Contemporaine

C’est auprès d’elle de Dorothée Catoune

Note : ★★★☆☆ — « Alors que je m’attendais à découvrir une histoire de renouveau et de seconde chance, j’ai fait face à une atterrante intrigue mise en lumière par une pertinente forme mais assombrie par son fond parfois trop rocambolesque pour me remuer. Néanmoins, le style et la plume de Dorothée Catoune se sont dévoilés faciles et agréables à parcourir. »


Ne jamais juger son prochain sans le connaître

Résumé :

Un accident se déroule sous les yeux d’une boulangère. Un pompier, premier arrivé sur les lieux, explique que la principale victime est un bébé de neuf mois, resté seul dans la voiture. L’infirmier qui soigne l’enfant décrit la longue convalescence de ce dernier. Se succèdent ainsi plusieurs personnes dont le seul point commun est d’avoir croisé la route de Marie, la mère de cet enfant. Chacun y va de son impression et de son jugement.
Mais qui est réellement Marie ?
Mêlant humour et gravité, ce roman montre que la vie est faite de chutes, de virages, de remontées et d’amour. Mais aussi de belles surprises, lorsque l’on sait s’affranchir des regards accusateurs.

Chronique :

Quelle surprise quand j’ai reçu ce roman dont je ne me souvenais avoir fait la demande. Néanmoins et ayant plus qu’apprécié mon incursion au sein de la collection Instants Suspendus grâce à La délicieuse imposture du chant des sirènes de Charlotte Léman, j’étais ravi de découvrir cette lecture et son auteure. Malheureusement et même si j’ai apprécié ma découverte dans le forme, je l’ai moins appréciée dans son fond.

En effet, le récit est scindée en deux parties distinctes par les nombreuses voix mises en lumière ainsi que par leurs différentes constructions. Ainsi et lors de la première partie, Dorothée Catoune livre plusieurs témoignages dédiée pour ou au l’encontre de Marie, la mère célibataire de l’enfant laissé sans surveillance dans sa voiture et blessé par un accident de la route. J’ai été sensible à cette orientation me rappelant les interrogatoires lors des enquêtes criminelles et j’ai été davantage sensible encore aux jugements portés par les différents plaignants sur une personne qu’ils ne connaissent que de vue ou bien de par leurs fonctions professionnelles. En ce sens l’auteure retranscrit à merveille la réalité tant l’humain ne cesse de juger tout et son prochain quitte à entacher la réputation d’une personne sur de simple on-dits ou autres ressentis et impressions. J’ai trouvé cette partie forte révoltante tant je ne supporte pas les jugements de valeur. Je ne sais si cette intolérance et cette indulgence proviennent de ma fibre soignante mais j’avoue que je ne supporte pas qu’une personne puisse être limitée à ce que la population pense d’elle. Le monde n’est pas tout blanc ou tout noir mais est formé de nuances mises en lumières à travers cette mère célibataires condamnée aux yeux des uns, prise en pitié aux yeux des autres et parfois comprise et épaulée .

À la suite de ces témoignages, nous est aussi dévoilé, à l’aide d’un journal écrit, la difficile et pénible vie de cette dernière allant de son enfance à cet accident et bien que j’ai été touché par les thèmes abordés à travers cette – bien trop – introspection, j’avoue que notre jeune femme n’est pas parvenue à m’émouvoir plus que cela. Il faut dire que les situations dévoilées par Dorothée Catoune m’ont parues bien trop grotesques et chevaleresque pour se dévoiler réalistes et touchantes. Je pense que je me serais senti bien davantage investi si cette exploration avait été dévoilée sous forme d’interrogatoire. Ainsi et n’ayant pas réussi à me sentir impacté par les origines et les fondements de ce personnage à la psychologie complexe et profonde, je n’ai pu m’attacher même si j’ai fait force d’empathie face à une telle condamnation et un tel lynchage. D’autant plus que je m’attendais à retrouver une touche d’humour et de légèreté et ce ne fut malheureusement pas le cas. Sans être une lecture des plus déprimante, C’est auprès d’elle n’en est pas moins fortement morose et sombre. Néanmoins, la finalité apporte une touche de douceur et d’espoir quand bien même j’ai ressenti une légère précipitation dans son dénouement.

Finalement et alors que je m’attendais à découvrir une histoire optimiste, de renouveau et de seconde chance, j’ai fait face à une atterrante intrigue mise en lumière par une pertinente forme mais assombrie par son fond parfois trop rocambolesque pour me remuer. Néanmoins, le style et la plume de Dorothée Catoune se sont dévoilés faciles et agréables à parcourir.

Cette lecture a été réalisée à l’occasion de mon partenariat avec les Editions de L’Archipel.

 

16 commentaires sur “C’est auprès d’elle de Dorothée Catoune

  1. Comme toi je m’attendais à quelque chose de plus léger, de plus optimiste mais au vu de ta chronique il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’une introspection agrémentés de « témoignages » sur une personne jugé de manière négative par autrui.
    Petit aparté : « Le monde n’est pas tout blanc ou tout noir », je ne peux que être d’accord avec toi sur ce point, le monde ne se limite pas au bien ou au mal.
    En tout cas, je suis intrigué par la partie « journal intime » qui revient sur le vécu de cette jeune femme. Je garde le titre en tête, à l’occasion. 🙂

    J’aime

    1. C’est totalement ça. Ce roman témoigne des mises au pugilat bien trop souvent faciles et rapides. De nos jours, la population ne cesse d’être dans le jugement et j’apprécierais tant qu’une certaine nuance demeure.
      Malheureusement, j’avoue avoir été moins sensible à ce journal intime alors que certaines références culturelles et autres m’ont parlé.

      Je serais curieux de découvrir ton avis sur ce roman si tu te lances 😉

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai repéré ce roman la semaine dernière, et je dois dire que je suis intriguée par l’histoire. J’ai envie de savoir comment l’autrice va l’aborder, d’observer les réactions des gens (souvent prompts à juger l’autre, on ne va pas se leurrer). J’ai juste un peu peur de ressentir de trop fortes émotions.

    J’aime

  3. « Quelle surprise quand j’ai reçu ce roman dont je ne me souvenais avoir fait la demande » Tu as résumé ce que j’ai ressenti en trouvant l’enveloppe dans la semaine 🙂
    Je te rejoins complètement sur cette tendance humaine à tout le temps juger tout et tout le monde…
    Quant au côté grotesque des situations en deuxième partie, je ne l’aurais pas deviné en lisant le résumé… Cela ne me dérange pas, a fortiori maintenant que je suis prévenue.

    J’aime

    1. Clairement, je vois que je ne suis pas le seul et je pensais à une erreur.
      J’ai adoré le première partie à l’image de différents interrogatoires mais pour le reste les situations sont vraiment pas des plus réalistes et ont assez desservi le personnage.
      Qui sait, peut-être seras-tu davantage attachée à Marie qu’à Claire 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.