Historique

Les Sorcières de Pendle de Stacey Halls

Note : ★★★★★ — « Cette lecture m’a de nouveau charmé grâce à l’atmosphère particulière de cette dernière. A travers l’histoire du procès des Sorcières de Pendle et à l’aide de ses héroïnes transpirantes de courage et de sensibilité, Stacey Halls offre un récit historique efficace et envoutant dont j’ai été des plus réceptif et que j’ai, une fois de plus, dévoré. »


Etre une femme est le plus grand risque qui soit.

Résumé :
« Lancashire, Pendle, 1612. A 17 ans, Fleetwood Shuttleworth est enceinte pour la quatrième fois. Mais après trois fausses couches, la maîtresse du domaine de Gawthorpe Hall n’a toujours pas donné d’héritier à son mari. Lorsqu’elle croise le chemin d’Alice Gray, une jeune sage-femme qui connaît parfaitement les plantes médicinales, Fleetwood voit en elle son dernier espoir. Mais quand s’ouvre un immense procès pour sorcellerie à Pendle, tous les regards se tournent vers Alice, accusée comme tant d’autres femmes érudites, solitaires ou gênantes.
Alors que le ventre de Fleetwood continue de s’arrondir, la jeune fille n’a plus qu’une obsession pour sauver sa vie et celle de son bébé : innocenter Alice. Le temps presse et trois vies sont en jeu. Etre une femme est le plus grand risque qui soit. »

Chronique :
Suite à ma lecture du dernier roman de Stacey Halls, j’ai été saisi d’une frénétique envie de relire sa précédente œuvre afin de vous la présenter à son tour. Étonnement, j’ai pris autant de plaisir à redécouvrir cet univers et son intrigue qui ne possèdent rien de magique mais qui se révèlent malgré tout hautement enchanteur grâce à l’ambiance mystérieuse et un brin nostalgique de ce roman.

En effet, l’auteure s’appuie sur le procès ayant réellement eu lieu bien des années au paravent en Angleterre contre des fameuses sorcières pour livrer une fiction des plus étonnante et des plus envoûtante à découvrir. J’ai tout simplement adoré l’histoire contée et les nombreux messages colportés avec efficacité par l’auteure. C’est un roman un brin féministe qu’il m’a été donné à lire et j’ai fortement été réceptif à chaque sujet évoqué au cours de cette immense intrigue et cette improbable complot. A commencer par la place de la femme au sein de cette société patriarcale. A travers son héroïne, cette dernière dénonce avec franchise et réalisme le triste sort réservé à celles-ci par les siècles passés. La femme n’a d’autre utilité que d’enfanter – de préférence un hériter – et de tenir la maison de son mari dont elle ne reste que finalement qu’une hôte parmi tant d’autres. Même si ce thème a maintenant maintes et maintes fois été écrit, j’ai fortement apprécié cette énième touchante et saisissante retranscription. Il faut bien admettre que Stacey Halls ne se contente pas seulement de dénoncer la révoltante position du sexe féminin au sein du mariage mais se sert de ce fameux procès pour la dénoncer au sein de toute une société rétrograde et conservatrice. C’est au travers de sa seconde héroïne que parvient ce constat car cette dernière bien loin d’être une sorcière comme beaucoup le prétendent n’est autre qu’une femme libre qui se dévoile être une fine guérisseuse et une savante sage-femme. Ainsi et finalement l’auteure ne laisse que très peu de place à la véritable magie dont certaines femmes se vantaient à l’époque et décrit avec ténacité l’amalgame dont souffraient les femmes érudites et indépendantes à l’époque. C’est pourquoi, alors que je pensais être déçu de ce choix, je ne m’attendais pas à être complètement fasciné et autant réceptif à cette lecture qui m’a autant bouleversé que révolté et que j’ai dévoré une seconde fois. Sans être porté sur l’action, Les Sorcieres de Pendle n’en est pas moins efficace et les pages n’ont cessé de défiler grâce à mon envie de découvrir le terrible destin qui semble lié à jamais Fleetwood et Alice, ces douces et merveilleuses héroïnes.

J’ai pris un immense plaisir à suivre leur soif de liberté et leur désir d’indépendance. Ce sont deux personnages forts et intrépides que dévoile Stacey Halls. Au delà de leurs forts caractères, j’ai surtout apprécié toute la féminité et la sensibilité qui émanent de ces dernières. Le grand cœur qui les anime ne cessera de leur mettre des bâtons dans les roues mais plutôt que de se lamenter sur leur triste sort, chacune d’elle tentera de tirer son épingle du jeu afin de devenir encore plus brillante et libre qu’elles ne sont déjà. L’évolution de ces dernières s’en dévoile que grandissante et impressionnante surtout en ce qui concerne notre future mère de famille, Fleetwood. Cette dernière ne se laissera aucunement dicter sa conduite et Richard, son mari, apprendra à ses dépend qu’il ne faut pas contrarier les plans d’une future cheffe de meute. Ainsi, je me suis vraiment attaché à ce personnage et à son important combat. D’une loyauté et d’une fidélité pures et sincères ainsi que d’un courage à toutes épreuves, cette héroïne avec un grand H force le respect et l’empathie et nul doute que cette dernière emportera bon nombre de lecteur sur son passage. Avec révolte mais aussi et surtout admiration, j’ai suivi l’émancipation de ce personnage qui, avec tant d’autres à l’époque, souffre d’être venu au monde avec, semble-t-il, le mauvais sexe dont elles sont victimes. Pour autant et malgré sa vive et pertinente critique, Stacey Halls parvient à ne pas tomber dans le piège de la stigmatisation. Ainsi et malgré le caractère souvent autoritaire de son mari Richard et derrières ses nombreuses médiocrités, ce dernier se dévoile finalement aimant et protecteur à la manière dont la éduquer la société. De plus et à l’aide de ces personnages secondaires, l’auteure démontre avec nuances que les trahisons et autres bassesses peuvent provenir de chaque personne et ce peu importe son sexe et sa condition.

Pour sûr, cette lecture m’a de nouveau charmé grâce à l’atmosphère particulière de cette dernière. A travers l’histoire du procès des Sorcières de Pendle et à l’aide de ses héroïnes transpirantes de courage et de sensibilité, Stacey Halls offre un récit historique efficace et envoutant dont j’ai été des plus réceptif et que j’ai, une fois de plus, dévoré.

10 commentaires sur “Les Sorcières de Pendle de Stacey Halls

  1. J’aime beaucoup l’idée que la place de la femme fasse le lien avec ce jugement, car j’imagine que pour ce procès, comme le procès de Salem ce sont bien les conditions de l’époque qui ont penché en leur défaveurs et non une histoire de réel sorcellerie.. cette relecture donne envie, merci pour cette belle chronique !

    J’aime

    1. C’est exactement ça, je suis certain qu’elles ont été jugées par leur sexe et leur condition plutôt qu’à cause de leur soit disant sorcellerie.
      J’espère vraiment que cette lecture te plaira car vraiment l’auteure a une manière de conter ses histoires vraiment saisissante et pertinente 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Je ne l’ai pas lu mais il me fait tellement envie ! Comme tu le dis, il semblerait que ce récit se démarque de tous ceux qui ont été écrits avant et qui abordent le même sujet. Je me lancerai peut-être cet automne, qui sait…

    J’aime

    1. Tu l’as dans ta PAL ? Je suis plus que joie de te donner envie dans ce cas là ! J’avoue avoir mis en pause ma lecture en cours pour tenter en VO le dernier roman de l’auteure tellement j’apprécie sa plume et ses romans fortement féministes !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.