Classique

Marianela de Benito Pérez Galdós

Note : ★★★★☆ — « Malgré un début assez difficile avec le style de l’auteur qui m’a semblé assez pompeux et avoir mal vieilli, je reconnais avoir apprécié mon incursion au sein de ce classique espagnol à l’univers aussi dur et sombre que les nombreux sujets traités. Ainsi, ce dernier dépeint une histoire d’amour impossible touchante et séduisante malgré un manque de romantisme évident et portée par une héroïne aussi complexe que laide soit-elle. »

Résumé :

Marianela est une jeune femme pauvre, difforme et méprisée de tous. Elle trouve consolation qu’en Pablo, le fils aveugle du propriétaire des mines, à qui la malheureuse sert de guide. Leurs promenades et leurs conversations deviennent un lien qui semble incassable et Pablo promet à Marianela de l’épouser un jour. Cependant, la possibilité d’un remède à sa cécité ébranlera les fondements d’un amour qui transcende toute apparence et toute position sociale.

Chronique :

Après ma récente découverte de la littérature classique latine et notamment portugaise, j’avais très envie de retenter l’expérience avec cette fois-ci la rencontre d’un auteur espagnol. Malgré une lecture forte pertinente, force est de constater que je n’ai pas renouveler l’exploit avec autant de réussite. La faute à une style bien trop alambiqué et compliqué qui ont freiné mon incursion dans ce roman.

En effet, la plume de Benito Pérez Galdós m’a semblé beaucoup trop pompeuses et avoir assez mal vieilli dans ses premiers chapitres. A coup de longues phrases, de métaphores et autres figures de style, ce dernier nous dessine un décor assez sombre dans lequel se tiendra sa tragique histoire d’amour. Ainsi et alors que je m’attendais à découvrir des paysages chaleureux et dépaysants, je me suis retrouvé dans la campagne profonde de l’Espagne et plus précieusement au fin fond d’une mine. Une fois passée ma déconvenue, je dois quand même admettre avoir passé un moment de lecture fort divertissant et satisfaisant malgré les durs sujets abordés par l’auteur. Il est vrai que cette œuvre loin d’être réjouissante dépeint et traite avec gravité de nombreux et variés thèmes allant des conditions de vies difficiles du petit peuple, en passant par les différences sociales mais aussi par la vanité des hommes. J’ai été surpris mais pour autant séduit par la sombre tonalité de Marianela qui en fait tout son sel et toute sa saveur. C’est pourquoi une fois habitué à la prose de Benito Pérez Galdós et une fois le premier tiers de ce classique atteint, je n’ai pu m’en détacher tant je voulais connaître l’issue finale qui m’a plus que convaincu tant elle conclut à merveille ce savoureux satire.

D’autant plus que les personnages sont à l’image de ce dernier et se sont dévoilés d’une séduisante sombreur, complétés d’une extrême profondeur. La psychologie de chacun est parfaitement esquissée et toute la complexité qui émane de chacun en font des protagonistes forts éloquents et pertinents à découvrir. A commencer par notre héroïne Nela. Présentée comme une simple et vulgaire chose comme le prouve l’utilisation du pronom « la » devant son diminutif, faisant d’elle une personne sans réelle identité. Cette dernière m’a vite séduit et je me suis de suite attaché à celle-ci qui se dévoile aussi laide que pure et aussi seule que loyale. Orpheline et rejetée de tous, notre héroïne sert de guide et passe tout son temps avec le second et aveugle héros de ce roman, Pablo. Ainsi et malgré toute la dureté de sa condition, Nela est parvenue à trouver sa place au sein de ce dur labeur et semble avoir trouvé son équilibre jusqu’à l’arrivée de notre narrateur et jeune médecin. En effet et malgré leurs différences sociales nos deux infirmes se sont jurés amour et fidélité mais c’était sans compter sur le remède miraculeux que peu offrir le docteur à l’aveugle éperdu. Une longue déchéance s’en suit alors pour notre jeune éperdue qui voit son monde s’écrouler en même temps que son amour retrouve la vue. De peur d’être rejetée par l’élu de son cœur à cause de sa grande laideur, son cœur s’assombrira au fil des chapitres jusqu’à se briser. Suivre cette violente déchéance m’a fait vivre de vives émotions et de forts sentiments. En ce sens, il est indéniable que la plume de l’auteur est parvenue à me toucher d’une quelconque manière. Néanmoins et quand bien cette histoire d’amour s’est démontrée émouvante et plaisante à lire, je dénote un manque de romantisme penchant pour une direction religieuse parfois un léger trop prononcée.

En somme et malgré un début assez difficile avec le style de l’auteur qui m’a semblé assez pompeux et avoir mal vieilli, je reconnais avoir apprécié mon incursion au sein de ce classique espagnol à l’univers aussi dur et sombre que les nombreux sujets traités. Ainsi, ce dernier dépeint une histoire d’amour impossible touchante et séduisante malgré un manque de romantisme évident et portée par une héroïne aussi complexe que laide soit-elle.

8 commentaires sur “Marianela de Benito Pérez Galdós

    1. Je peux comprendre. Je trouve les classiques latins beaucoup moins romantiques et idéalistes que leurs confrères anglais et que j’apprécie davantage.
      Après j’aime bien toucher à tout et il me reste encore un auteur allemand à découvrir.

      Aimé par 1 personne

  1. Tes remarques sur la plume m’intriguent parce que j’apprécie ce genre de style, même s’il vaut mieux avoir la tête reposée !
    L’histoire d’amour a l’air sombre et bien que dénuée de romantisme, touchante dans la mesure où on peut comprendre les craintes de l’héroïne…

    J’aime

    1. Avoir la tête reposée et faire force de détermination car vraiment le premier tiers m’a paru assez imbuvable comparé au reste de l’œuvre.
      C’est une très belle histoire d’amour même si elle n’a pas toute la finesse de celle d’Emily Brontë par exemple.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.