In My Mailbox·Rendez-vous

In My Mailbox #34

In My Mailbox est un rendez-vous incontournable de la blogosphère que j’aime découvrir lorsque que je visite différents blogs. A mon tour, j’ai eu envie de partager avec vous mes achats et autres acquisitions de la semaine.

ACHATS LIVRESQUES :

Outre mes collections habituelles qui m’ont permis de me procurer la suite et fin de Shirley de Charlotte Brontë, le premier volet des Chroniques de Dragonlance de Margaret Weis et Tracy Hickman ainsi qu’une merveilleuse édition de l’œuvre d’Oscar Wilde, Le Potrait de Dorian Gray et pour finir le dernier Fairy Tails de Hiro Mashima. Hors collections, je me suis procuré Le Sang et la Cendre de Jennifer l. Armentrout et alors que ce n’était pas prévu au programme, j’ai aussi craqué pour Les Filles qui ne mouraient pas de Kiran Millwood Hargrave ainsi que pour Le corbeau d’Oxford le premier tome d’un Cosy Mystery signé Faith Martin. Pour cloturer cette semaine, j’ai eu la surprise et la joie de recevoir de la part d’Amélie Mai en Automne de Chantal Creusot pour ma participation à son superbe Challenge Cottagecore. Je te remercie sincèrement pour cette jolie et délicate attention !

1812. Du fait des guerres napoléoniennes, la province du Yorkshire subit la première dépression industrielle de l’Histoire. Les temps sont durs, aussi bien pour les patrons que pour les ouvriers qui, menacés par l’apparition des machines-outils, fomentent une révolte. Robert Moore est l’un de ces industriels dont les filatures tournent à vide. La timide Caroline, sa cousine, est éprise de lui. Mais Robert est trop préoccupé par les émeutes et les ennuis financiers pour songer à un mariage si peu lucratif. Il songe plutôt à Shirley Keeldar, une jeune héritière qui vient de s’installer en ville. Vive et entreprenante, le « capitaine Keeldar » – comme elle se laisse appeler – déborde d’idées pour investir son argent, souhaitant venir en aide aussi bien à Robert qu’aux ouvriers les plus pauvres. Convaincue qu’un mariage se prépare, Caroline en tombe malade de dépit. Elle ne comprend pas que son amie repousse les beaux partis, traite ses domestiques en familiers et ait si peu d’égards pour son ancien précepteur, le frère de Robert. Lequel envisage de fermer son usine pour refaire sa vie au Canada. La balle d’un ouvrier révolté mettra fin à ce projet…

La disparition de deux constellations dans le ciel de Krynn annonce le retour des forces du Mal. Des centaines de dragons aux ordres de la Reine des Ténèbres envahissent le monde et le mettent à feu et à sang. Seul un groupe d’aventuriers menés par Tanis le demi-elfe a pressenti le retour du Mal. Ils représentent l’unique espoir de Krynn. Et pour vaincre ils doivent retrouver la seule arme capable de défaire les créatures de la Reine des Ténèbres : la mythique lancedragon ! Personne n’imaginait qu’ils deviendraient des héros… eux moins que quiconque !

– Ainsi tu crois qu’il y a seulement Dieu qui voit les âmes, Basil ? Ecarte le rideau et tu verras la mienne. Il avait, prononcé ces mots d’une voix dure et cruelle. – Tu es fou, Dorian, ou tu joues, murmura Hallward en fronçant les sourcils. – Tu ne veux pas ? Alors, je vais le faire moi-même, dit le jeune homme qui arracha le rideau de sa tringle et le jeta par terre. Une exclamation d’horreur s’échappa des lèvres du peintre lorsqu’il vit dans la faible lumière le visage hideux qui lui souriait sur la toile. Il y avait quelque chose dans son expression qui le remplit de dégoût et de répugnance. Grands dieux ! C’était le visage de Dorian Gray qu’il regardait ! L’horreur, quelle qu’elle fût, n’avait pas encore entièrement ravagé sa stupéfiante beauté. Il restait encore des reflets d’or dans la chevelure qui s’éclaircissait et un peu de rouge sur la bouche sensuelle. Les yeux bouffis avaient gardé quelque chose de la beauté de leur bleu. Le contour des narines et le modelé du cou n’avaient pas encore perdu complètement la noblesse de leurs courbes. C’était bien Dorian. Mais qui avait peint ce tableau ? Il lui semblait reconnaître son coup de pinceau. Quant au cadre, il était de lui. C’était une idée monstrueuse et pourtant il eut peur. Il prit la chandelle allumée et la tint devant le portrait, Son nom figurait dans le coin gauche, tracé en longues lettres d’un vermillon brillant.

Les guildes magiques sont des associations. Elles proposent différentes tâches aux magiciens, allant de la recherche d’un objet à l’attaque en règle. Lucy, une jeune fille, rêve de devenir magicienne. Un jour, elle rencontre Natsu, un magicien maîtrisant le feu, ce dernier l’invite alors à rejoindre sa guilde. Il s’agit de la célèbre Fairy Tail, le sujet de tous les rêves de Lucy. Mais celle-ci est bien mystérieuse et semble être à l’origine de nombreux scandales.

Alors que la rivalité grandit entre deux royaumes ennemis depuis toujours, une jeune femme dont le destin était tout tracé voit ses certitudes voler en éclats, et plus que tout… son cœur. Une pucelle… Choisie depuis sa naissance pour inaugurer une nouvelle ère de son royaume, la vie de Poppy n’a jamais vraiment été la sienne. Ses parents ont été tués quand elle était jeune et elle vit depuis recluse et surprotégée. Une vie solitaire, sans être touchée ni même regardée, sans contact avec l’extérieur et avec un seul moment à attendre : le jour de son Ascension. Un devoir… L’avenir du royaume tout entier repose sur les épaules de Poppy, mais elle n’est pas sûre de vouloir de cette destinée. Parce qu’elle a un cœur, une âme et qu’elle préfèrerait combattre les créatures qui ont causé son malheur. Et quand Hawke, un garde d’honneur chargé de la protéger jusqu’à son Ascension, fait irruption dans sa vie, il remet en question ses croyances, jusqu’à la tentation de l’interdit. Un royaume… Abandonné par les dieux et craint par les mortels, un autre royaume déchu se soulève, déterminé à reprendre ce qui lui est dû par la violence et la vengeance. Et alors que la menace se rapproche, Poppy est non seulement sur le point de perdre son cœur et d’être jugée indigne par les dieux, mais aussi sa propre vie à mesure que tout ce qui constituait son univers s’écroule inexorablement.​

La veille de leur dix-septième anniversaire, Lil et sa soeur jumelle Kizzy sont capturées et réduites en esclavage par le cruel Boyar Valcar. Loin de leur communauté de voyageurs si rassurante, elles se retrouvent contraintes de travailler dans les cuisines peu accueillantes du château du mystérieux comte, sans savoir ce qui les attend – sans savoir si quelque chose les attend. Vont-elles revoir la lumière du jour ? La seule source de réconfort de Lil, c’est la présence de Mira, une autre esclave, qui l’attire d’une manière qu’elle ne comprend pas et l’aide à retrouver un semblant d’espoir. Espoir qui est réduit à néant quand elle rencontre le Dragon, un être de légende mystérieux et terrifiant à qui les captives sont livrées en offrande. Des jeunes filles disparaissent tous les jours sans laisser de trace, et personne ne sait ce qu’elles deviennent. Quand arrive le tour de Kizzy, Lil est désemparée, et prête à tout pour sauver sa soeur des griffes du démon qui les tient en otages. Mais elle ignore que ce qu’elle va découvrir surpasse toutes ses craintes…

Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s’en inquiéter. Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d’Oxford sont mobilisés. La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l’enquête et chargée d’assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d’une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d’Oxford…

Tout commence avec l’innocente Marie Granville, servante d’une riche ferme du Cotentin. L’admirable portrait de cette ingénue ouvre un roman gigogne qui se déploie de chapitre en chapitre. C’est ainsi qu’on découvre les Vuillard et les Lamaury, le procureur Darban, l’avocat Laribière et ses réceptions tristes sous l’Occupation. Au gré des folies de l’adolescence, du jeu sans fin des fiançailles, des petits et grands désastres du mariage bourgeois, on ressort bouleversé par les figures de femmes qui habitent ce roman limpide, construit par bonds et retours fulgurants, comme pour tout saisir de l’appel désespéré du désir, tandis que le bonheur se dérobe comme un rêve d’enfance. Fresques aux abords feutrés, soudain déchirante, Mai en automne restitue avec une incroyable acuité romanesque l’éclat brut des passions, cette pure énergie qui ébranle les êtres jusque-là suspendus au simple égarement de la vie qui passe. Un premier roman magistral.

Et vous, quels ont été vos achats de la semaine ?

21 commentaires sur “In My Mailbox #34

    1. Merci beaucoup, je viens de terminer Le Sang et la Cendre et j’espère que tu l’apprécieras autant que moi qui ait été agréablement surpris 😉

      Belles découvertes à toi également !

      J’aime

    1. Comment ne pas craquer devant tant de beauté ?
      Concernant Le Sang et la Cendre, j’avais énormément de craintes et finalement je l’ai adoré et dévoré ! L’auteure excelle dans ce genre littéraire !
      J’espère que ce nouveau cosy mystery me plaira même si je regrette ma quantité de saga débutées 😉

      Merci beaucoup à toi 😉

      Aimé par 1 personne

  1. Alors, les deux tomes du Prieuré de l’oranger de Samantha Shannon (dédicacé par l’autrice), et cinq livres au tout premier salon Terres d’imaginaires, salon normand consacré à la fantasy : alana et l’enfant vampire et l’éveil des sorcières tome 2 de Cordelia, Tempête à Cave Bay d’Isabelle Wenta, La dernière sorcière aux yeux d’or de Lily Davinni et Lune ardente de Morgane Rugraff.

    J’aime

    1. Je ne connais pas toutes tes acquisitions – exceptée Le Prieuré de l’Oranger que j’ai adoré ! – mais vu le genre, elles pourraient me plaire, je ne me les note afin d’effectuer quelques recherches 😉

      Belles découvertes et bonnes lectures à toi.

      Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi !
      Concernant Le Sang et la Cendre, je viens de le finir et cette lecture fût une véritable claque. Je m’attendais pas à autant apprécier et dévorer ce roman. Comme quoi, seuls les cons ne changent pas d’avis ! Il faut dire que l’auteure excelle dans ce genre 😉
      J’espère apprécié cette revisite de Dracula, réponse ces prochains jours.

      Belles découvertes également !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.