Fantasy

Les Annales de la Compagnie Noire, tome 1 de Glen Cook

Note : ★★★☆☆ — « Cette lecture ne fut pas des plus alléchante ni concluante. Je regrette de ne pas avoir réussi à entrer pleinement dans ce violent et sombre univers dont trop peu d’informations m’ont été livrés par l’auteur. Néanmoins, les personnages m’ont bien plus convaincu et m’ont tout simplement amusé et diverti et me poussent à continuer l’aventure. »
lalocataire

Même le pire scélérat éprouve de la honte quand on le coince dans l’impossibilité de se justifier.

Résumé :
Depuis des siècles, les souvenirs de la Compagnie noire sont consignés dans les présentes annales. Depuis des siècles, la troupe se loue au plus offrant et les batailles qu’elle a livrées ont déjà rempli maints volumes. Jamais pourtant elle n’aura traversé de période aussi trouble. Entrée au service de la Dame et de ses sorciers, la Compagnie participe à l’une des plus sanglantes campagnes de son histoire. Les combats incessants, la magie noire qui empuantit l’air… bientôt les hommes tombent comme des mouches, et ceux qui restent debout se demandent s’ils ont choisi le bon camp. Ce sont des mercenaires dépravés, violents et ignares, sans foi ni loi, mais même eux peuvent avoir peur, très peur…

Chronique :
Grand amateur de fantasy, j’avoue que je lis bien souvent le même et assez classique sous genre, celui de la high fantasy. C’est pourquoi lorsque je suis tombé sur la réédition de cette saga de dark fantasy il y a quelques temps déjà, j’ai été très vite séduit par son résumé et sa couverture sombres et mystérieux. Pourtant et à mon grand regret, j’ai très vite abandonné ma lecture a cause d’un réel manque de scénario. C’est dans le cadre du Cold Winter Challenge et de la consigne dédiée aux antihéros qui m’a poussé à retenter cette lecture qui avait tout pour me séduire.

Malheureusement et même si le fond de ce premier volet possède quelques très bons éléments, la forme de ce dernier ne m’a pas convaincu et je ne suis pas certain d’être fait pour. En effet et s’agissant d’annales, seulement quelques brides de l’intrigue nous sont dévoilées et cela sans réel fil conducteur. Les scènes s’enchaînent à la pelle mais le rythme m’a semblé réellement peiner à se mettre en place. Pourtant, il est indéniable que l’auteur a inventer un univers sombre, hostile et assez violent que j’ai pris plaisir à découvrir et qui me laisse encore bien curieux quant à celui-ci. Cependant, il est vrai que je ne suis pas habitué à être livré à moi-même et j’apprécie être guidé par la plume du maître d’œuvre alors que Glen Cook, à l’image de Steven Erikson, plonge son lectorat sans filet dans son œuvre et il lui faut accepter de ne détenir aucun tenant ni aboutissant et, ainsi, de se laisser guider dans un univers totalement inconnu sans un minimum de repères pour l’aider à trouver la bonne voix. Le résultat n’a pas fonctionné et reste dommageable car, par conséquent, j’avoue avoir ressenti bien des difficultés de lecture par moment qui m’ont parfois amené à décrocher et à me demander si je n’allais pas de nouveau abandonner ce premier volet.

Finalement et au delà de ces éléments, ce sont les personnages qui m’ont poussé à terminer et conclure cette dernière. J’ai totalement adhéré et adoré le côté décalé et complément loufoque de Toubib notre narrateur principal. Sans être des plus attachants, chacun des mercenaires de cette drôle et atypique garnison brille pour son mystère ainsi que sa noirceur largement assumée et revendiquée. Ce très net contraste avec d’autres œuvre du genre littéraire m’a vraiment semblé rafraîchissant et divertissant et même si parfois tous ces risibles surnoms m’ont quelque peu perdu, j’admets m’être beaucoup amusé à suivre leurs aventures et surtout leurs explosives et violentes interactions pleines d’humour et de panache. C’est pourquoi, j’admets bien volontiers que malgré mes nombreux manques, je suis assez enjoué de recroiser prochainement la route de cette curieuse troupe.

En somme et bien que je n’ai pas abandonné ma lecture cette fois-ci, cette dernière ne fut pas des plus alléchante ni concluante. Je regrette de ne pas avoir réussi à entrer pleinement dans ce violent et sombre univers dont trop peu d’informations m’ont été livrés par l’auteur. Néanmoins, les personnages m’ont bien plus convaincu et m’ont tout simplement amusé et diverti et me poussent à continuer l’aventure.

Cette lecture a été réalisée à l’occasion du Cold Winter Challenge 2021 : Menu Hiver Sombre – Catégorie Scrooge.

20 commentaires sur “Les Annales de la Compagnie Noire, tome 1 de Glen Cook

    1. Je t’avoue que j’ai tous les tomes et que du coup ça m’embête d’arrêté après une première lecture même si je ne trouve pas le courage de continuer l’expérience. Un peu comme avec Steve Erikson que nous avons tous deux trouvés assez brouillon.

      J’aime

      1. Oui, justement, je n’ai toujours pas continué Le Livre des Martyrs, trop brouillon effectivement.
        En donnant une chance au tome suivant, tu auras peut-être plus de chance. Peut-être y aura-t-il un fil rouge.

        J’aime

    1. Oui seuls les personnages sauvent la donne ! Je n’aime pas forcément être balancé dans un riche et complexe univers sans en détenir tous les tenants et les aboutissants. La suite sera peut-être meilleure 😉

      Aimé par 1 personne

  1. Article super intéressant ! J’ai l’intégrale 1 dans ma PAL depuis fort longtemps et j’hésite souvent à le commencer… Petite question comme tu le compares à du Erikson, est-ce aussi exigeant dans la lecture ? En dark fantasy (si je me trompe pas parce que les genres je connais…mais en gros) tu as la trilogie de La première Loi qui est bien et qui lie bonne intrigue et personnages non-stéréotypés

    J’aime

    1. Merci du compliment, cela fait plaisir !
      Ma comparaison avec Erikson est avant tout dû au fait que les auteurs nous plonge dans leurs univers sans nous donner aucun repère et qu’il faut accepter ce fait pour tenter de comprendre et d’obtenir tous les tenants et les aboutissants.

      Effectivement, Joe Abercrombie écrit bien de la DF et j’avoue que cette saga m’intrigue pas mal et ton avis me confirme cet intérêt.

      J’aime

  2. Si ça peut te rassurer, j’ai eu exactement la même expérience avec deux tentatives pas concluante. Je n’ai vraiment pas accroché à cette narration hachée et je n’ai pas non plus aimé le niveau de langage. Bref, c’était pas pour moi ><

    J’aime

  3. Heureusement que les personnages ont sauvé ta lecture, ou du moins, t’on permis de la finaliser.
    Le côté sombre de l’univers pourrait me plaire même si j’avoue apprécier d’avoir quand même un minimum de repères !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.