Fantasy

L’Empire du Vampire, tome 1 de Jay Kristoff

Note : ★★★★★ — « La composition de ce premier chapitre m’a plus que convaincu et largement conquis. Bien que décousue et finalement finement ficelée, la construction et l’intrigue de ce dernier m’ont plus que captivé et passionné. Jay Kristoff démontre tout son talent d’orateur et donne la voix à une personnage complexe et profond que j’ai adoré suivre dans cette sombre et pieuse épopée. L’Empire du Vampire détient un séduisant contraste constant et détonant que je ne peux que vous obliger à découvrir. »


De la sainte coupe vient la lumière divine ;
La main fidèle rétablit l’ordre sur le monde.
Et sous le regard des Sept Martyrs,
L’homme abolira cette nuit sans fin.

Résumé :
Vingt-sept longues années se sont écoulées depuis la mort du jour. Pendant près de trois décennies, les vampires ont fait la guerre à l’humanité, construisant peu à peu leur empire éternel. Maintenant, seules quelques étincelles de lumière subsistent dans une mer de ténèbres.
Gabriel de León est un saint d’argent : un membre d’une confrérie œuvrant à la défense du royaume et de l’Église contre les créatures de la nuit. Mais même l’Ordre d’Argent n’a pas pu endiguer la marée une fois que la lumière du jour a manqué, et Gabriel est seul maintenant.
Emprisonné par les monstres qu’il a juré de détruire, le dernier saint d’argent est obligé de raconter son histoire. Un récit de batailles légendaires et d’amours interdits, de foi perdue et d’amitiés gagnées, du roi éternel et de la quête du dernier espoir de l’humanité : Le Saint-Graal.

Chronique :
Dire que je trépignais d’impatience à l’idée de retrouver Jay Kristoff n’était qu’un doux euphémisme tant j’avais hâte de découvrir la nouvelle série de ce génie que j’affectionne tant. Pour autant, j’avoue que j’étais assez craintif de peur de l’ombre que pourrait influencer Nevernight sur ma lecture. Cela étant sans compter sur le talent indéniable de l’auteur qui réussit haut la main le défi de s’émanciper allègrement mais pas totalement de sa précédente œuvre pour nous en dévoiler une nouvelle toute aussi captivante et passionnante.

Sans être passé loin du coup de cœur, nul doute que L’Empire du Vampire est un chef d’œuvre du genre littéraire. Bien que la mythologie vampirique n’est pas ce que je préfère, Jay Kristoff s’approprie les codes de cette légende pour en réaliser quelque chose de neuf, mature et des plus pertinent à découvrir. Bien que ces créatures restent membrées de dents aiguisés, avides de sang et sensibles à l’argent, leurs différents pouvoirs et autres sont surnaturels sont bien plus accrus et d’une violence inouïe cette fois-ci. Aussi séduisante que dangereuse et aussi violente qu’horrifique, j’ai tout simplement adoré la figure du vampire dévoilée par ce dernier. Jay Kristoff réalise un travail incroyable quant à ce mythe et dévoile un panthéon parfaitement orchestré, à la hiérarchie rondement menée. J’ai eu l’honneur de découvrir cette parfaite et habile construction et cette fine maîtrise grâce à la langue bien pendue, acérée et sarcastique – comme je les apprécie – de Gabriel de León, cette moitié de vampire que j’ai rencontré en fâcheuse position. En effet, l’intrigue prend place dans la cellule dans laquelle notre antihéros, pas si antihéros que cela mais nous y reviendront, est maintenu prisonnier. Sa sombre geôlière désire connaître l’histoire de cet atypique individu aux allures de héros de guerres invincible et indestructible. Celui-ci, bien que réfractaire à la collaboration finira par répondre finalement à cette demande en échange d’une puissante drogue auquel ce dernier semble dépendant. Débute alors une riche et vive immersion au sein d’un univers des plus froid et austère qu’il m’ait été donné à lire. Pendu à ses lèvres, je me suis laissé guider par son franc parler, son ton bestial ainsi que ses manières rustres et malotrues.

Tout débute alors et jusqu’à présent de manière somme toute classique mais cela était sans conter sur le talent et le génie de Jay Kristoff. Alors que je découvrais avec vif intérêt la jeunesse et l’adoubement de Gabriel auprès de sa nouvelle légion, l’Ordre d’Argent, notre moitié suceur de sang têtu et n’en faisant qu’à sa tête, décide de livrer à son auditeur le récit de son aventure liée à la quête du Saint-Graal. Oubliez à présent le traditionnel schéma du héros en devenir et laissez place à une construction narrative décousue mais parfaitement alléchante et captivante. Sans savoir où souhaitait me mener Gabriel, je l’ai laissé disposer les pièces de son puzzle comme bon le lui semblait pour me retrouver face à une toile d’une complexité à toute épreuve. En ce sens et bien que déjà émerveillé par la prose de l’auteure, Jay Kristoff est parvenu à me surprendre parfaitement. Nul doute que son style s’est une fois de plus bonifié avec le temps et cela se ressent amplement dans la maîtrise de L’Empire du Vampire. Ce dernier sait comment embarquer ses lecteurs avec lui. C’est pourquoi, et malgré sa taille impressionnante, ce premier tome se dévore avec avidité et efficacité. Les six livres que comporte ce-dernier se dévoilent tout aussi intéressants et importants et permettent l’avancée des différentes intrigues dévoilées et drastiquement ficelées.
Mieux encore, l’auteur reprend quelques éléments déjà présent dans sa précédente série tout en les remaniant afin de les imbriquer à sa nouvelle œuvre. Quel plaisir de retrouver ainsi le puissant loin que détient Mia et ses familiers, remplacé cette fois-ci par la curieuse épée brisée et parlante de Gabriel. Il fallait oser reprendre cet élément dont j’ai trouvé le parallèle séduisant. Néanmoins et bien que connaissant maintenant l’intrépidité et l’habilité du style de Jay Kristoff, ce ne m’a pas empêché de m’être à nouveau fait avoir par sa brutalité et certaines révélations si finement aiguisées m’ont autant fait rager que précédemment. Jusqu’à sentir monter mes larmes aux yeux à certains moments devant autant d’injustice et sévices. Ce n’est pas encore cette fois-ci que l’auteur épargnera ses protagonistes et encore bien moins ses lecteurs même si je dois bien admettre avoir trouvé cela jouissif. A croire que l’auteur a les lecteurs qu’il mérite. Et je ne parle même pas de la fin qui nous laisse sur d’importantes et inattendues révélations face auxquelles, je me dois encore de maudire et détester Jay Kristoff. Que sera longue l’attente avant de retrouver Gabriel de Léon.

En effet et comme je vous le disais, le portrait de ce personnage aux allures d’antihéros se dessine remarquable, évolutif et surtout saisissant. Bien qu’assez abrupte, cette première échauffourée m’a de suite interpelé grâce à la franchise et au sarcasme de ce personnage. Ce dernier se dévoile aussi courageux que vaillant mais aussi intrépide qu’imprudent et semble cacher derrière ses cinglantes réparties ainsi que son impressionnante violence une grande part d’humanité. J’ai de suite compris que je faisais face à un personnage complexe, construit en profondeur et je ne me suis absolument pas trompé. J’ai été saisi par le captivant contraste que possède Gabriel de Léon et minutieusement mis en valeur par Jay Kristoff. En dévoiler davantage reviendrait à vous dévoiler certaines vérités le concernant que votre cœur n’est pas prêt à attendre – le mien ne l’était pas, je vous rassure et ne s’en est toujours pas remis d’ailleurs – mais sachez que l’évolution de ce protagoniste tend à le faire devenir un véritable héros avec un grand H. Derrière sa noirceur et sa carapace se cache un être que j’ai adoré apprendre à connaître et dont la découverte m’a lié intimement. Ce vieil ours mal léché n’est d’ailleurs pas le seul personnage à détenir d’importants secrets et j’ai apprécié le traitement des différents membres de cette troupe atypique mais charmante et mettant à l’honneur une large diversité ethnique et sociologique. Il faut dire qu’en traitant du mythe vampirique, l’ambiance de L’Empire du Vampire est assez particulière et mystérieuse. Celle-ci oscille entre noirceur et lumière, entre démoniaque et piété. Ce contraste permanent offre un résultat détonant mais séduisant à souhait et je me suis autant imprégné de la violence de l’univers que j’ai fait preuve de rédemption. Ainsi, je n’ai pas été surpris de croiser le chemin de différents abbés, d’une sœur particulièrement séduisante et bien d’autres viles ou angéliques créatures telle une sorcière.

C’est pourquoi et comme vous l’aurez compris, la composition de ce premier chapitre m’a donc plus que convaincu et largement conquis. Bien que décousue et finalement finement ficelée, la construction et l’intrigue de ce dernier m’ont plus que captivé et passionné ! Jay Kristoff démontre tout son talent d’orateur et donne la voix à une personnage complexe et profond que j’ai adoré suivre dans cette sombre et pieuse épopée. L’Empire du Vampire détient un séduisant contraste constant et détonant que je ne peux que vous obliger à découvrir.

De plus, je ne pourrais finir cette chronique sans revenir sur le merveilleux et impressionnant travail d’édition réalisé. En effet, Bon Orthwick est aux commandes des illustrations qui accompagne ce premier volet et je remercie l’artiste pour ces nombreuses et délicieuses esquisses permettant un sentiment d’immersion encore plus vif et exacerbé. J’ai adoré m’arrêter sur chacune des œuvres dévoilées afin de contempler toute la justesse des sentiments écrits par Jay Kristoff. Tout comme je remercie une nouvelle fois la maison d’édition De Saxus pour tout le soin et la finesse apportés à chacune de leurs parutions et celle-ci en particulier qui se veut un merveilleux incroyable livre-objet à posséder.

Cette lecture a été réalisée à l’occasion du Pumpkin Autumn Challenge – 2022 : Menu Automne de l’étrange – Catégorie In the dark I hear a call.

Publicité

41 commentaires sur “L’Empire du Vampire, tome 1 de Jay Kristoff

  1. J’ai fini par céder et me l’acheter grâce à ta chronique … Il est arrivé hier et effectivement, quelle beauté en termes d’édition ! J’espère maintenant que le contenu sera à la hauteur – mais d’après ce que tu dis dans ta chronique, je ne suis pas inquiète.

    J’aime

  2. Je n’ai lu que des avis très positifs sur ce roman ! Je ne suis pas certainement d’être tout à fait emballée par ce style de romans, même si j’apprécie le mythe du vampire et l’écriture de l’auteur ! Mais ton avis me convaincra peut-être 🙂

    J’aime

  3. Ça sent trop l’achat ou la demande de cadeau><
    Et pourtant je ne voulais pas repartir dans une histoire de vampires, mais ça a l'air plus de ça. Et l'objet comme tu sais… 😍😝

    J’aime

    1. Je vote pour l’achat de mon côté, ça évite l’attente !
      C’est clairement plus que ça. Connaissant l’auteur, tu te doutes que ça plume embellit ou assombrit, c’est selon davantage ce mythe. Et puis Gabriel est un antihéros adorable à détester. Non vraiment, que du bon ce premier volet !

      Aimé par 1 personne

  4. Une histoire de vampire avec des vampires qui sortent des sentiers déjà existants ? Count me in ! Bon ce livre se trouve déjà dans ma pile à lire depuis l’an dernier mais, un jour il en sortira !

    J’aime

    1. Je suis certain que sa lecture ne pourra que te plaire mais elle n’est pas sans investissement et encore moins en VO ! L’univers est étayé, les personnages fouillés et profonds. De quoi vivre de vives et belles émotions 🙂

      Aimé par 1 personne

  5. Je ne m’étais pas arrêtée sur ce livre lorsque je l’ai vu passer, mais ça a l’air plus original que ce à quoi je m’attendais. Je ne l’ajoute pas dans ma WL tant que la série n’est pas entièrement publiée, mais je note dans un coin de ma tête d’y revenir quand ce sera fait.
    Merci de m’avoir donné envie, ça fait longtemps que je n’ai pas lu d’histoires de vampires 😉

    J’aime

    1. Avec grand plaisir ! J’ai vraiment été agréablement surpris par le traitement réservé à la mythologie vampirique et puis la plume de l’auteur reste fidèle à son art mais s’est vraiment bonifiée.
      J’espère que lors que toute la série sera publiées, les précédents volets seront toujours disponibles.

      Aimé par 1 personne

    1. Un pavé certes, mais un pavé qui se dévore tant il est passionnant, palpitant et déroutant à découvrir.
      Néanmoins et même si elle reste délicieuse et savoureuse, la plume de Jay Kristoff est bien plus acérée qu’avec Aurora Squad 😉

      J’aime

      1. Au temps pour moi, je n’ai pas vu de chronique sur cette série donc j’ai cru que tu ne l’avais pas lu ! Alors nul doute que cette nouvelle série est pour toi 🙂

        Je te rejoins quant au style d’AS même s’il n’en reste pas moins agréable et addictif.

        J’aime

  6. Je regrette vraiment d’avoir pris le hardback anglais, la version française ayant l’air sublime… Appréciant le mythe du vampire, je suis très curieuse de découvrir comment l’auteur se l’est approprié pour en proposer sa propre version ! Quant au fait que l’auteur ne ménage pas ses personnages et ses lecteurs, ça ne peut que me plaire même si cela me fait parfois pester 🙂 Ta remarque sur la fin me fait hésiter à sortir le roman de ma PAL dans les mois à venir parce qu’il est peut-être plus prudent d’attendre la suite…
    Tu sembles plus que subjugué par ce récit et toujours aussi captif de la plume de l’auteur !

    J’aime

    1. Je peux comprendre même si je pense que les deux éditions restent sensiblement les mêmes.
      Si tu apprécies déjà le mythe, je te déconseille d’attendre et t’encourage à te jeter à corps perdu dans ce merveilleux, déroutant et passionnant premier volet ! Vu comment l’auteur m’a marqué, nul doute d’oublier l’intrigue principale avant un bon bout de temps.
      Et puis… il serait temps que tu rencontres enfin ce génie d’auteur qu’est Jay Kristoff 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. C’est vrai qu’il serait temps que je me lance ! Mais j’ai cette impression (erronée en lisant ton avis) qu’il vaut mieux avoir l’esprit reposé pour lire l’auteur…

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.