Fantasy·Jeunesse

La Reine des Ombres de Tricia Levenseller 

Note : ★★★☆☆ — « La Reine des Ombres avait de quoi me séduire et me faire passer un excellent moment de lecture mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Je ressors mitigé et amer de ce roman à l’univers intrigant mais bien trop peu développé et aux personnages bien peu mémorables. Néanmoins, je note la fluidité et l’efficacité du style de l’auteure que j’ai lu avec facilité malgré mon manque d’intérêt. »


D’abord, courtiser le Roi des Ombres. Puis l’épouser. Enfin, le tuer et récupérer son royaume…

Résumé :
Personne ne connait l’étendue des pouvoirs du Roi des Ombres, fraîchement couronné. Certains disent qu’il peut contrôler les ombres qui errent autour de lui et les manipuler à sa guise. D’autres que les ténèbres lui murmurent les secrets de ses ennemis.
Peu importe, Alessandra sait ce qu’elle veut, et rien ne pourra l’empêcher de mener son plan à la réussite.
Mais la jeune fille n’est pas la seule personne qui cherche à conquérir le trône. Et alors que les attaques envers le Roi se multiplient, elle se retrouve à devoir mettre toute son énergie à le défendre, le temps qu’il puisse faire d’elle sa reine. Car après tout, quoi de mieux pour un roi des ombres qu’une reine perfide et rusée ?

Chronique :
Avec Souveraines de Laura Sebastian, La Reine des Ombres faisait partie des romans que j’avais le plus hâte de découvrir ce mois-ci. Et alors que l’un a été une parfaite réussite, je suis assez triste d’admettre que celui-ci me laisse sur une note assez amer et trop peu mémorable. La faute à un univers et à des personnages bien trop peu développés ainsi qu’à une narration bien trop inégale.

En effet, le premier chapitre m’avait pourtant bien plus que surpris et complément convaincu. L’univers se voulait sombre et violent et son héroïne se dessinait mystérieuse et bien loin des conventions du genre. Ainsi, je me suis plongé avec avidité dans ce singulier et alléchant aperçu qui finalement retombe très vite dans la construction habituelle et le schéma narratif classique. De ce fait et après un alléchant premier tiers, ce roman m’a quelque peu ennuyé et j’y ai par conséquent, décelé certaines longueurs. Pourtant, découvrir les mondanités et autres coutumes de la cour dévoilée par Tricia Levenseller reste fort divertissant mais le rendu manque cruellement de développement et d’élaboration. Cette dernière se contente de dresser des faits sans aucune autres explications ce qui m’a laissé des plus songeur et perplexe. Je regrette amèrement ce manque de détails et d’explications qui m’ont freiné dans mon intérêt quant à cette lecture. D’autant plus que certains aspects auraient gagné à être bien mieux présentés comme la part d’ombre du Roi ainsi que ses dons qui apportent la touche de fantasy à ce roman. Malheureusement et une fois rendu au dernier tiers le tout s’emballe sans raison et part à vaut l’eau et quand bien même cela permet à l’auteure d’instaurer une certaine impulsion à sa narration, j’ai trouvé cela bien trop précipité et parfois trop rapide, offrant une finalité fragile et bancale. Ajouté à cela que les grandes lignes de l’intrigue se démontrent bien trop prévisibles et se devinent très rapidement. Néanmoins, j’admets que j’ai été surpris une fois ou deux et que La Reine des Ombres se lit avec facilité. En effet, la plume de Tricia Levenseller se dévoile efficace et fluide grâce à ses courtes phrases et ses brefs chapitres et c’est pour cela que je comprends que certains lecteurs aient trouvé son style addictif et pertinent. Cependant et me concernant, je n’ai pas été réceptif à ce dernier qui m’a semblé assez piètre et maigre.

D’autant plus que ces points mitigés déteignent et se répercutent sur les personnages peuplant ce roman pour lesquels je n’ai pas réussi à m’attacher et dont la romance m’a semblé peu séduisante et convaincante à cause d’un manque d’émotions et de sensibilité. Pourtant et comme je le disais, les premières pages m’offraient de rencontrer Alessandra, une jeune femme au caractère fort, à l’indépendance percutante et à la sombreur attrayante et charmante. Jetais curieux de découvrir l’origine et le pourquoi d’une telle noirceur dans son caractère et en ce sens, je m’attendais à retrouver une certaine Mia, héroïne de Nevernight de Jay Kristoff. Ainsi, je m’étais préparé à être séduit et frappé par une telle singularité et puis le soufflé retombe une fois de plus. A plus forte raison que son manque d’évolution la dessert complètement. Ainsi, notre protagoniste perd de son éclat et finit même par se dévoiler parfois grinçante et antipathique. Même constat du côté de sa cible et futur alter-ego, le Roi des Ombres aussi peu énigmatique que dangereux et dont leur relation m’a véritablement laissé de marbre. Je pense clairement ne pas faire partie du public visé car la romance est très peu et rapidement exploitée et je suis plus que déçu du résultat. Fort heureusement, ce roman se suffit à lui même et ne m’oblige pas à découvrir sa suite qui devrait bientôt voir le jour.

En bref et sur le papier, La Reine des Ombres avait de quoi me séduire et me faire passer un excellent moment de lecture mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Je ressors mitigé et amer de ce roman à l’univers intrigant mais bien trop peu développé et aux personnages bien peu mémorables. Néanmoins, je note la fluidité et l’efficacité du style de l’auteure que j’ai lu avec facilité malgré mon manque d’intérêt.

Cette lecture a été réalisée à l’occasion du Blossom Spring Challenge – 2022 : Menu Printemps florissant – Catégorie Mauvaises herbes.

18 commentaires sur “La Reine des Ombres de Tricia Levenseller 

    1. C’est vraiment dommage car l’entrée en la matière était si réussie et audacieuse et puis tout retombe aussi vite que cela a été mis en place. J’ai vu ça sur Goodreads mais je ne pense pas retenter l’expérience avec cette série.

      J’aime

  1. J’avais lu des avis indiquant que le worldbulding était vite esquissé. Ceci dit je suis tout de même curieuse de lire ce titre qui a rejoint ma PAL numérique.

    J’aime

    1. Je comprends ton envie car malgré les avis mitigés des autres, j’ai eu envie de découvrir aussi ce roman et finalement mon avis les rejoint tandis que d’autres l’apprécié fortement. Du coup je suis plus que curieux de découvrir du quel côté tu te rangeras 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Si toi-même qui est bien plus indulgent que moi en général pour ce genre de titre, trouve ça pas assez développé, je crains le pire… Alors malgré une plume agréable, je passe mon tour. Merci pour le sacrifice 😅

    J’aime

    1. Je pense que tu fais bien car autant le résumé était prometteur, autant le final reste un pétard mouillé tant c’est creux. J’espère vraiment bien plus apprécier leur prochaine parution Girl, Serpent, Thorn, de Melissa Bashardoust.

      Aimé par 1 personne

    1. Il faut dire que le tout est beaucoup trop survolé et peu approfondi ce qui est dommage car l’idée de base avait son potentiel. En espérant que Girl, Serpent, Thorn, de Melissa Bashardoust me plaira davantage.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.