rend, du moins pour moi, le recueil d’autant plus tentant.

    J'aime

    1. Je pense d’ailleurs que c’est grâce à ce fil conducteur que j’ai tant apprécié ma lecture. Je ne suis vraiment pas fait pour les nouvelles je lis avec Poe que j’ai commandé et très vite mis en pause. Ici, Thomas Hardy conte divers histoires dans un même cadre, ce qui aide grandement.

      Aimé par 1 personne

  2. A l’inverse de toi, ce format de nouvelles est ce qui me donne le plus envie de découvrir le titre, car en tant normal j’ai quand même du mal avec les romans où tout va de mal en pis pour les héros. Là au moins je sais que ce sera court et je pourrai arrêter ou faire une pause dans regret le cas échéant lol

    J'aime

    1. Figure toi que je me doutais que ce format te plairait davantage et puis finalement ton avis est plus que pertinent. Je pense que, comme tu le soulignes si bien, ce recueil est une très belle manière de découvrir la beauté de la cruauté spécifique à Thomas Hardy ! Personnellement, j’ai beaucoup aimé car entre ses nouvelles se tient un réel fil conducteur. Sans pour autant parler d’intrigue ou de scénario, l’enchainement se fait avec facilité.

      Aimé par 1 personne

      1. Tu m’as très bien cernée 😉
        Et effectivement j’ai l’impression que le titre est un bon compromis entre nouvelles détachées et roman filé, ça ne peut être qu’un plus !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s