Chroniques de Steven

Le docteur March marie ses filles de Louisa May Alcott

Note : ★★★★★ — « Ce second volet se dévoile bien plus mature et encore plus profond que précédemment. La plume de l’auteure évolue au gré de ses personnages emblématiques. J’ai apprécié découvrir le destin de chacune et même si l’amour dicte leur conduite, les peines et les chagrins viendront construire les femmes qu’elles deviennent. Entre rire et larmes, j’ai adoré me laisser bercer par cette lecture. »


Les mères ont souvent de la peine en constatant que leurs enfants ne sont plus des enfants.

Résumé :
Trois ans après, nous retrouvons les quatre filles du docteur March. Que sont-elles donc devenues ? Meg a-t-elle épousé John Brooke ? Jo et Laurie sont-il tombés amoureux ? La santé de Beth s’est-elle améliorée ? Et Amy a-t-elle pu embrasser la carrière dont elle rêvait ?

Chronique :
Il y a peu je découvrais le premier volume de ce grand classique de la littérature et je tombais sous le charme de la douce et délicieuse plume de Louisa May Alcott. J’avais été étonné par son style accessible à tous, dans le fond assez jeunesse, et c’est surpris que je referme celui-ci.

Effectivement, le ton de ce roman est bien plus affirmé et profond que précédemment. Bien qu’il se dévoile toujours un poil moralisateur, j’ai ressenti une réelle évolution concernant le style de l’auteure. Celle-ci délivre un récit touchant et poignant tout en étant d’un réalisme incroyable. J’ai aimé me faire bercer par sa plume toujours aussi fluide et facile à lire. En offrant un récit assez court et pourtant assez dense, je ne me suis pas ennuyé un seul instant. C’est simple, son œuvre évolue au fil de ses personnages.

Concernant ces derniers, leur évolution est tout simplement magistrale. Trois années séparent les deux volets et permettent à l’auteure de livrer des héroïnes encore plus emblématiques et charismatiques, à commencer par Jo, le personnage principal – et autobiographique – de cette aventure. Je l’appréciais déjà fortement pour son côté intrépide que j’ai pris plaisir à retrouver. Cette dernière continue à s’affirmer tout en devenant une jeune femme droite et loyale, aux idées arrêtées qu’elle n’a jamais peur d’exprimer. Ce fut un réel plaisir de découvrir ses premiers pas dans le monde adulte ainsi que ses premières peines de cœur. Elle reste un pilier pour sa famille et la relation privilégiée qu’elle possédait déjà avec sa sœur cadette Beth est encore plus profonde ici. Ainsi, Beth et sa nature chétive m’ont une nouvelle fois touché. Son triste destin est traité avec douceur et avec une certaine légèreté qui m’a plus d’une fois ému.
Seules Meg et Amy restent en retrait face aux autres personnages. En effet, Meg venant de se marier apprend les joies et les tourments du mariage ainsi que ceux de la maternité et bien que j’apprécie ce personnages pour sa maturité, elle paraît bien trop lisse en comparaison des autres. Quant à Amy, je la trouvais détestable et quand bien même ce sentiment s’efface au fil des chapitres, je ne suis pas parvenu à m’attacher complètement à cette dernière. Elle n’en est pas moins un personnage complexe et abouti.
Cependant et même si les sœurs restent les héroïnes de ce roman, leur mère tient une nouvelle fois une place importante et particulière au sein de toute cette agitation. Comme à chacun, c’est le repère et le soutien de toute la famille et même si quasiment toute la fratrie a quitté le nid, celui-ci reste un l’endroit où elles n’hésitent pas à être elle-même et à dévoiler leurs défauts et autres faiblesses, leur octroyant une dimension humanité incroyable. Mieux encore, la maison de leur enfance reste un lieu dans lequel règne une certaine accalmie et dans lequel le lecteur ainsi que nos héroïnes n’hésitent pas à se réfugier quelques instants.

En conclusion, j’ai trouvé ce second volet bien plus mature et encore plus profond. La plume de l’auteure évolue au gré de ses personnages emblématiques. J’ai apprécié découvrir le destin de chacune et même si l’amour dicte leur conduite, les peines et les chagrins viendront construire les femmes qu’elles deviennent. Entre rire et larmes, j’ai adoré me laisser bercer par cette lecture.

4 commentaires sur “Le docteur March marie ses filles de Louisa May Alcott

  1. Pour Noël l’an dernier, j’ai (enfin) craqué pour le roman édité chez Gallmeister… il est en bonne place dans ma PAL mais je pense attendre la fin d’année pour une petite lecture doudou et nostalgique : je me rappelle que j’adorais regarder les films quand j’étais petite…

    C’est une histoire qui fait vraiment partie de nous et, en même temps, c’est très difficile de trouver une bonne édition et une bonne traduction en France…. :/

    J'aime

    1. Je ne connais absolument pas ce classique ou alors tout juste du nom et même si la traduction du premier tome de cette édition n’est pas la meilleure, j’ai vraiment apprécié découvrir cette œuvre. Surtout que ce second tome retransmet bien mieux le contexte .

      J'aime

  2. Je ne savais pas que ce roman avait été publié en deux parties même en France.
    Je me demandais pourquoi tu te posais des questions sur la santé de Beth dans le tome 2…
    Bref, j’en apprends tous les jours ! ^^
    Je pense le relire cette année.
    Bonne soirée du réveillon et très belle année 🙂

    J'aime

    1. Il y a exactement quatre tomes ce qui fait de ce roman une saga finalement. Je pense les lire dans l’année si je les trouve dans de belles éditions.

      Très belle année à toi aussi.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s