Contemporaine

Les Oubliés du Dimanche de Valérie Perrin

Note : ★★★☆☆ — « Il m’est compliqué de savoir si j’ai aimé ou non cette lecture. Si je ne garde que le concept de la relation soigné/soignant traité avec respect ainsi que réalisme et rendant magnifiquement hommage à ma vocation, je ne peux que l’appréciée. Malheureusement, de nombreuses intrigues que je préfère oublier sont venues amputer cette partie de l’histoire, exceptée celle concernant la mémoire d’Hélène qui se dévoile fortement émouvante à découvrir. »

Mon amour, la première fois que je t’ai embrassée j’ai senti un battement d’ailes contre ma bouche.

Résumé :
Justine, 21 ans, est aide-soignante dans une maison de retraite où elle se sent bien. Elle vit avec un grand-père taciturne et solitaire, une grand-mère peu affectueuse, et son cousin Jules qu’elle considère comme son frère. Marquée par l’accident qui a coûté la vie à ses parents et ceux de Jules, Justine se jette à corps perdu dans le travail… et les histoires des autres, car sa propre histoire lui échappe. Murés dans le silence, ses grands-parents refusent d’évoquer le passé. Alors elle se tourne vers ceux qui se souviennent. Ces « petits vieux » dont elle aime par-dessus tout écouter les souvenirs. Et tout particulièrement ceux d’Hélène, sa résidente préférée, retranchée sur une plage imaginaire de laquelle elle dévoile, par morceaux, l’histoire de sa vie et d’un amour qui a survécu au malheur et à la trahison. Justine passe des heures à l’écouter et consigne son récit dans un cahier bleu. Grâce à Hélène, elle va pouvoir affronter les secrets de sa propre histoire.

Chronique :
Alors que l’auteure semble en tête des ventes grâce à son dernier roman Trois, une collègue m’a très chaleureusement recommandé son premier écrit, Les Oubliés du Dimanche en m’affirmant que ce dernier était fait pour moi. En découvrant son résumé j’ai très vite rejoins son avis et je me suis empressé de me procurer ce dernier qui, lecture faite, me laisse une impression amère et piquante.

Je ressors plus que mitigé et indécis de cette lecture. A tel point que je ne suis pas certain de l’avoir appréciée même si je je l’ai pas exécrée pour autant. Il faut dire que ce roman renferme de très jolies et pertinentes choses, malheureusement bien souvent entachées par quelques incohérences et autres maladresses. C’est simple, je n’ai cessé d’osciller entre enthousiasme et scepticisme. Ce sentiment hasardeux est vraiment regrettable car les premières pages m’ont très vite séduit. En effet, l’histoire prend principalement place au sein d’un EHPAD – Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Handicapées – et suit les traces d’une toute jeune aide soignante. Jusque la et exerçant moi-même ce métier dans ce même milieu les parties concernant ce pan de narration n’ont pu que faire écho à ma fibre soignante. Je tiens d’ailleurs à saluer le travail de recherche et d’analyse effectuée par Valérie Perrin car j’ai trouvé que celle-ci rendait parfaitement hommage aux soignants ainsi qu’aux résidents peuplant ces établissements médico-sociaux. L’auteure ne tombe jamais dans le cliché et/ou le jugement et c’est avec réalisme et douceur que cette dernière retranscrit brillamment le lien soigné/soignant ainsi que celui du concept extrêmement important dans une prise en soin, la communication. Celle-ci personnalise et aboutis totalement les soins que nous effectuons chaque seconde, chaque minute et chaque instant. C’est pourquoi, j’ai été plus que réceptif à ce message de dévotion dans lequel je me suis totalement reconnu et parfaitement identifié. En ce sens, j’ai eu l’impression d’être moi-même le héros de cette partie de l’histoire.

De plus, l’auteure a décidé de mêler plusieurs intrigues à son histoire et finalement le résultat m’a paru parfois assez alambiqué et par moments brouillon. Il faut dire que trop d’intrigues, tue l’intrigue. Je m’explique, Justine, notre douce et dévouée soignante aime prendre soin d’Hélène, une résidente qu’elle a très rapidement pris sous son aile. Il est à savoir qu’en tant que soignant et comme le rapporte si bien Valérie Perrin, nous tenons une place privilégié auprès de ces personnes âgées à la mémoire passée parfois intactes malgré leurs handicaps ou leurs démences naissantes. C’est pourquoi, il est plus que commun que nous nous dévoilons – au fil du temps et grâce à cette relation de confiance – être leur ultime confesseur et c’est ainsi que notre héroïne se voit devenir l’ultime gardienne des souvenirs d’antan d’Hélène. La magie opère donc et nous voilà à revivre le passé de cette dernière. J’ai apprécié découvrir les secrets de cette petite vieille – j’en profite d’ailleurs pour assurer que ce terme n’est absolument pas péjoratif et que c’est notre société sectaire qui a fait de ce mot une injure – ainsi que son lourd passé parsemé d’amour et de violences dues à la guerre vécue par nos anciens. Je n’apprécie par forcément les ouvrages qui lui sont dédiés mais j’aime par moments en découvrir certains témoignages. Ce fut le cas avec Les Oubliés du Dimanche dans lequel l’auteure revient sur le pan de notre Histoire avec beaucoup de nuances et de pudeur. J’ai apprécié ces aspects qui permettent que ce témoignage ne se dévoile pas redondant ni assommant. Cependant et là où le bât blesse n’est autre que l’énième intrigue se mêlant au reste, celle de l’histoire familiale de notre héroïne Justine. Malheureusement, je n’ai absolument pas adhéré à ces parties du roman. Il m’a semblé qu’elles n’apportaient que peu d’éléments concrets et pertinents à la trame principale de ce récit. J’ai d’ailleurs bien souvent trouvé beaucoup trop rocambolesque et peu plausible l’origine de l’accident des parents d’Helene et son frère/cousin, ces jeunes oubliés de Milly, cette charmante et exilée bourgade. Ainsi, je n’ai pas réussi à m’évader comme je l’aurais souhaité tellement cette enquête est venue amputer tout mon intérêt et mon plaisir de lecture.

Cette incertitude est aussi valable en ce qui concerne les protagonistes de cette œuvre. A commencer par Justine auquel je me suis identifié pour sa fibre soignante. Cette dernière m’a semblé parfois assez incohérente tant au niveau de ses émotions que de ses actions. Je ne l’ai pas tellement comprise dans ses choix et ses réactions qui ne semblent pas coller a l’image douce et dévouée que je me suis faite de ce personnage. Ainsi, celle-ci souffle constamment le chaud et le froid. C’est pourquoi sa construction inégale me laisse finalement sur un sentiment des plus brouillon en ce qui la concerne. Fort heureusement, nous suivons également l’histoire d’Hélène et j’admets avoir bien plus apprécié cette seconde héroïne. Son histoire m’a littéralement subjugué et j’ai été plus qu’enchanté de découvrir son passé et de suivre son parcours. Sa sombre histoire détient une note poétique quasi permanente ce qui m’a permis de vivre de douces et vives émotions. Cependant ce qui m’a le plus ému reste incontestablement les liens et l’intime relation qu’ont tissé ces deux femmes liées à jamais grâce à cette chaleureuse relation de confiance. Bien entendu, beaucoup d’autres personnages évoluent autour de notre tandem mais aucun ne m’a réellement semblé pertinent excepté ceux qui concernent et animent le passé de notre rescapée de guerre. Je préfère d’ailleurs oublié ceux de l’actuelle temporalité qui n’apportent rien de concret.

Ainsi, il m’est compliqué de savoir si j’ai aimé ou non cette lecture. Si je ne garde que le concept de la relation soigné/soignant traité avec respect ainsi que réalisme et rendant magnifiquement hommage à ma vocation, je ne peux que l’appréciée. Malheureusement, de nombreuses intrigues que je préfère oublier sont venues amputer cette partie de l’histoire, exceptée celle concernant la mémoire d’Hélène qui se dévoile fortement émouvante à découvrir.

13 commentaires sur “Les Oubliés du Dimanche de Valérie Perrin

  1. Dommage qu’à trop en faire, l’autrice a un peu cassé la magie qui semble avoir opéré sur toi en ce qui concerne tout le côté soignant et relation entre les soignants et les patients. Je trouve d’ailleurs très intéressant d’avoir ton avis qui mêle perceptions de lecteur lambda et perceptions d’une personne œuvrant dans le domaine de la santé. Une double casquette qui donne une autre dimension à ta chronique…

    J’aime

    1. C’est exactement ça. Trop d’éléments sont présentés dans ce roman et finissent par devenir quelque chose de beaucoup trop hasardeux et vraiment bancale. Heureusement que j’ai apprécié certains aspects tels que les notions de soins et l’histoire passée d’Hélène.
      J’avais peur que justement en tant que soignant je sois trop critique mais absolument pas. Cela m’a permis de vraiment vivre ces parties de l’intrigue et j’ai trouvé ça exaltant.

      Aimé par 1 personne

    1. C’est dommage car vraiment tout ce qui touche au coté soignant est vraiment si bien décrit et transcrit. Peu importe, je tenterai une autre œuvre de l’auteure pour voir si sa plume peut me plaire ou pas.

      Belle soirée à toi et merci !

      Aimé par 1 personne

      1. Et pourtant en commençant ta chronique j’aurais pensé que c’était ce rapport à ta profession qui t’avait laissé perplexe. Ça ne doit pas être évident d’écrire sur une profession médicale ou sociale sans tomber dans un côté drama.. c’est vraiment un bon point pour l’auteure si elle a su retranscrire cette partie en toute honnêteté et sans fioritures. Peut être, oui, qu’une autre oeuvre sera plus adaptée, en espérant que la prochaine te plaise plus que celle ci 🙂
        Merci !

        J’aime

      2. Et bien au contraire, j’ai trouvé que l’auteure ne tombait jamais dans le cliché et apportait beaucoup de réalisme et de vérité quant à ma profession.
        Je l’espère même si ce n’est pas grave le cas contraire vu les livres qui m’attendent sagement 😉

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.