Classique

Plein été d’Edith Wharton

Note : ★★★★☆ — « Plein Eté m’a fortement enthousiasmé et enchanté. A tel point que ce dernier fait partie de mes favoris d’Edith Wharton. Celle-ci a su me toucher grâce à ce roman d’apprentissage débordant d’amour et de cruauté à la fois et grâce à son héroïne attachante, que j’ai adoré voir évoluer au cours de ma lecture. « 

Résumé :
La jeune Charity, recueillie enfant par un avocat du petit village de North Dormer, en Nouvelle-Angleterre, s’est résignée à une vie étriquée, au pied des montagnes, rythmée par les heures qu’elle passe à dépoussiérer et ordonner la minuscule bibliothèque municipale. Un jour de début d’été, elle voit apparaître dans ce bout du monde un jeune architecte, Lucius Harney, venu dessiner des croquis d’habitats traditionnels de la région. Très vite, elle s’éprend de lui… Admirablement construit, ce court roman des espoirs et des cruautés de l’amour est également une description impitoyable de l’oppression exercée parla « normalité » sociale contre les aspirations de l’individu. Été, quoique fort chaste, traite avec franchise de la sexualité féminine, vue comme force vitale puissante. Un roman très en avance sur son temps qui, lorsqu’il fut publié en 1917, créa un véritable scandale. On alla jusqu’à le comparer à Madame Bovary, qui était précisément le livre préféré d’Edith Wharton.

Chronique :
Bien que ma relation avec Edith Wharton soit assez houleuse, je mets un point d’honneur à découvrir chacune que ses œuvres avec l’espoir d’enfin tomber sur le Saint Graal. Est-ce le cas cette fois-ci ? Je dois bien admettre ne pas être si loin du but tellement j’ai apprécié ce roman.

En effet, Plein Eté se glisse aisément en pôle position de ce que j’ai eu l’occasion de lire de l’auteure et ce, dès le premier chapitre. J’ai très vite décelé que ce roman allait fortement me plaire et très vite me séduire. Ce constat provient avant tout du cadre champêtre et bucolique retranscrit avec brio par cette dernière. La découverte de ce village campagnard ainsi que ses abords m’a fait voyager. A travers quelques simples descriptions mais néanmoins détaillées, je me suis imaginé de charmants paysages collant parfaitement à l’ambiance romantique de ce courant littéraire. Bien entendu, le cadre ne fait pas tout et bien que peu singulière, l’histoire qui nous est dévoilée m’a totalement séduit. C’est un très bon roman d’éveil et d’apprentissage que dresse Edith Wharton, dans lequel cette dernière ose traiter de sujets tabous et défendus pour l’époque. A travers une histoire d’amour touchante et poignante, celle-ci abordera la place de la sexualité chez la femme que ses conséquences parfois désastreuses pour celles-ci. J’ai vraiment apprécié la douceur et la finesse avec lesquelles ont été traités ces différents sujets. Sans totalement offrir une véritable critique, Edith Wharton dénonce sans détour l’impact que peut avoir sur une personne les on-dit ainsi que les rumeurs. C’est finalement assez risible de voir que même dans notre société actuelle – soit disant ouverte d’esprit – nous restons encore fortement régis par les codes que cette dernière nous impose. Je trouve vraiment intéressant cette superposition que je n’ai cessé de réaliser au cours de cette lecture. De plus et comme je le disais, cette histoire d’amour a su me toucher et, sans pour autant de me faire vibrer, m’émouvoir fortement, ce qui m’a fortement plu.

Il faut dire que je me suis très vite senti lié et attaché à Charity, notre jeune orpheline. Cette dernière est née à la montagne – l’endroit reculé du village de North Dormer, où vit quelques marginaux – et a été recueilli par la famille Royall. Depuis, cette dernière subit la morne routine de ces pittoresques lieux et souffre de sa condition de femme. Prête à prendre un nouveau départ et  à s’émanciper, Charity a choisi de devenir bibliothécaire et voit son avenir s’illuminer lorsqu’un jeune homme, Lucius Harney, passe la porte de la librairie. Dès cette rencontre notre héroïne commencera à découvrir le véritable amour avec ses joies et ses peines qui l’accompagnent. J’ai vraiment trouvé attendrissante et touchante le traitement de cette douce et tendre romance. Edith Wharton et sa délicate plume livre un roman romanesque à la limite de la tragédie et malgré toute cette quiétude, cette dernière offre un destin tragique et cruel à notre héroïne, accentuant encore plus ce sentiment d’attache. Fort heureusement, Charity n’est pas le seul protagoniste intéressant à découvrir et même si j’ai fortement apprécié la bienveillance de Lucius Harney, je dois admettre avoir préféré la complexité et la noirceur de Mr Royall. Ce dernier se dévoile difficile à cerner, c’est pourquoi je l’ai autant détesté qu’apprécié.

Plein Eté m’a fortement enthousiasmé et enchanté. A tel point que ce dernier fait partie de mes favoris d’Edith Wharton. Celle-ci a su me toucher grâce à ce roman d’apprentissage débordant d’amour et de cruauté à la fois et grâce à son héroïne attachante, que j’ai adoré voir évoluer au cours de ma lecture.

10 commentaires sur “Plein été d’Edith Wharton

    1. Merci à toi de ton retour.
      Tout comme Chez les Heureux du Monde, L’âge de l’Innocence ne fait pas partie de mes romans préférés de l’auteure. Je les trouve assez pompeux et alambiqués et beaucoup moins touchants que Plein Eté. Je serais ravi de lire ton avis malgré tout !

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai acheté une version en V.0 (coédition Larousse Harrap’s , collection « Yes you can! »)… Une grande première pour moi. Je vais essayer de le lire et de comprendre toutes les subtilités. Ce n’est pas gagné !

        J'aime

  1. Tout ce que tu en dis me fait penser qu’il pourrait potentiellement me plaire. Je cherche effectivement à lire autre chose d’E. Wharton après avoir beaucoup apprécié Le temps de l’innocence l’année passée, même s’il était parfois un peu long sur certains aspects.

    J'aime

    1. Je trouve le fond et la forme de ce roman bien différent de Le temps de l’innocence ou encore Chez les heureux du monde que j’avais trouvé vraiment long par moment. La c’est dynamique et parfaitement dramatique, idéal pour l’été d’ailleurs 😉
      Hâte de lire ton avis sur la question du coup !

      Aimé par 1 personne

  2. Plus je lis tes chroniques, plus je me dis qu’il faudrait que je me lance dans des romans comme celui-ci ! Le côté historique me fait un peu peur, mais les sujets abordés m’attire fortement. Belle journée Steven 🙂

    J'aime

    1. Je te rassure, même si la période peut te sembler datée, celle-ci reste tellement passionnante que ce voyage dans le temps s’effectue facilement et rapidement. Et puis, ces classiques de la littérature sont pour la pluparts totalement accessibles au niveau du style 😉

      Très belle journée à toi également !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s