Classique·Historique

La Colline aux Gentianes d’Elizabeth Goudge

Note : ★★★★★ — « Roman d’amour ou d’ambiance, roman philosophique ou d’apprentissage, La Colline aux Gentianes se dévoile un délicieux et doux mélange de tous ces éléments, tout en se dessinant beaucoup plus à la fois. J’ai été totalement séduit par le style et réceptif à la douce et envoûtante plume d’Elizabeth Goudge ainsi que charmé par ses éloquents et attachants personnages. »


« Ce n’est pas à sa haine pour l’ennemi qu’on reconnaît un bon patriote mais à son amour pour son pays. »

Résumé :
Retirée dans un petit village de l’ouest de l’Angleterre, Zachary, déserteur de quinze ans qui ne supporte plus l’horreur de la vie à bord, tente d’oublier ses peurs – et de se faire oublier. C’est sur la  » Colline aux Gentianes « , butte surmontée d’une chapelle au-dessus du port de Torquay, où les marins ont l’habitude d’aller en pèlerinage, que le garçon rencontrera la petite Stella, douze ans, fille adoptive d’un couple de paysans. Tous deux rêvent d’une autre vie et d’autres contrées. Sur fond de guerres napoléoniennes, l’auteur se fait ici le chantre des âmes en peine, des exclus, et nous suggère en douceur que la vie est ailleurs.

Chronique :
Le nom d’Elizabeth Goudge, jusqu’à présent inconnu, m’a été dévoilé grâce à l’article de Charlotte dont je partage le genre littéraire. Grace à son élogieux aperçu, j’ai eu à mon tour envie de voyager au sein de La Colline aux Gentianes et je dois avouer avoir adoré ces riches moments de douceur et d’évasion.

En effet, je ne saurais réellement affirmer si j’ai totalement adoré l’intrigue dévoilée ou seulement la plume de l’auteure tant cette lecture s’est démontrée une véritable vive et forte expérience. Pour je ne sais dire quelle raison, chaque moment de lecture était un moment propice au calme et à l’apaisement et s’est dévoilé un véritable havre de paix et de quiétude. Pour autant, l’intrigue dévoilée par l’auteure est d’une telle densité qu’il en est difficile de l’évoquer sans risquer de vous en dévoiler davantage que nécessaire. Néanmoins, j’ai pris un incroyable plaisir à découvrir les personnages et leurs destinées ainsi que les paysages marins et campagnards dessinés par la délicieuse et douce plume d’Elizabeth Goudge. Cette dernière n’a d’ailleurs cessé de m’évoquer celle de Lucy Maud Montgomery et je suis intimement convaincu que si vous avez succombé à cette dernière, vous ne pouvez que succomber à celle-ci. Sans offrir un récit des plus palpitant, celui-ci n’en demeure pas moins des plus attrayant et captivant. C’est avec intérêt certain et avec entrain que j’ai parcouru les presque cinq cent pages de ce roman envoûtant et hypnotisant. Il faut dire que l’auteure s’inspire des légendes et mythes anglais pour dresser le cadre de son univers et j’ai trouvé le résultat des plus réussi. Cette orientation chimérique apporte une dimension onirique pour laquelle j’ai été plus que réceptif et qui m’a semblé parfaitement coller à l’ambiance intime et évasive de La Coline aux Gentianes. Effectivement, cette œuvre s’est dévoilée être un véritable roman d’ambiance dans lequel j’ai adore m’immerger et dont il m’a plus que plu de m’imprégner. Mieux encore, j’ai trouvé les nombreux sujets évoqués traités avec réalisme et d’une grande justesse. Ainsi, j’ai pris plaisir à découvrir les conditions de vie en cette période de guerre, celles dédiées à l’univers marin ou bien encore la place de l’église par exemple. Par ailleurs et même si cette dimension pieuse et religieuse, quasiment philosophique ne m’a pas dérangé, je peux comprendre que certains puisse le reprocher car il est certain qu’Elizabeth Goudge imprègne chacun de ses œuvres d’une large dimension religieuse.

Néanmoins et si j’ai été enchanté par le style et la plume de l’auteure, je l’ai été bien davantage encore par les personnages dévoilés au cours de cette aventure. A commencer par les deux personnages principaux présentés au lecteur, Stella et Zachary. J’ai trouvé ces personnages magnifiquement construits et d’une profondeur exaltante et captivante. J’ai adoré découvrir et suivre leurs très nombreux états d’âmes qui permettent à l’auteure d’offrir de fantastiques personnages à la psychologie étayée et construits d’une remarquable finesse. J’ai vraiment été séduit par leur caractère débordant de bienveillance et de douceur, surtout en ce qui concerne Stella dont sa naïveté m’a fort enjôlé et m’a parfois évoqué tout comme sa bonté ainsi que son humour pétillant. A l’inverse et bien qu’un léger plus taciturne, j’ai apprécié le personnage de Zachary pour son extrême maturité et sa loyauté envers son pays. Ainsi, j’ai tout autant été convaincu par cet important contraste pertinent et saisissant que par leur évolution même si j’aurais apprécié suivre cette dernière sur bien des années encore tellement je me suis attaché à ces deux innocents êtres que le destin ne cessera de séparer. J’ai tout autant apprécié la naissance ainsi que l’évolution de leur relation que j’ai trouvé à la fois tendre et touchante. Mieux, le lecteur fera la connaissance de bien d’autres personnages dont certains m’ont étonné, comme le docteur Crane qui n’a cessé de briller par son incroyable éloquence et à travers laquelle, Elizabeth Goudge dresse et compose le mysticisme et les croyances de son œuvre.

Roman d’amour ou d’ambiance, roman philosophique ou d’apprentissage, La Colline aux Gentianes se dévoile un délicieux et doux mélange de tous ces éléments, tout en se dessinant beaucoup plus à la fois. J’ai été totalement séduit par le style et réceptif à la douce et envoûtante plume d’Elizabeth Goudge ainsi que charmé par ses éloquents et attachants personnages.

9 commentaires sur “La Colline aux Gentianes d’Elizabeth Goudge

  1. Merci pour cette chronique ! Tu me donnes envie de sortir prochainement ce roman de ma PAL 😉 Effectivement, le style d’Elizabeth Goudge aide parfaitement le lecteur à rentrer dans son histoire, elle sait instaurer son ambiance et nous la transmettre !

    J’aime

  2. J’avoue ne pas être très fan de la dimension religieuse dans les romans, mais par contre, je suis sensible aux mythes et légendes et j’adore tout ce qui ce rapporte à l’univers marin, conditions de vie compris. Quant aux personnages, ils semblent d’une réelle profondeur, ce que j’ai de plus en plus de mal à trouver dans mes lectures plus contemporaines…

    J’aime

    1. Je pense que la dimension fortement religieuse de cette œuvre provient de sa date de publication. La société était bien plus pieuse que maintenant et j’avoue que ce n’est pas ce que je préfère même si j’ai trouvé le résultat excellent. D’autant plus que cette dimension est habilement combinée à tout le reste, personnages compris.
      Je te rejoins dans ce qui se fait de nos jours, le lecteur n’attend plus forcément la même chose que par le passé et parfois certains auteurs préfèrent rester en surface quant à la construction de leurs héros.

      Aimé par 1 personne

      1. Tu as raison, la religion était omniprésente dans tous les pans de la société…
        Oui, et je t’avoue que ça m’attriste mais heureusement, certain(e) auteur(e)s arrivent à proposer des personnages fouillés comme on les aime 🙂

        Aimé par 1 personne

    1. Je ne connaissais pas cette oeuvre mais j’avoue que le résumé est fort tentant et qu’une aventure en Ecosse de sa plume ne peut être que source de voyage et d’évasion. Je serais curieux de découvrir ton avis et j’espère une réédition de ce roman pour pouvoir me le procurer à mon tour 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.