In My Mailbox·Rendez-vous

In My Mailbox #68

In My Mailbox est un rendez-vous incontournable de la blogosphère que j’aime découvrir lorsque que je visite différents blogs. A mon tour, j’ai eu envie de partager avec vous mes achats et autres acquisitions de la semaine.

ACHATS LIVRESQUES ET RECEPTIONS :

Comme la semaine passée, je me suis contenté de mes sorties prévues avec Vérité d’Emile Zola ainsi que la conclusion de Nevernight, L’Aube Obscure de Jay Kristoff. J’ai aussi eu la chance de recevoir grâce à mes partenariats Adam Bede de George Eliot et Une Saison de Mérida Reinhart. Le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai été assez efficace car j’ai déjà dévoré trois de ces dernières nouveautés.

Dernière oeuvre de Zola, publiée au lendemain de sa mort, Vérité s’inscrit dans un cycle romanesque qui apparaît comme le véritable testament spirituel de l’écrivain. A travers l’histoire de Simon, instituteur juif injustement accusé d’avoir violenté et tué un adolescent, c’est bien évidemment l’affaire Dreyfus qui transparaît, et le combat mené par Zola, qu’il paya peut-être de sa vie. Mais autour du mécanisme et des rouages de l’«erreur» judiciaire, démontés avec un réalisme souverain, c’est toute une société que dépeint le roman, dévoilant ses intérêts d’argent, ses passions, ses luttes de pouvoir. Au centre du débat l’influence de l’Eglise et la laïcité scolaire, deux thèmes majeurs de la vie française en ces années 1900. L’immense popularité des Rougon-Macquart a éclipsé quelque peu ce dernier Zola, délibérément engagé, prophétique, chez qui le naturalisme renoue avec la tradition d’un Victor Hugo.

Le charpentier Adam Bede est épris de la belle Hetty Sorrel. Il ignore qu’il a un rival en la personne d’Arthur Donnithorne, fils d’un propriétaire terrien, et que les deux amants se voient en secret. Adam se tourne alors vers Dinah, une femme de sa condition, tout amour et tendresse. Tandis que la passion charnelle et l’égoïsme de Hetty auront des répercussions aussi terribles qu’inattendues…

Les Grands Jeux de la ville de Sépulcra ont pris fin dans un bain de sang. Mia Corvere, gladiatii, esclave et assassin tristement célèbre, est en fuite. Pourchassée par les Lames de l’Église rouge et les soldats de la légion Luminatii, elle ne s’échappera peut-être jamais vivante de la Cité des Ponts et des Os. Son mentor Mercurio est maintenant dans les griffes de ses ennemis, sa propre famille souhaite sa mort et son ennemi juré, le consul Julius Scaeva, n’est qu’à un souffle de la domination totale sur la République Itreyenne. Mais sous la ville, un sombre secret l’attend. Avec son amante Ashlinn, son frère Jonnen et un mystérieux bienfaiteur revenu d’au-delà du voile de la mort, elle doit entreprendre un périlleux voyage à travers la République, à la recherche de l’ultime réponse finale à l’énigme de sa vie. La vrainuit approche et tombera peut-être sur la République pour la dernière fois. Mia pourra-t-elle survivre dans un monde où même la lumière du jour doit mourir ?

Londres, 1815 Meryelle est face à un choix impossible : laisser sa petite sœur de 15 ans contracter un mariage de convenance, ou se sacrifier et trouver un époux d’ici la fin de la Saison. La mort dans l’âme, Meryelle cède pour protéger Mable, trop innocente et naïve. Elle plonge donc une fois de plus dans les bals, au milieu des hypocrisies et des faux-semblants. Tout vole en éclat après une danse au bras du colonel Jasper Fitzwarren : non seulement il est séduisant et intriguant, mais il prétend en savoir beaucoup sur la mort de William, le frère aîné de Meryelle… De révélations en contradictions, Meryelle doit-elle se fier à son coeur plus qu’à sa raison ?

Et vous, quelles sont vos dernières acquisitions ?

13 commentaires sur “In My Mailbox #68

  1. À part Zola, je ne connais aucune de tes lectures. Petit craquage pour moi avec Manifeste d’une sorcière d’aujourd’hui d’Odile Chabrillac qui m’a un peu déçu. Je l’ai trouvé redondant avec son premier ouvrage.

    J’aime

    1. Oh, tu lis des ouvrages sur la spiritualité ? J’en lis également et j’avoue que celui-ci me tentait mais je pense passer mon chemin pour le coup du coup.

      J’aime

    1. J’ai tellement mais tellement hâte de découvrir tes avis sur mon coup de cœur, Nevernight tout comme Adam Bede que j’ai vraiment adoré.

      Merveilleuse soirée à toi et merci !

      J’aime

  2. Si en plus on se met à t’envoyer du George Eliott !
    Grâce à toi, j’ai pensé à demander mon exemplaire de Nevernight et ouf j’ai eu la version reliée qui d’après ma libraire est déjà épuisée chez l’éditeur apparemment.
    Belles lectures ❤️

    J’aime

    1. Pour le moment et sauf une œuvre de l’auteure, j’apprécie vraiment sa tragique plume et ses héros hors du commun.
      Je suis plus que ravi pour toi et ta version reliée qui nous faisait tant peur 😉 Hâte d’avoir ton avis sur cette explosive conclusion.

      Merci à toi 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.