In My Mailbox·Rendez-vous

In My Mailbox #41

In My Mailbox est un rendez-vous incontournable de la blogosphère que j’aime découvrir lorsque que je visite différents blogs. A mon tour, j’ai eu envie de partager avec vous mes achats et autres acquisitions de la semaine.

ACHATS LIVRESQUES :

Alors que ce n’était absolument pas prévu, j’ai encore bien trop exagéré quant à mes acquisitions cette semaine. La faute à mes différentes collections qui ont décidé – fêtes obligent, j’imagine – de sortir deux numéros à quelques jours d’intervalles seulement. Je me suis donc procuré la magnifique édition de Les Forestiers de Thomas Hardy ainsi que Washington Square de Henry James. Concernant Emile Zola, il s’agit de ses romans Au Bonheur des Dames et La Débâcle de paraître dans la collection dédiée à ce dernier. J’ai aussi profité d’un arrivage chez Noz pour me procurer À la poursuite du Comte de Vanessa Kelly, Austen Wentworth de Brigid Coady et Le Chevalier Rouge de Miles Cameron parus chez Milady puis, La forme de l’eau de Guillermo Del Toro et Daniel Kraus paru chez Bragelonne à prix réduits ! J’ai aussi profité de prix intéressants sur Vinted pour posséder l’intégrale de Les Chevaliers des Highlands de Monica McCarty ainsi qu’Avec vue sur l’Arno d’Edward Morgan Forster. Pour enfin finir, j’ai aussi craqué sur les intégrales de Virgin River de Robyn Carr et celle de Jim Fergus, Milles Femmes Blanches.

Dans le petit hameau boisé de Little Hintock, Grace Melbury et Gilles Winterbone semblaient promis l’un à l’autre depuis leur plus tendre enfance, suite à une promesse faite par le père de Grace à celui de Gilles, décédé. Mais c’était sans compter les rêves que Melbury établissait pour sa fille, lui qui désirait tant lui offrir une autre condition en lui donnant accès à une instruction prestigieuse. Après des années d’études, Grace revient chez elle, partagée entre des aspirations nouvelles et son attachement pour son ancien milieu. Sous l’emprise de son père, elle va tomber dans les bras du beau, irrésistible et troublant Dr Edred Fitz-piers. Mais ce chemin n’est-il pas à mille lieues de ses envies sincères, de ses affections profondes ? Les conventions sociales, le regard des autres, et surtout l’autorité familiale, d’autant plus insidieuse qu’elle est pétrie de bonnes intentions, sont les grands accusés devant le tribunal de Thomas Hardy.

Catherine Sloper, fille d’un médecin réputé de la haute bourgeoisie new-yorkaise, est une riche héritière. Un coureur de dot se présente, irrésistible aux yeux de la jeune fille, dont il gagne le coeur tambour battant. Presque aussi vite, l’oeil froid du docteur a détecté l’imposteur, l’arriviste. Il mettra l’amoureux en fuite en déshéritant sa fille. Avec Washington Square, Henry James (1843-1916) achève sur un chef-d’œuvre le cycle de ses romans traditionnels, et le changement qui interviendra dans son style sera, de toute évidence, le fruit de sa double expérience, inlassablement enrichie, d’homme et d’écrivain.

Octave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s’amoncellent, éblouissants, délicats, de faille ou de soie. Tout ce qu’une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d’enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace. Zola fait de la jeune fille et de son puissant patron amoureux d’elle le symbole du modernisme et des crises qu’il suscite. Personne ne pourra plus entrer dans un grand magasin sans ressentir ce que Zola raconte avec génie : les fourmillements de la vie.

Pendant la guerre de 1870, deux soldats se lient d’amitié ; Jean Macquart, incarnation des solides valeurs rurales, et Maurice Levasseur, intellectuel qui rêve d’un cataclysme où s’anéantirait le monde corrompu – et le lecteur va les suivre jusqu’à ce que la Commune les sépare et dramatiquement les voie s’affronter. Mais si Zola choisit, bien au-delà de leur opposition symbolique, de les mêler à d’innombrables autres figures, c’est qu’il veut écrire le roman des masses et nous montrer une nation tout entière meurtrie par l’Histoire. Il juxtapose donc des scènes de combat et de vie civile, montre sans fard toutes les souffrances des corps, et jour après jour déroule sous nos yeux la douloureuse chronique qui va conduire à l’humiliation de Sedan.

Désireux d’agrandir son domaine, Simon Saint-James, comte de Trask, se résigne à épouser Sophie Stanton, jeune femme riche et capricieuse, incapable de se tenir en société. Mais Simon tient à sa réputation et ne peut tolérer son comportement exubérant ailleurs que dans l’intimité de la chambre à coucher. Il est bien décidé à dompter cette épouse un brin extravagante. Hélas, Sophie a beau être éprise de lui depuis toujours, elle n’entend pas se laisser dicter sa conduite !

Annie Elliot est loin de mener la vie dont elle avait toujours rêvé… Célibataire, la jeune femme est comptable, habite chez son père et doit supporter les piques constantes de ses proches. Pas très glamour, surtout quand on vit à Hollywood ! Lorsqu’elle parvient à devenir productrice sur une nouvelle adaptation d’Orgueil et Préjugés, Annie se dit que la chance lui sourit enfin. Un seul problème : son ex, Austen Wentworth, a décroché le rôle de Mr Darcy… Et alors que la vie d’Annie était au point mort, lui s’est hissé aux rangs de star de cinéma et d’homme le plus sexy au monde. Face à celui qu’elle tente d’oublier depuis dix ans, Annie se laissera-t-elle persuader de donner une seconde chance à l’amour ?

Pour diriger une bande de mercenaires sans foi ni loi, mieux vaut réunir les atouts de la naissance, d’une adresse certaine à l’épée et d’une chance diabolique. Le chevalier rouge a les trois, la jeunesse en plus, et il sait déjà en tirer profit. De retour en Alba après une campagne militaire lointaine, ses mercenaires sont recrutés pour défendre un couvent fortifié ayant fait l’objet de raids sanguinaires. Mais comme le Chevalier et ses hommes vont le découvrir sans tarder, ce contrat implique des pièges insoupçonnés, les entraînant de batailles en traquenards à l’orée d’une véritable guerre… dans laquelle le Chevalier lui-même a bien plus à perdre que prévu. Car celui qui envoie les créatures du Monde Sauvage décimer les humains pourrait bien connaître son secret le plus sombre…

Nous sommes en 1963, et Elisa Esposito survit tant bien que mal. Née muette, abandonnée par sa famille, elle travaille de nuit comme femme de ménage au Centre Occam de recherche aérospatiale. Un soir, elle surprend quelque chose qu’elle n’était pas censée voir : un homme amphibie prisonnier d’une cuve, qui doit être étudié par les scientifiques pour faire avancer la course à l’espace de la Guerre Froide. La créature est terrifiante, mais aussi magnifique – elle fascine Elisa. Utilisant la langue des signes, celle-ci établit une communication. Bientôt, la créature devient sa seule raison de vivre. Pendant ce temps, Richard Strickland, le militaire brutal qui a capturé la créature en Amazonie, envisage de la disséquer avant que les Russes ne tentent de s’en emparer. Elisa doit tout risquer pour sauver la créature. Avec l’aide d’une collègue qui souffre du racisme ambiant et d’un voisin malchanceux qui n’a plus rien à perdre, elle met au point un plan d’évasion. Mais Strickland ne l’entend pas de cette oreille. Et les Russes sont bel et bien sur l’affaire…

Comte de Carrick et seigneur d’Annandale, Robert Bruce revendique le trône d’Écosse. Or, pour vaincre les Anglais, il lui faut des mercenaires d’élite. Des Highlanders prêts à se battre pour sa cause. Comme Tor MacLeod, force de la nature, dévoué à son clan. Erik MacSorley, marin d’élite de la garde secrète de Bruce. Ou encore Arthur Campbell, surnommé la Vigie pour ses talents d’éclaireur. Les trois premiers tomes des Chevaliers des Highlands sont ici réunis en un volume.

Lucy Honeychurch n’aurait jamais pu partir à la découverte de l’Italie comme toute jeune Anglaise de bonne famille sans la surveillance d’un chaperon zélé, sa cousine Charlotte. A leur arrivée à Florence, les deux voyageuses constatent avec dépit que la chambre qui leur a été réservée n’a pas de vue sur l’Arno. En violation de toutes les convenances, deux inconnus, M. Emerson et son fils George, leur proposent de leur échanger la leur qui, elle, donne sur le fleuve. L’attitude cavalière de George envers Lucy et le peu de résistance qu’elle lui oppose poussent Charlotte à décider d’abréger leur séjour. Mais le hasard va à nouveau réunir les Emerson et les Honeychurch, en Angleterre cette fois… Un roman délicieux sur l’éveil des sentiments et le poids des conventions sociales par un des maîtres de la littérature anglaise.

Que diriez-vous d’un changement d’horizon, d’un dépaysement total ? Destination : une petite ville du nord de la Californie, un endroit pittoresque, avec des habitants chaleureux et attachants. Vous croiserez Melinda, qui vient justement de s’y installer comme infirmière, avec quelques projets. Si vous prolongez votre séjour, allez déjeuner dans le restaurant où Vic, un ancien marine, travaille. Il vous racontera pourquoi il a décidé de poser ses valises au pied de ces montagnes. Et bien d’autres personnages hauts en couleur… Bienvenue à Virgin River !

Jim Fergus mêle avec maestria la lutte des femmes et des Indiens face à l’oppression, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, et dépeint des portraits de femmes aussi fortes qu’inoubliables.

Et vous, quelles ont été vos acquisitions ?

32 commentaires sur “In My Mailbox #41

  1. Jolies acquisitions ! J’ai beaucoup aimé les Virgin River et j’ai bien aimé Avec vue sur l’Arno 🙂 Je suis curieuse d’avoir ton avis sur Austen Wetworth, évidemment 😉 Parmi mes dernières acquisitions livresques, il y a Le magicien d’Oz sorti chez Minalima, les tomes 3 et 4 des enquêtes d’Hannah Swensen, La femme au manteau violet, La foire aux vanités et Les rêves de nos mères 🙂

    J’aime

    1. Merci à toi ! Si tu as apprécié ces lectures, elles devraient donc aussi me séduire. Concernant tes acquisitions, j’ai le quatrième volet d’Hannah dans ma PAL. J’adore cette saga aussi douce que divertissante. Malheureusement, je n’ai pas été sensible à La Foire aux Vanités. Par contre, j’ai Les Rêves de nos Mères dans le viseur 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Je lirai tes avis avec plaisir 🙂 Oh oui, les enquêtes d’Hannah sont savoureuses dans tous les sens du terme ! Ah dommage pour La Foire aux Vanités : j’avais adoré l’adaptation avec Olivia Cooke. J’espère accrocher au roman. J’ai hâte de lire Les Rêves de nos mères 🙂

        J’aime

    1. En espérant que ce sont bel et bien les dernières de l’année car beaucoup n’étaient pas prévues cette semaine 😉

      Je te remercie et te souhaite également de belles fêtes de fin d’année à toi et à tes proches !

      Aimé par 1 personne

  2. De belles acquisitions 🙂
    Les livres de chez Romans Eternels sont vraiment magnifiques 😍
    J’ai déjà lu une saga de Monica McCarty : Le Clan Campbell et j’ai beaucoup aimé donc je serais curieuse de découvrir Les chevaliers des Highlands.
    Bonnes futures lectures 🙂

    J’aime

    1. Nous sommes bien d’accord et au delà d’être magnifique, cette collection m’aura permis de découvrir un genre que je ne pensais pas autant affectionner, la littérature classique qui regorge de trésors !
      Je t’avoue que Les Chevaliers des Highlands me tentaient depuis quelques temps et c’est mon envie de relire Outlander qui m’a poussé à craquer et à tenter l’aventure 😉

      Merci beaucoup !

      J’aime

    1. Noz c’est quitte ou double, soit je dépense sans compter, soit je repars bredouille 😉

      Alors la, tu m’intrigues et me donne bien envie de vite sortir cette saga qui m’intrigue depuis bien trop longtemps maintenant.

      Merci beaucoup et douce soirée à toi également !

      J’aime

  3. Quelle belle sélection ! Au bonheur des dames traine dans ma bibliothèque depuis je ne sais combien de temps. Un jour, il va quand même falloir que je me décide à le lire 😀

    J’aime

  4. J’ai aussi Washignton Square dans ma pile à lire que j’ai acheté lors de mon dernier passage à Emmaüs. Il me tarde de le lire.

    Les deux Zola sont ceux que j’ai le plus hâte de lire (et relire pour Au bonheur des dames).

    Bonnes lectures !

    J’aime

    1. Malheureusement, j’avoue avoir fait l’achat de Washington Square pour être certain de retrouver mon futur exemplaire de la collection car la plume de Henry James est assez exigeante et fait moins écho en moi. A voir avec cette oeuvre.

      A l’allure ou je lis les Zola, ce dernier m’occupera tout une partie de 2022 😉

      Merci beaucoup à toi !

      Aimé par 1 personne

      1. J’espère terminer les Rougon-Macquart en 2022. Cela fait maintenant presque deux ans que je me suis lancée dans cette série, et j’espère en voir prochainement le bout.

        Je ne connais pas du tout Henry James. Ce sera donc une totale découverte pour moi, et je croise les doits pour qu’il me plaise.

        J’aime

      2. Vu l’étendue de cette saga et la densité de la plume de l’auteur, je peux comprendre une telle durée de lecture.

        Je croise les doigts pour toi 😉

        J’aime

  5. Quel beau craquage 🙂
    J’avais adoré Au Bonheur des Dames et je l’avais mis de côté parce que je n’étais pas d’humeur, mais j’avais aussi bien accroché aux premiers chapitres d’Austen Wentworth.
    Bonnes lectures, tu as de quoi faire !

    J’aime

    1. Pour être beau, il l’est et un peu conséquent aussi 😉
      Zola va m’occuper en 2022 car pour le moment je n’ai pas eu le temps de replonger dans son univers.
      Tu me rassures avec Austen Wentwoth qui semble avoir des avis partager mais vu le prix, j’ai pas hésité pour cette austenerie.

      Merci beaucoup à toi 😉

      Aimé par 1 personne

  6. Je suis très très attirée par « La forme de l’eau » ! Il y a aussi « Virgin River » et « Milles femmes blanches » que j’aimerais lire. En ce qui concerne « Virgin River », c’est la série qui est adaptée du livre ou l’inverse ? En tout cas, pas de nouveaux arrivants dans ma bibliothèque car j’en ai commandé des tas pour Noël. 😊

    J’aime

    1. Je ne sais pas pourquoi mais tes commentaires finissent toujours dans les indésirables 😦

      Concernant mes acquisitions, je voulais lire à l’époque de sa sortie en film La Forme de l’Eau mais je n’avais jamais craqué jusqu’à présent et temps mieux vu le petit prix de celui-ci.
      Milles Femmes Blanches m’intrigue depuis quelques temps déjà et là encore économies garanties 😉

      Si je ne dis pas de bêtises c’est la série qui s’inspire des romans c’est pour ça qu’avant de me lancer, j’aimerais déjà découvrir l’univers livresque.

      Ma liste de Noël est particulièrement chargée aussi ! J’espère que nous serons gâtés.

      Aimé par 1 personne

  7. C’est Noël avant l’heure !
    Sans les avoir lus, j’avais bien aimé l’adaptation en série du Bonheur des dames et au début de Virgin River, je me suis lassée à la longue…
    Par contre bel arrivage noz encore !
    Et je suis assez tentée par Vue sur l’Arno
    Belles lectures à toi ☺️

    J’aime

    1. Sauf que ce joli craquage post-Noël n’était absolument pas prévu mais s’est imposé à moi 😉
      J’ai entendu beaucoup de bien de Virgin River et je voulais déjà lire au moins le premier volet avant de tenter la série. J’ai découvert Vue sur l’Arno grâce à la blogo et je me suis dit pourquoi pas et puis sa couverture m’a vraiment attiré.
      Noz en fin d’année, c’est souvent le paradis niveau arrivage !

      Merci beaucoup à toi 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Il faut savoir ne pas résister lol
        Bonne découverte de ces titres alors. Je suivrai tes retours avec curiosité et j’irai peut-être faire un tour chez noz pendant les vacances si je n’oublie pas ><

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.