Fantastique·Historique

Trilogie d’une Nuit d’Hiver, tome 2 de Katherine Arden

Note : ★★★★★ — « Quand bien même une orientation différente de son prédécesseur, ce volet reste dans sa lignée et m’a autant étonné et captivé que précédemment. Ainsi, le fantastique s’efface pour la politique, ses complots ainsi que ses enjeux et permet de dévoiler une nouvelle dimension de l’univers de Katherine Arden ainsi que de son style toujours aussi efficace et addictif. »
lalocataire
On y retrouve toute la poésie et la sombre cruauté des contes russes qui ont fait le succès de L’Ours et le Rossignol.

Résumé :
La cour du grand-prince, à Moscou, est gangrenée par les luttes de pouvoir. Pendant ce temps, dans les campagnes, d’invisibles bandits incendient les villages, tuent les paysans et kidnappent les fillettes. Le prince Dimitri Ivanovitch n’a donc d’autre choix que de partir à leur recherche s’il ne veut pas que son peuple finisse par se rebeller. En chemin, sa troupe croise un mystérieux jeune homme chevauchant un cheval digne d’un noble seigneur. Le seul à reconnaître le garçon est un prêtre, Sacha. Et il ne peut révéler ce qu’il sait : le cavalier n’est autre que sa plus jeune sœur, qu’il a quittée il y a des années alors qu’elle n’était encore qu’une fillette, Vassia.

Chronique :
Ayant été totalement captivé par le premier volet de cette trilogie, il m’était impensable de quitter cet univers au folklore russe parfaitement retranscrit sans en connaître le point final. Ainsi, c’est sans surprise j’ai dévoré ce second chapitre dans la lignée de son prédécesseur bien qu’un léger différent dans son orientation et dans sa rédaction.

Effectivement et cette fois-ci, Katherine Arden met bien plus l’accent sur la dimension politique de son œuvre au détriment de celle fantastique qui m’avait pourtant tant fasciné. Fort heureusement, il est indéniable que l’auteure tire son épingle du jeu et sans sort haut la main quant à ses très nombreuses et palpitantes intrigues de cours et autres retournements de situations. Ainsi, complots et révélations rythment ce roman et bercent le lecteur d’une action détonnante et percutante et qui ne flanche que rarement malgré quelques longueurs décelables. En ce sens, j’ai pris un plaisir fou à découvrir cette dimension médiévale bien plus développée que précédemment ainsi que les nouveaux paysages et autres lieux dévoilés. Quand bien même les descriptions de Katherine Arden perdent en importance, celles-ci ne perdent pas en valeur et ces dernières n’ont pas manqué de m’émerveiller et de me faire voyager à nouveau. J’ai aimé découvrir la souveraineté russe et son luxe ainsi que sa politique et j’ai encore plus aimé découvrir que malgré un univers bien moins sauvage et aride que par le passé, ce dernier se dévoile autant voir davantage plus dangereux pour notre troupe de héros. Néanmoins et malgré mon fort enthousiasme, j’avoue qu’il m’a parfois énormément manqué la dimension mystérieuse et féérique dédiée au folklore ainsi qu’à la mythologie russe pour être totalement happé par cette nouvelle aventure. Finalement, seules quelques courtes parties font hommage à toute celle riche et savoureuse culture et le reste se concentre davantage sur la politique russe et ses enjeux sur sa population.
Fort heureusement et en ce qui concerne style de l’auteure, ce dernier s’est dévoilé une fois de plus des plus séduisant et addictif à parcourir malgré une plume beaucoup plus dynamique et assez moins poétique. La dimension aérienne de cette dernière s’efface pour laisse place à l’action et à son rythme conséquent et j’espère sincèrement que le dernier volet sera un savoureux cocktail de tous ces éléments du fait qu’ils siéent à merveilleuse à Katherine Arden. Néanmoins et en nous ouvrant les portes de son si riche et comploteur royaume, l’auteure démontre toute la finesse de l’analyse et de l’expertise de son travail de recherches que celle-ci a effectué pour offrir un second volet porté par une intrigue la plus fidèle possible à l’Histoire et surtout totalement plausible.

A l’inverse et en ce qui concerne nos personnages, j’ai été plus que ravi de découvrir toute la profondeur qu’a apporté Katherine Arden à son héroïne Vassia. J’avais déjà trouvé ce personnage remarquable de par son élévation mais celle-ci se dévoile bien davantage affûtée et travaillée. Cette dernière détient une place importante et un rôle majeur dans cet immense échiquier et gagne ainsi en sagesse ainsi qu’en maturité de chapitre en chapitre et parvient à s’affranchir avec détermination mais non sans humanité. Ainsi, Vassia se dévoile être une personne entière et complexe tout en se démontrant toujours aussi attachante et émouvante. C’est pourquoi celle-ci fera bien tourner des têtes sur son passage ce qui permettra à l’auteure de mettre en place de magnifiques interactions entre son héroïne et d’autres de ses camarades. A commencer par la relation qu’elle entretien avec son bon et fidèle cheval qui n’a cessé de me divertir lors de cette lecture, en passant par son ambivalent rapport avec le Dieu du Gel et en finissant avec celle remplie d’amour avec son tendre et fidèle frère Sacha.
J’avais précédemment senti tout le potentiel de ce protagoniste et il s’avère que je ne m’étais pas trompé. J’ai adoré le retrouver et suivre à son tour son évolution. Bien que toujours aussi pieux et pragmatique du fait de sa place au service de dieu, ce dernier se dévoilera être l’un et si ce n’est le pilier de notre héroïne et j’ai apprécié cette touchante complicité. De plus, j’ai été plus que ravi de retrouver d’autres membres de cette famille tel que Olga et de nouvelles figures comme Kassian qui m’a régalé pour sa complexité et son ambiguïté. Qu’il me tarde de les retrouver et de les découvrir une dernière fois avant de leur faire mes adieux.

En conclusion et quand bien même une orientation différente de son prédécesseur, ce volet reste dans sa lignée et m’a autant étonné et captivé que précédemment. Ainsi, le fantastique s’efface pour la politique, ses complots ainsi que ses enjeux et permet de dévoiler une nouvelle dimension de l’univers de Katherine Arden ainsi que de son style toujours aussi efficace et addictif.

Cette lecture a été réalisée à l’occasion du Cold Winter Challenge 2021 : Menu Marcher dans la neige – Catégorie Forêt Enneigée

14 commentaires sur “Trilogie d’une Nuit d’Hiver, tome 2 de Katherine Arden

  1. Étrangement, j’aime quand les intrigues s’étoffent politiquement, mais je reproche à ce tome deux un manque de rythme qui avait personnellement totalement entamé mon enthousiasme pour cette trilogie sur le moment.

    J’aime

    1. Je te rassure même si j’ai apprécié la tournure opérée par l’auteure, c’est le tome que j’ai le moins apprécié tant il manque de dimension fantastique. Heureusement que le final explosif reste quand même pertinent et donne envie de découvrir la suite.

      Aimé par 1 personne

    1. Honnêtement il est toujours présent mais de manières plus nuancées et la politique prend le pas dessus mais cela reste captivant et plaisant à lire. D’autant plus que c’est toujours aussi idéal pour la saison 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Trop contente que tu dévores comme moi cette série et que tu aimes autant !
    Je me rends compte, à te lire, que tu exprimes avec bcp plus de justesse et de facilité ce qui te touche que moi. J’ai ressenti tout ça, mais face à ce trop plein d’émotions, je n’ai pas réussi à le verbaliser ni à le mettre en mots. Mes quelques facultés d’analyse ont été complètement submergée par mon émerveillement ^^ Tu fais ressortir tout ce que j’ai adoré dans cette saga, et ainsi, tu rends un si bel hommage à cette trilogie et tu me rappelles ce que j’ai tant aimé. Un plaisir de te lire !!

    J’aime

    1. Oh comme tu es adorable. Ton commentaire me va droit au cœur mais après je n’ai aucun mérite, j’avais réalisé quelques annotations sur mon nouveau carnet pour le rien oublier car en réalité quand un univers me plait, j’adore l’analyser en cours de lecture.
      D’autant plus que j’ai oublié plein de points essentiels que je n’ai pas pris le temps de noter mais le principal reste que nos avis soient spontanés et naturels. Cela fait d’eux de sincères chroniques !

      Et puis, je te rappelle que sans la tienne, je n’aurais probablement pas lue cette saga cet hiver 😉

      Aimé par 1 personne

    1. Il faut dire que la dimension fantastique est vraiment timide du fait de l’orientation bien plus politique établie par l’auteure.
      J’ai hâte de connaître la conclusion de cette riche saga.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.