Erotisme·Romance

365 Jours, tome 1 de Blanka Lipinska

Note : ★★★★☆ — « Ce premier tome est une très bonne surprise qui m’aura fait passer un très bon moment malgré une absence certaine d’émotions me concernant et un manque de subtilité quant aux scènes érotiques notamment. Néanmoins, la plume de Blanka Lipińska se dévoile rythmée et dynamique et son style fortement addictif et léger, à tel point que je commence dès à présent le second tome de sa trilogie. »

3651
La série littéraire à l’origine du film phénomène de Netflix.

Résumé :
Laura, avec son petit ami Martin et deux amis partent en vacances en Sicile. Le deuxième jour de son séjour – à son vingt-neuvième anniversaire, la jeune femme est kidnappée. Le kidnappeur s’avère être le chef de la famille mafieuse sicilienne, extrêmement beau, le jeune Don – Massimo Toricelli. Un homme, quelques années plus tôt, avait tenté d’attenter à sa vie. Abattu plusieurs fois, il a failli mourir – et quand son cœur a cessé de battre, il a vu une fille devant ses yeux, à savoir Laura Biel. Lorsqu’il a été ramené à la vie, il s’est promis de retrouver la femme qu’il avait vue. Massimo donne à Laura 365 jours pour se faire aimer et rester avec lui.

Chronique :

Ne me jetez pas la pierre mais avant de commencer cette chronique, je dois avouer que ce genre littéraire fait partie des lectures inavouables que j’apprécie lire. N’ont pas qu’il s’agisse de lectures honteuses mais, pour beaucoup, ces dernières ne devraient même pas faire partie de la littérature.

Peu importe et quoique chacun en pense, il est vrai que depuis que j’ai découvert l’adaptation tant décriée de cette trilogie, j’étais très curieux et impatient de découvrir la suite des aventures rocambolesques de notre chère Laura. C’est pourquoi, maintenant que le second tome est disponible dans nos contrées, je me suis enfin décidé à tenter cette lecture et je dois dire que ce fut une très bonne surprise tellement cette dernière est bien différence de ce que Netflix nous a dévoilé. En effet et bien que majoritairement fidèle à l’œuvre originale, le film ne dévoile qu’une très infime facette de cette romance aux allures ténèbres et sombres. De ce fait, j’ai été ravi d’entrer pleinement dans la tête de notre héroïne Laura afin de mieux comprendre et appréhender le fameux syndrome de Stockholm dont elle semble souffrir. Tout comme j’ai apprécié en apprendra davantage sur la raison du comportement si machiavélique et parfois pervers de Don Massimo, ce gangster que rien ne semble arrêter.
Ainsi et même si notre duo ne m’a pas fait pleinement vibrer, j’ai malgré tout apprécier leur dynamique et bien que Blanka Lipińska manque parfois de finesse et de subtilité, j’ai trouvé leur histoire construite de façon plausible et assez touchante. Finalement Laura ne tombe pas, toute cuite, dans les bras – au sens propre, comme au sens figuré – de son ravisseur et apprend à la connaître et à le dompter avant de succomber petit à petit à son charme. C’est pourquoi, j’ai apprécié découvrir ses doutes et ses craintes mais aussi ses joies et son enthousiasme. Tout comme j’ai apprécié découvrir la noirceur et la dureté de Massimo, qui se dévoile être un personnage complexe, torturé et abîmé. Bien entendu ce n’est pas de haute la psychologie mais cela reste cohérent et me convient parfaitement.

Il faut dire qu’avec ce genre de lecture – dont j’ai en référence After – je ne recherche pas la complication mais avant tout la légèreté et la facilité de lecture et, concernant mes attentes j’ai été parfaitement servi. J’ai fortement apprécié le style et la plume de Blanka Lipińska, totalement fluides et hautement addictifs. Ainsi, les pages et les chapitres défilent à grande vitesse et alternent avec rythme entre action, sexe et romance car oui, il est question de sexe à l’état brut dans cet ouvrage. Malheureusement, il s’agit du gros point faible de ce premier tome et j’imagine de cette saga. Je ne suis pas contre quelques scènes torrides et détaillées mais encore faut-il qu’elles se dévoilent délicates, travaillées et recherchées et non insipides et fades comme s’est le cas avec 365 Jours. Cette banalité détient parfois même sur l’intrigue et l’histoire contée par l’auteure. C’est pourquoi même si j’ai apprécié cette aventure, je regrette un manque certain d’émotions et d’affectivité me concernant. Comme je le disais, ma première lecture de ce genre est After et je me souviens avoir bien plus vibré au rythme de la plume d’Anna Todd qu’à celui de Blanka Lipińska. Néanmoins, ce serait mentir de ne pas admettre que je me suis quand même laissé bercer par cette dernière et que j’ai passé un moment tout à fait divertissant au cours de cette lecture. D’autant plus que cette dernière nous laisse sur un énorme cliffhanger qui ne me laisse pas d’autre choix que de me plonger dès à présent dans le second tome qui j’espère me fera vivre plus de d’émotions et de sensations.

Ce premier tome est une très bonne surprise qui m’aura fait passer un très bon moment malgré une absence certaine d’émotions me concernant et un manque de subtilité quant aux scènes érotiques notamment. Néanmoins, la plume de Blanka Lipińska se dévoile rythmée et dynamique et son style fortement addictif et léger, à tel point que je commence dès à présent le second tome de sa trilogie.

12 commentaires sur “365 Jours, tome 1 de Blanka Lipinska

  1. je ne connais pas du tout, ni les livres ni le film… tu m’intrigues, je vais peut être tenter l’un ou l’autre 🙂 je vois ce que tu veux dire par lectures « honteuses » 😉 il y a de la place pour tous les types de romans je trouve… et il n’y a pas de sous « littérature », même si certaines maisons d’édition un peu snob veulent nous le faire croire 🙂

    J'aime

    1. Ça me rassure de voir que beaucoup pensent comme moi. Je trouve dommage qu’en France nous mettions des étiquettes surtout. C’est pareil pour les âges hors les livres érotiques ou violents je ne comprends pas qu’on puisse qualifier une œuvre de jeunesse ou non.
      En attendant je ne peux t’aider car j’ai vraiment aimé le film et le roman donc dans tous les cas tu ne seras pas déçue je pense.

      Aimé par 1 personne

  2. Ton avis est très éloigné des commentaires que j’avais pu voir sur l’adaptation. Le roman m’a donc l’air bien meilleur que ce que j’avais anticipé. Et si tu sembles regretter les banales et sans charme scènes de sexe, on sent que cette lecture t’a bien diverti !

    J'aime

    1. Alors chose rare et inédite me concernant, j’aime les deux formats. Que ce soit en livre ou en film, chacun a du bon et du moins bon mais ils se valent largement 😉
      Concernant le roman, il m’a juste manqué quelques émotions pour être totalement conquis !

      Aimé par 1 personne

      1. De même, je n’apprécie pas rester impassible face à une œuvre littéraire ou visuelle. J’ai besoin de vibrer et de ressentir des choses et de ne pas être simple spectateur.
        Heureusement cela s’arrange dans la suite 😉

        J'aime

  3. Il en faut pour tous les goûts , donc oui, ce genre de livres a sa place en littérature. Personnellement, ça ne me tente pas du tout, j’ai été curieuse de voir ce que donnait After mais je me frotte rarement à la new adult.

    J'aime

    1. Nous sommes bien d’accord, mais pour certains c’est difficile à comprendre.
      Personnellement, j’ai lu et adoré After, après ça reste un genre que je lis très très rarement mais qui fait du bien. C’est sans prise de tête et ça se lit tout seul 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s