Contemporaine

Hanna et ses Filles de Marianne Fredriksson

Note : ★★★★☆ — « Sans être une parfaite réussite, il est clair que ce roman est parvenu à me bousculer grâce au fin et délicat croquis de femmes fortes et charismatiques dépeint avec délicatesse et dureté par Marianne Fredriksson. Je regrette de ne pas m’être autant investi que je l’aurais voulu, la faute à un léger manque d’étincelle me concernant. »


Un livre émouvant et subtil sur la condition féminine à travers des portraits de femmes attachants.

Résumé :
Hanna, Johanna, Anna, ces trois femmes de la même famille ont vécu entre 1870 et aujourd’hui. De la petite paysanne violée à l’âge de douze ans à la femme émancipée, universitaire et journaliste, en passant par la femme au foyer modèle, que de chemin parcouru…
En suivant ces trois générations, c’est à toutes les transformations de la société suédoise, de la misère à la prospérité, du monde rural aux grandes cités urbaines, que l’on assiste.
Au cœur de ces bouleversements, subsistent des questions lancinantes. Que signifie l’indépendance pour les femmes ? Qu’a gagné Anna par rapport à sa mère et à sa grand-mère ? Plus libre, aura-t-elle une vie plus heureuse ?

Chronique :
J’ai été très vite séduit par le résumé de Hanna et ses Filles qui promettait la découverte d’une saga familiale et d’une fresque sociale des plus intéressantes et pertinentes à découvrir de par son cadre spatio-temporel qui m’offre l’opportunité de partir à la conquête de la littérature suédoise. Malheureusement et malgré sa bonne appréciation, il m’a manqué l’étincelle et le déclic pour être totalement subjugué par ce audacieux roman social.

La faute à une plume et un style qui m’ont semblé assez froids et distants par moments. Sans pour autant ne pas l’avoir appréciée, je m’attendais à une narration plus sensible, douce et touchante. Finalement, j’ai suivi les parcours de ces trois femmes avec intérêt malgré une passivité ayant parfois fait que je me suis ennuyé. Néanmoins, j’admets avoir pris beaucoup de plaisir à découvrir les contrées ainsi que le mode de vie de ce pays scandinave et ce sur une importante et intéressante période. Sans pour autant parler de dépaysement, il est indéniable que ce voyage s’est dévoilé déroutant et surprenant devant tant de dureté et de rudesse quant au peuple suédois et leur culture. Je ne connais que trop peu l’histoire et les traditions de ce pays pour juger de la véracité des faits mais Marianne Fredriksson a le privilège de me faire goûter à cette étonnante littérature et à me pousser à en découvrir davantage sur celle-ci. En ce sens et malgré ce léger manque, j’ai été sensible à la singularité de la plume de l’auteure que j’ai trouvé des plus accessible malgré sa certaine délicatesse dans le traitement des nombreux et variés sujets évoqués, en particulier celui qui touche à l’héritage familiale. En effet, à travers ces étayés portraits, l’auteure dépeint à merveille la présence et l’importance de celui-ci au sein d’une famille. Adorant l’Histoire dans sa globalité, je suis amateur de généalogie – que j’ai moi même réalisé – et j’apprécie que cette oeuvre mette en avant ce schéma culturel et héréditaire présent et construisant chaque individu formant cette complexe sphère familiale.

Ainsi et comme cela a déjà été scientifiquement démontré, il n’est ni anodin ni étonnant que chacune des descendantes de notre doyenne, Hanna, répète les mêmes schémas que cette dernière. Ainsi, il n’est pas surprenant que chacune des histoires dévoilées à travers nos héroïnes finissent par se croiser et finissent par être intimement et étroitement liées. En ce sens, j’ai trouvé les personnages de ce roman d’une extrême finesse et d’une parfaite construction. Chaque portrait dévoilé se dessine des plus attachant malgré la dureté de ces femmes de présence qui s’impose grâce à leur force de caractère, leur charisme ainsi que leur détermination et courage sans faille. D’autant plus que la vie ne les épargnera nullement et c’est dans les dures épreuves de celle-ci que Hanna, Johanna et Anna ont grandit et se sont construites. C’est pourquoi, leurs relations fondées sur des secrets se dévoilent remplies de non-dits et de mutisme se sont dessinées des plus exaltantes et intéressantes à parcourir. J’ai apprécié découvrir au fil des évènements quel être se cachait derrière chacun de ces sombres et mystérieux personnages. J’admets que par moments il m’aura fallu m’accrocher pour rester totalement ancré et présent dans ma lecture tant le moindre détail finit par avoir  son importance sur cette fresque féminine.

En bref et sans être une parfaite réussite, il est clair que ce roman est parvenu à me bousculer et me percuter grâce au fin et délicat croquis de femmes fortes et charismatiques dépeint à la fois avec délicatesse et dureté par Marianne Fredriksson. Je regrette de ne pas m’être autant investi que je l’aurais voulu, la faute à un léger manque d’étincelle me concernant. Néanmoins, je suis content de mon incursion littéraire suédoise pour sa singularité qui ne manque nullement d’intérêt.

Cette lecture a été réalisée à l’occasion de mon partenariat avec les Editions de L’Archipoche.

11 commentaires sur “Hanna et ses Filles de Marianne Fredriksson

  1. Mince… un peu mitigé ton avis, le résumé est tellement prometteur je trouve.
    Je le note quand même en espérant que la plume froide de l’autrice ne me dérangera pas.
    Je te souhaite une belle journée !

    J’aime

    1. Après il ne s’agit que de mon ressenti et peut-être que je suis passé à côté de cette œuvre qui fera écho en toi. Malheureusement, je n’ai pas été touché comme j’aurais voulu l’être même si j’ai apprécié découvrir la littérature suédoise.

      Belle journée également et merci.

      Aimé par 1 personne

  2. Dommage que tu aies été un peu déçu, mais ça a l’air d’être une lecture captivante, avec des personnages forts ! Merci pour cette belle chronique 🙂

    J’aime

    1. J’avoue que même si j’ai aimé ma lecture, il m’a manqué un je ne sais quoi pour être totalement happé par celle-ci. Malgré ce manque, j’ai envie de découvrir d’autres romans de ce pays 😉

      Aimé par 1 personne

    1. J’avoue que j’aurais adoré trouver cette étincelle ou ce je ne sais quoi faisant la différence. Finalement et même si j’ai apprécié ma lecture, elle manque clairement d’affect et d’émotions malgré de très jolis portraits.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.